#Bénin / Vote de nouvelles dispositions légales pour l’avortement : Les clarifications et précisions du Porte-parole de l’Assemblée nationale

 #Bénin / Vote de nouvelles dispositions légales pour l’avortement : Les clarifications et précisions du Porte-parole de l’Assemblée nationale

James William Gbaguidi, Porte-Parole de l’Assemble nationale du Bénin

Écoutez cet article en audio

Le vote de la loi portant modification de la loi n° 2003-04 du 03 mars 2003 relative à la santé sexuelle et la reproduction a été l’objet de vifs débats avant son examen par les députés le mercredi   20 Octobre 2021. La situation n’a pas pour autant changé 72 heures après son adoption et malgré les positions clairement affichées par certains députés et les explications du Ministre de la Santé.

Pire, de l’amalgame s’est invité au débat quand, d’une part, des organes de presse à l’international ont laissé croire que c’est maintenant que le Bénin vient d’adopter une loi en faveur de l’Interruption Volontaire de Grossesse ( Ivg) et quand, d’autre part,  des députés ont été pris pour cibles pour leurs positions d’avant plénière et durant le vote.

Au cours d’une conférence de presse organisée dans l’après-midi de ce vendredi 22 Octobre 2021, James William Gbaguidi, Porte-Parole de l’Assemble nationale du Bénin, s’est fait le devoir d’apporter des clarifications pour situer l’opinion publique nationale et internationale sur la nature de la loi votée et les tenants et aboutissants des positions de certains députés sur le sujet.

Voici ce qu’il en dit !

J-Marc Aurel AGOSSOU

   

James William Gbaguidi, Porte-Parole de l’Assemble nationale du Bénin
James William Gbaguidi, Porte-Parole de l’Assemble nationale du Bénin

« …l’examen et le vote de la loi portant modification de la loi n° 2003-04 du 03 mars 2003 relative à la santé sexuelle et la reproduction a cristallisé les débats et déchaîné diverses passions et interprétations, tant dans l’opinion publique nationale que dans la presse internationale. Vous avez dû lire à la une de certains organes de presse internationaux que le Bénin venait ni plus ni moins de « légaliser la pratique de l’avortement ». Dans le même temps, une campagne de dénigrement systématique a été déclenchée contre la représentation nationale, à l’effet de jeter l’opprobre sur elle et sur son Président, présentés comme ayant ouvert les vannes de l’avortement à tout-va au Bénin.

Mais qu’en est-il réellement ? Que s’est-il passé concernant cette loi ?

D’abord, dire que le Bénin vient par ce vote de légaliser la pratique de l’avortement, c’est distiller une contre-vérité ! La loi n° 2003-04 du 03 mars 2003 relative à la santé sexuelle et la reproduction prévoit depuis 2003 justement un certain nombre de circonstances dans lesquelles la femme est autorisée à interrompre une grossesse en cours. Les nouvelles dispositions qui entreront bientôt en vigueur si la Cour constitutionnelle les déclare conformes à la Constitution, sont certes venues élargir quelque peu ces circonstances, mais ne les ont pas instituées. En termes simples, le Bénin ne vient pas de légaliser la pratique de l’avortement, NON. Certains des organes de presse internationaux qui s’étaient empressés de présenter la situation en ces termes l’ont déjà corrigée. D’autres ne l’ont pas encore fait et j’espère qu’ils ne tarderont plus à le faire.

La deuxième chose au sujet de laquelle j’aimerais appeler votre attention et qui trotte sans doute dans certains esprits en guise d’interrogation, ce sont les circonstances précises de l’examen et du vote du texte. Pour ceux qui l’ont suivi en direct sur radio Hémicycle, les débats à cette occasion ont été passionnés, parfois même vifs. Les convictions sociologiques et religieuses les plus fortes se sont exprimées. Avant ces échanges, certains députés avaient fait connaître leurs réserves. D’autres les ont exprimées sans ambages lors du débat général et de la discussion particulière article par article. On a pu sentir battre pendant plusieurs heures à pleines pulsations le cœur de la démocratie dans son temple qu’est l’Hémicycle.

Mais permettez-moi de vous dire qu’au-delà des mains levées en l’air manifestant l’expression d’un vote à l’Assemblée nationale, le fonctionnement de celle-ci obéit à des règles communes à toutes les Assemblées du monde. Les députés sont organisés en réseaux et en groupes parlementaires.

Avant les votes de lois majeures, les députés se concertent soit avant l’ouverture de la séance, ou sollicitent une suspension pour essayer d’avoir une position commune. Lorsque le groupe prend une position, celle-ci s’impose à tout le monde sans égard à la qualité de chacun des députés et sans considération à leurs convictions personnelles déclarées ou non.

Pour ceux qui ont suivi le débat en direct, ils ont dû constater que le PAN a demandé la position de chaque groupe avant d’aller au vote. Voilà comment ça fonctionne.

Nous avons lu dans la presse et sur les réseaux sociaux, dès le vote achevé, que les élus auraient subi des pressions afin de se plier à des injonctions venues d’ailleurs… Ils auraient même été achetés à coups d’argent… Balivernes. BA-LI-VERNES ! Ici au Bénin, l’opinion publique est très friande de nouvelles sensationnelles. Certains, pour en profiter, prêchent le faux, non pour avoir le vrai, mais pour être les auteurs ou les auteures d’une information qui comme on dit « fait le buzz » ! On colporte des rumeurs mensongères avec force conviction. Et c’est ainsi que depuis quelques jours, plusieurs députés sont l’objet de critiques acerbes, d’injures, voire de menaces à peine voilées. Mais en l’espèce, je peux vous assurer que chaque député qui a voté en faveur de ce projet de loi, l’a fait en pesant ce qui apparait comme l’intérêt que cela comporte pour la société, en particulier pour les femmes béninoises et en se laissant convaincre qu’il valait encore mieux cette loi que de continuer à laisser des femmes enceintes confrontées à certaines situations de détresse, se livrer à la pratique des avortements clandestins à risque… »

#AssembleenationaleduBenin, #Ivg, #JamesGbaguidi, #Clarifications, #VisBen, #Wasexo

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :