Activités du CIFAF : Les précisions et clarifications du Bâtonnier Jacques Migan sur la session de formation de Douala et l’agenda de Cotonou

 Activités du CIFAF : Les précisions et clarifications du Bâtonnier Jacques Migan sur la session de formation de Douala et l’agenda de Cotonou

Jacques MIGAN

Écoutez cet article en audio

 Après Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso qui a abrité il y a quelques semaines, la première session de formation continue 2021 au profit des avocats francophones, c’est à Douala que le Cifaf tient la deuxième session de formation pour e compte de cette même année.

A cette occasion, le directeur du Cifafa, le Bâtonnier Jacques Migan revient, à travers l’interview ci-dessous, sur le choix de la visio-conférence comme mode d’organisation des sessions de formations depuis l’an dernier, les modules de formation de la session de Douala, la prochaine formation prévue à Cotonou…

Appréciez !

Monsieur le Bâtonnier Jacques Migan, le CIFAF était à Ouagadougou, il a quelques semaines, il est présent actuellement à Douala pour une nouvelle session de formation continue toujours en bimodale. Le CIFAF a semblé avoir définitivement fait cette option pour ses sessions de formations.  

Jacques MIGAN
Jacques MIGAN

Merci monsieur le journaliste. Votre constat est fondé mais il faut être nuancé. Les contraintes sanitaires de la Covid-19 nous imposent de nous conformer, mieux, de nous adapter aux réalités de notre temps. Vous savez, les sessions de formation continue sont celles qui mobilisent traditionnellement le plus grand nombre de participants et grâce à la possibilité de participation par visio-conférence, le taux de participation des sessions du CIFAF a connu un net accroissement. Donc cette modalité n’est pas un mal en soi, bien au contraire, il faut résolument en tirer les conclusions pour la suite.  

 

Monsieur le Bâtonnier, quelles sont les particularités de cette session de la session de formation  en cours ?

Il faut commencer par dire que la présente session de formation est dénommée « Promotion Charles PATY-TCHAKOUTE » du nom du regretté Bâtonnier du Barreau du Cameroun. L’ouverture de la session a été une occasion inédite pour lui rendre un hommage mérité pour son action au service du droit et de la justice dans son pays, le Cameroun et dans toute l’Afrique.

Par ailleurs, pour cette session de formation, le CIFAF fidèle à la tradition, a  programmé les différents modules en fonction des besoins exprimés par le Barreau du Cameroun et aussi en fonction des exigences dictées par l’actualité de la pratique professionnelle de l’Avocat.

C’est ainsi qu’en symbiose avec le Barreau du Cameroun, le Conseil pédagogique du CIFAF a retenu des modules sur la déontologie : « Le conflit d’intérêts  dans l’exercice individuel et dans les cabinets groupés » », sur le droit processuel savoir, « Le contentieux de la saisie immobilière »,  sur les contrats d’affaires notamment la phase de préparation, les techniques de rédaction, la résolution de leur contentieux.

La problématique de l’état civil sera abordée après un panorama sur l’état civil, le contentieux des actes de l’état civil et le contentieux des acteurs de l’état civil.

 

Monsieur le Bâtonnier Jacques Migan, après la session de Douala, quelles seront les autres activités du CIFAF ? Sans doute la session mensuelle d’aout-septembre à Cotonou ?  

Oui  effectivement, après Douala, il y aura la session de Cotonou. En revanche, elle ne se déroulera pas de la même manière qu’auparavant. Elle sera en bimodale (en présentiel comme en visio-conférence) avec la participation de tous les avocats des barreaux francophones d’Afrique, les uns présents à Cotonou, les autres dans leur pays respectifs grâce à  l’application zoom. Aussi, la durée de la formation sera un peu raccourcie. Des thématiques intéressantes y seront développées.

Je saisis cette occasion pour inviter les avocats de l’espace francophone à saisir cette opportunité de formation, les formations organisées par le CIFAF étant gratuites et accessibles à tous.

Merci Monsieur le Bâtonnier pour ces précisions.

C’est moi qui vous remercie monsieur le journaliste.

Par la Rédaction de visages-du-benin.com

#CIFAF, #Sessiondeformtion,#JacquesMigan, #VisBen, #Douala,

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :