Malgré les réserves de l’opposition parlementaire, le Budget 2013 de l’Assemblée voté

Mise à  part le député Raphaël Akotègnon du groupe parlementaire PRD qui a choisi de s’abstenir, c’est à l’unanimité des 68 autres députés présents que le budget de l’Assemblée nationale gestion 2013, a été adopté ce mardi 11 septembre 2012. Ce budget qui s’élève à 9.318.633.860 francs cfa contre  connaît une diminution de 418.717223 francs cfa correspondant à un taux de réduction de moins de 4,30 % par rapport à celui de l’année dernière. Avant le vote du budget 2013 et conformément aux dispositions des articles 149, 150, et 151  du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le président Nago a fait le point d’exécution du budget 2012 au 30 juin et les grandes masses du projet de budget, gestion 2013. Appelés à compléter la présentation faite Mathurin Nago,  les deux questeurs et le président de la commission des finances et des échanges, l’honorable Grégoire Laourou ont estimé que la présentation du président était complète.

 Les réserves de l’opposition parlementaire

Après la présentation du projet de budget du Parlement gestion 2013, les députés Eric Houndété et son collègue Gabriel Tchokodo de l’Union fait la Nation ont exprimé quelques préoccupations sur le contenu du budget.

Pour l’honorable Eric Houndété il n’est pas normal que le budget de la communication augmente de 30 % à un moment où la tendance est pour la baisse des dépenses. Il a   par ailleurs réclamé une explication sur l’augmentation des 29 % des charges liées à la couverture sociale des recrutements en cours au parlement. A suite, son collègue Gabriel Tchokodo  s’étonne de l’augmentation de 75 % du budget des fêtes alors qu’au niveau du contrôle de l’action gouvernementale, ’une des prérogatives du Parlement le budget en cours d’exercice n’est  exécuté qu’à 15 %. Outre les frais de mission à l’extérieur, Gabriel Tchokodo a soulevé le problème de l’assurance maladie. Pour lui, il n’est pas normal que l’assureur qu’est la NSA impose des médecins ou autres prestataires de services sanitaires aux députés. Pour le  député Jonas Gbènamèto la rubrique de la réfection des bâtiments de l’assemblée nationale contenue dans le budget ne s’explique puisqu’il y a un nouveau siège en construction.

Francis Z. OKOYA

 

 

 Les réserves de l’opposition parlementaire

Après la présentation du projet de budget du Parlement gestion 2013 ce mardi 11 septembre 2012 à l’hémicycle, les députés Eric Houndété et son collègue Gabriel Tchokodo de l’Union fait la Nation ont exprimé quelques préoccupations sur le contenu du budget.

Pour l’honorable Eric Houndété il n’est pas normal que le budget de la communication augmente de 30 % à un moment où la tendance est pour la baisse des dépenses. Il a   par ailleurs réclamé une explication sur l’augmentation des 29 % des charges liées à la couverture sociale des recrutements en cours au parlement. A suite, son collègue Gabriel Tchokodo  s’étonne de l’augmentation de 75 % du budget des fêtes alors qu’au niveau du contrôle de l’action gouvernementale, ’une des prérogatives du Parlement le budget en cours d’exercice n’est  exécuté qu’à 15 %. Outre les frais de mission à l’extérieur, Gabriel Tchokodo a soulevé le problème de l’assurance maladie. Pour lui, il n’est pas normal que l’assureur qu’est la NSA impose des médecins ou autres prestataires de services sanitaires aux députés. Pour le  député Jonas Gbènamèto la rubrique de la réfection des bâtiments de l’assemblée nationale contenue dans le budget ne s’explique puisqu’il y a un nouveau siège en construction.

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :