AIMDBK_6321

Budgets et programmes des Ministères du Travail, de l’Economie Numérique et du Plan pour 2019

Après la présentation en début de semaine du projet Budget Général de l’Etat gestion 2019 et du Programme d’Investissement Public respectivement par les ministres Wadagni et Bio Tchané, ce dernier a ouvert le bal du passage des ministères sectoriel devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale. Ainsi donc le Ministère du plan et du développement, celui de l’Economie Numérique et  de la Communication et enfin celui du Travail et de la Fonction Publique ont exposé ce jeudi 15 novembre 2018, devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale, leur budget et programmes pour 2019. Voici leur déclaration à la presse parlementaire à la fin de cet exercice.

F. Z. OKOYA

ABDOULAYE BIO TCHANE MINISTRE D’ÉTAT CHARGE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT

AIMDBK_0691« …Nous sommes les premiers à présenter le budget des ministères sectoriels. Le Ministère du plan et du développement est passé ce matin et nous avons présenté l’ensemble du budget à la commission et aux députés présents. Nous avons commencé par rappeler aux députés la mission qui est celle du ministère du plan qui est d’organiser la planification, d’organiser le suivi des projets et programmes du gouvernement et aussi d’aider à la mobilisation des ressources pour le financement des projets et programmes du gouvernement. Dans ce cadre, le budget général de l’Etat a prévu pour 2019 des ressources à hauteur de 14,2 milliards FCFA pour le ministère du plan et du développement ; des ressources qui sont destinées d’abord au fonctionnement du ministère mais aussi à un certain nombre de projets spécifiques développés par le ministère (…) Le portefeuille PIP actif du Ministère du Plan et du Développement au titre de la gestion 2019 compte six (06) projets dont un nouveau : le projet des Moyens de Subsistance Durable (PSMD), le projet Commune du Millénaire (PCM-BONOU), le projet d’Appui au Renforcement des Acteurs du Secteur Privé (PARASEP), le projet d’Appui à l’opérationnalisation des Stratégies de Développement, (PASD),  le projet d’Appui aux Politiques Sociales (PAPS) et, le projet d’Appui à la Gestion des Investissements Publics et la Gouvernance (PAGIPG). Nous envisageons poursuivre la modernisation du Ministère, la création des nouvelles Directions Départementales et leur renforcement ainsi que la mise en place du cadre réglementaire de la gestion des investissements publics. Nous avons également fait aux députés, l’état d’exécution du budget 2018 au 30 Septembre 2018. Au 30 septembre 2018, les ressources financières mises à la disposition du Ministère du Plan et du Développement ont été engagées et ordonnancées respectivement à hauteur de 61,64% et 30,07% pour une exécution physique établie à 60,25%. La retraite stratégique de février 2018 du personnel de Direction du Ministère, organisée par mes soins, a permis un bonne organisation des activités, les réalisations majeures enregistrées et l’atteinte des résultats présentés. Les échanges que nous venons de conclure avec les députés ont donc pu leur permettre de savoir comment les allocations de budget de l’année en cours ont été dépensées mais aussi de prendre connaissance du budget de 2019 et des projets que nous envisageons de mettre en œuvre. Ensuite, les questions des députés ont portées sur ces projets là mais également de manière plus générale, sur certains des objectifs poursuivis par le gouvernement dans l’éducation, dans le transport. En réponse, nous avons pris l’engagement de leur revenir avec des réponses plus pertinentes et plus précises sur ces projets et ces programmes… »

 

AURELIE ADAM SOULE ZOUMAROU, MINISTRE DE L’ECONOMIE NUMERIQUE ET DE LA COMMUNICATION

AIMDBK_6321« …Le crédit budgétaire mis à la disposition du ministère de l’économie numérique et de la communication au titre de l’année 2019 s’élève à 25,7 milliards FCFA environ et se répartissent en terme de dépenses ordinaires à 5 milliards et en terme de dépenses en capital autour de 20 milliards. C’est un budget qui connaît un accroissement de 17% par rapport à l’année 2018. Pour 2019, nous avons 25,7 milliards pour mener nos activités et atteindre les objectifs pour le secteur de l’économie numérique et de la communication. Pour 2019, effectivement nous allons renforcer, poursuivre et intensifier les efforts déjà commencé en  2018 sur la mise en œuvre de nos projets phares. 2019 va voir la réalisation de la Télévision Numérique Terrestre( TNT) et nous allons renforcer le réseau en fibre optique. Comme vous le savez, cette année 2018 a connu en fait la réhabilitation de notre dorsale nationale en fibre optique et la construction d’un certain nombre de boucles métropolitaines. Donc en 2019, nous allons renforcer et densifier ce réseau par la création de boucles complémentaires et de l’augmentation des capacités. Nous allons également prendre en charge les 10 Communes restantes qui ne sont pas aujourd’hui interconnectées à notre réseau dans la partie Ouest de notre pays. En 2019, une autre priorité concerne la modernisation de l’administration par les usages numériques. L’administration intelligente va se mettre en œuvre. Nous allons installer notre plateforme nationale de paiement électronique, nous allons également bâtir tous les socles pour la modernisation, l’introduction du numérique dans l’administration et mettre par-dessus tous les services numériques tels que ceux que nous expérimentons aujourd’hui pour la gestion des carrières des fonctionnaires en ligne, la consultation des fiches de paye en ligne. 2019 va permettre d’avancer sur ces questions et de continuer à mettre en lumière l’écosystème du numérique.  J’ai effectivement présenté le projet de budget du ministère et nous avons noté avec beaucoup de joie le vif intérêt des députés à ce projet de budget mais aussi à l’évolution et au développement du secteur de l’économie numérique en général. Ils suivent de très près ce que nous faisons. Nous avons noté à travers leurs observations, des propositions et des suggestions. Ils ont accueilli favorablement l’ensemble des projets que nous avons présentés et nous ont fait des recommandations quant au volet relatif à la prise en compte des Communes, à la prise en compte également du volet média compte tenu des échéances qui sont prévues pour 2019… »

 

ADIDJATOU MATHYS MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

AIMDBK_6421« Le montant de notre budget au titre de l’année 2019 s’élève à 7,100 milliards deux Fcfa. Ceci parce que le ministère appelé à l’époque Ministère du travail, de la fonction publique et des affaires sociales, avait connu une scission et jusqu’en 2017-2018, les crédits de paiement des salaires des agents des autres secteurs qui ont quitté le ministère du travail et de fonction publique tels que les affaires sociales, la microfinance et le ministère en charge de la promotion des petites et moyennes entreprises et de la promotion de l’emploi. Leurs crédits étaient maintenus au niveau du ministère. Pour compter de 2019, ces crédits ont été répartis sur les crédits sectoriels de ces ministères. C’est donc ce qui explique fondamentalement la réduction de notre budget. Nous avons engagé un certain nombre de réformes au niveau de notre ministère. La première est une réforme du PAG qui est la réforme de l’organisation de la gestion des concours de la fonction publique. Ceci a consisté à élaborer un manuel de procédure et à informatiser le circuit de l’organisation des concours de manière ce que le seul critère de réussite aujourd’hui à un concours organisé pour la fonction publique, c’est le mérite. (…) Le ministère de la fonction publique ressemblait à un marché où les agents de l’Etat quittaient les différents départements du pays à la recherche de leurs actes. Aujourd’hui, nous avons fait un travail qui nous permet à l’apparition des actes, de les mettre en ligne. Il y a une plateforme de consultation de ces actes. Ça permet aux agents d’économiser les frais de voyage et d’éviter la corruption et de se consacrer beaucoup plus au travail. Il y a aussi en 2018, la dématérialisation de la gestion des actes de carrière. Nous avons passé à la forme de l’informatisation et nous avons conçu un certain nombre de modules sur la gestion de toute la carrière des agents de l’Etat. Nous avons mis en place une plateforme où tous les gestionnaires de crédit viennent travailler et dans la deuxième phase, nous allons déployer la plateforme pour que les agents restent dans leurs bureaux pour travailler. Les modules sont conçus pour toutes les positions d’avancement jusqu’à la retraite et nous allons poursuivre le reste. L’autre chose sur laquelle nous allons poursuivre les actions, c’est la réforme dans la remise des carnets de pension des agents de l’Etat parce qu’il y a des agents admis à la retraite qui sont obligés d’attendre plusieurs années avant d’avoir leurs carnets. Nous sommes en train d’y travailler, mais le problème, c’est que les archives qui ne sont pas bien tenues dans notre pays et les actes dont nous avons besoin pour faire liquider la pension de retraite ne sont pas souvent retrouvés. Nous sommes en train de travailler pour qu’à compter d’Avril 2019, nous puissions remettre à bonne date les carnets de pension aux agents admis à la retraite.

Les préoccupations des députés

Pour ce qui concerne les préoccupations des députés, ils ont demandé si tous les systèmes que nous élaborons sont bien sécurisés. Nous leur avons répondu que nous sommes assistés par l’agence des systèmes et services d’information et par des informaticiens qui sont au BAI, à la Présidence et par d’autres aussi qui nous aident à sécuriser tout ce que nous avons conçu pour moderniser la gestion du personnel de l’Etat. Ils se sont demandés aussi pourquoi on n’entend plus parler de recrutement. Je leur ai dit qu’il y a un travail qu’on est en train de faire : C’est l’audit des effectifs. Aujourd’hui, nous avons plus de 80.000 agents de l’Etat dont les 2/3 sont des agents contractuels de l’Etat. On se demande si le service dans lequel 50 agents travaillent, a réellement besoin de ces 50 agents. Nous faisons un travail à ce niveau afin de faire le redéploiement éventuellement et voir le reliquat à recruter…. »
www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.
VOTRE PUB ICI

Nos rubriques

AFRIQUE TELEVISION

Toute l'actualité africaine en un clic

Toute l'actualité africaine en un clic

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN, LA VILLE AUX TROIS NOMS: ADJATCHÊ; HOGBONOU; PORTO-NOVO AVEC SES ATTRACTIONS TOURISTIQUES

Nos archives

AFRIQUE TELEVISION

AFRIQUE TELEVISION, dans le coeur de l'Afrique

Toute l'actualité africaine en un clic

PUB

....Pour valoriser et redonner vie à ll'important gisement culturel de Porto-Novo et le mettre au service du développement tant national et international

FESTIVAL INTERNATIONAL DE PORTO NOVO