Albert Tévoèdjrè persiste et signe : « … Notre Bénin vit aujourd’hui des moments difficiles … »

( le Médiateur interpelle la Cour Constitutionnelle )

 Le Médiateur de la République, le professeur Albert Tévoèdjrè ne se lasse plus de tirer la sonnette d’alarme. Au détour d’une conférence de presse organisée à Porto-Novo ce jeudi 30 août 2012 sur les activités de l’institution qu’il dirige, il a réaffirmé à travers le tome 3 de sa plaquette «  Chrétien et responsabilité dans la Cité », la nécessité pour le clergé catholique de ratisser large pour une sortie de crise. Par ailleurs minimisant sa responsabilité dans le retour aux affaires de Boni Yayi et dans  la situation de crise consécutive aux récentes déclarations et actions de ce dernier, Albert Tévoèdjrè renvoie à la Cour Constitutionnelle.

«… Au regard de ce qui se dit et se voit actuellement dans le pays, êtes vous fiers d’avoir participé au retour du président Boni Yayi ? » a demandé un journaliste. A cette interrogation, voici la réponse de Albert Tévoèdjrè : « …Qui suis-je moi….et la Cour Constitutionnelle ? Qu’a-t-elle fait ? que fait-elle ?…. »

A la question de savoir si oui ou non la situation actuelle que traverse le pays n’inquiète pas le Médiateur et quelle est sa thérapie, Albert Tévoèdjré a renvoyé les hommes et femmes des médias à l’avant-propos de la 2ème édition de sa plaquette, avant propos qu’il a d’ailleurs repris in extenso dans la 3ème édition rendue publique à l’occasion : « …… Aucun pays n’est exempt de crises ou de difficultés. Notre Bénin vit aujourd’hui des moments difficiles que nul ne pouvait prévoir et nul n’est exempt de responsabilité dans tout cela... »

Albert Tévoèdjrè fustigera par ailleurs, la politique sélective notée dans l’invitation des cadres et personnalités conviés aux  assises catholiques sur l’engagement du Chrétien dans la cité ( Cotonou les 28, 29, 30 juin 2012). Il invitera l’Eglise catholique à repenser ce cadre de concertation “pour inviter tout le monde, pour retrouver l’esprit catholique, l’unité familiale” : « …. Il importe de prier pour que chacun, dans son rôle reconnu, dans sa compétence éprouvée, dans le respect des opinions d’autrui, sache contribuer à sortir le pays d’angoisses inutiles et n’ajoute pas au désordre qui peut tout anéantir. S’il faut reprendre l’exercice, reprenons-le sérieusement, patiemment et périodiquement. Le pays, attend cela de nous. Ici, la responsabilité est collective, elle est catholique. Cessons donc entre nous les invectives infondées. Créditons-nous d’un peu de bonne foi chrétienne et parlons d’une même voix sur les choses essentielles…. » dira Albert Tévoèdjrè qui rappellera à ce propos les déclarations de Monseigneur Antoine Ganyé au pèlerinage marial de Dassa-Zoumé le 19 août dernier: « …C’est pourquoi le bien qui est fait par n’importe qui, reconnaissons-le, mobilisons-nous autour et aidons ce bien à se développer… »

Francis Z. OKOYA

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :