Editorial : Yayi, l’électricien en chef

Pourquoi depuis 2006, les gros coups, les mauvais coups, les scandales et autres sales dossiers dénoncés, n’atteignent jamais le Chef de l’Etat ? La réponse est simple : Yayi est un électricien en chef! Il sait quand et où mettre les fusibles dans le circuit. Au cours de nos premières années au Collège, nos professeurs de Sciences Physiques nous avaient montré comment fonctionne un circuit électrique, expliqué pourquoi une lampe continue de s’allumer alors que sur le même circuit, une autre ne s’allumait plus, bien que n’étant pas grillée. On a retenu que tout fonctionne à merveille lorsque le circuit est fermé. Nos professeurs nous avaient alors parlé du fusible. Selon le dictionnaire électronique  Encarta 2009, « le fusible, dispositif de sécurité utilisé pour protéger un circuit électrique de l’effet d’un courant excessif. Un fusible est principalement constitué d’une bande de métal qui fond à une température donnée. Si le courant qui traverse le circuit dépasse une valeur déterminée, le métal du fusible fond et ouvre ainsi le circuit… ». Cette définition du mot  fusible, correspond étrangement à la position puis le sort de Souleymana Lawani. Au terme  scandale du Centre international de Conférence de Cotonou dont la réfection, qui a coûté plus cher que la construction, s’est révélée en fin de compte, du ” kpayo” doublée d’un additif de pot-de-vin à tout va, c’est Souleymana Lawani qui a été sauté : un fusible. Parce que le scandale du placement illégal d’argent était trop gros, parce qu’Icc-Services et consorts ont collecté plus de 150 milliards de francs, se sont crédibilisés en faisant des va-et-vient au Palais de la Présidence, il fallait sauter plusieurs fusibles pour que le circuit ne s’enflamme pas. Le ministre de l’Intérieur d’alors Armand Zinzindohoué, le Procureur de la République Constant Amoussou et même le neveu du Chef ont été livrés. C’étaient les fusibles d’ICC-Services et consorts. La voix de l’ancien député Janvier Yahouédéhou était trop esseulée pour faire vibrer la mafia des machines agricoles. Pour le circuit, pas de risque, donc pas besoin de sauter un fusible. Celui qui devrait l’être, a été téléguidé au Palais des gouverneurs comme député avec immunité parlementaire. Au regard des griefs portés contre la Lépi, cette liste n’est-elle pas finalement un scandale ? Pour le  Chef, c’est non puisque personne n’a été sauté, pas de fusible. Au contraire, de député, l’artisan en chef est passé au stade de ministre. Pour les accusations portées contre l’Association Inter professionnelle du Coton, Adidjatou Mathys a été choisie comme fusible : elle a été sautée.  Dans le projet de révision de la Constitution, personne n’a été sautée, mais le Chef comme toujours n’était pas informé, c’est plutôt Mathurin Nago qui été désigné comme fautif pour avoir programmé le dossier pour une session extraordinaire. Quand le Chef de l’Etat signe un document, pardon un contrat engageant la vie économique du pays parce portant sur les importations, sans l’avoir lu, c’est le Secrétaire Général de la Présidence qui est fautif. Mais il n’a pas été sauté parce que selon le Chef, le circuit peut supporter encore la charge, pas besoin de sauter le fusible. Lorsque le Chef de l’Etat désigne un opérateur  économique comme non vertueux et l’accuse d’importer des marchandises interdites et de jongler avec les impôts, et que celui démontre le contraire, ce sont les cadres du Trésor public qui sont responsables. Quand ça va mal au Port Autonome de Cotonou le fusible, c’est tantôt les douaniers corrompus tantôt Patrice Talon. Quand le coton est menacé s’est toujours le même Talon. Pour ce qui est des cadres, voici ce que Yayi a dit d’eux le 09 septembre dernier : «…«Le président seul ne peut rien faire dans ce pays, rien… Pour ce que j’ai vu depuis avec ces cadres, c’est une vraie déception ».  Alors que Azannaï et Zossou ont ouvert la brèche des contre-attaque en réponse aux propos tenus par le  Chef le 1er août 2012, le fusible est vitre trouvé : les journalistes ! Et la HAAC est prête à les hacher s’ils s’en prennent encore au Chef. Et pour faire court, lorsque tout va mal, ce n’est point le Chef mais, les syndicalistes, les politiciens de l’opposition, les opérateurs économiques, les journalistes… Les “trop petits” sont les bons fusibles. C’est le choix de l’électricien en chef.

Francis Z. OKOYA

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VOTRE PUB ICI

Nos rubriques

AFRIQUE TELEVISION

Toute l'actualité africaine en un clic

Toute l'actualité africaine en un clic

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN, LA VILLE AUX TROIS NOMS: ADJATCHÊ; HOGBONOU; PORTO-NOVO AVEC SES ATTRACTIONS TOURISTIQUES

Nos archives

AFRIQUE TELEVISION

AFRIQUE TELEVISION, dans le coeur de l'Afrique

Toute l'actualité africaine en un clic

PUB

....Pour valoriser et redonner vie à ll'important gisement culturel de Porto-Novo et le mettre au service du développement tant national et international

FESTIVAL INTERNATIONAL DE PORTO NOVO