Appréciation des déclarations de Yayi le 1er août: Le ministre Abiola distribue les bons et les mauvais points

Aux différentes déclarations appréciant ou non la sortie médiatique du Chef de l’Etat le 1er août 2012, vient s’ajouter celle du parti Mouvement Espoir du Benin (Mesb) du ministre François Abiola. C’est ce jeudi 09 août 2012 que l’ancien député devenu ministre de l’Enseignement Supérieur a donné, au nom de son parti, l’appréciation qu’il fait de la situation socio-politique et surtout des déclarations des uns et des autres. A ce sujet, on retiendra que François Abiola bien qu’étant ministre du gouvernement actuel et membre de la mouvance présidentielle, a salué le ton non violent et apaisant des la déclaration de l’alliance l’Union fait la Nation. « Le MEsB n’a pas de gêne à saluer des aspects de la dernière sortie de l’UN  n’ayant pas cherché à entretenir le feu de la haine et de l’outrage. Ce groupe a confirmé ses propositions. Il revient à chacun de les apprécier avec sérénité et responsabilité ». Quant aux autres notamment Karim Rafiatou, le ministre Abiola les invite à travailler au sein de leur états-majors et des populations afin de pouvoir prétendre remplacer l’actuel Chef de l’Etat par les urnes. Voici l’intégralité de sa déclaration.

Francis Z. OKOYA

 

ACTUALITES SOCIO-POLITIQUES DU BENIN : LE POINT DE VUE DU PARTI MOUVEMENT ESPOIR DU BENIN (MEsB)

Après l’intervention du Président de la République sur des chaines de télévision le 1er août 2012,  des interventions ont fusé de toute part qui pour appuyer et d’autres pour critiquer avec beaucoup de virulence. Ainsi, nous entendons ici et là, des déclarations tendancieuses, provocatrices presque injurieuses à la limite tout au moins discourtoises.

Prenant la mesure de ses responsabilités, le Parti Mouvement Espoir du Bénin (MEsB) a décidé de tenir le présent point de presse participant comme l’y invite d’ailleurs notre constitution à l’animation de la vie politique de notre pays.

Les opinions émises ici ne sont rien d’autre que celles d’un parti politique membre de la majorité présidentielle. Nous avons choisi de faire cette déclaration ici même à Sakété, commune à partir de laquelle les populations nous ont permis d’avoir des suffrages qui nous ont envoyé à l’Assemblée nationale lors des élections législatives de mars 2011.

Chers amis,

Comme dans toute démocratie, notre pays ne peut pas échapper à des zones de turbulence surtout en ce moment de crises multi dimensionnelles  mondiales.

Le Président Boni Yayi a été élu en mars 2011 pour un deuxième et dernier mandat de cinq ans. L’ultime échéance pour lui est donc pour avril 2016.

On peut se demander alors pourquoi tant d’agitations et tant d’exhibitions de la part de ses adversaires  pour comme le pensent certains à tort ou à raison provoquer des situations de déstabilisation et d’insurrections pour espérer le chasser plus rapidement du pouvoir ?

Non mes chers amis,

le pouvoir, c’est à travers les urnes, l’autre dira c’est au fond des urnes.

Dans toute démocratie, on compte les fautes de l’adversaire, on se prépare pour le faire savoir et avec patience, on l’attend dans les urnes pour lui prendre le pouvoir par celles-ci.

Trois ans,

les adversaires du Président Boni Yayi ont le temps de s’organiser à moins que toutes ces agitations et toutes ces exhibitions ne soient l’expression de leur intime conviction qu’ils ne pourront jamais gagner Boni Yayi et son équipe par les urnes.

Nous avons suivi après l’intervention du Chef de l’Etat, l’opérateur économique M. Sébastien Adjavon, la déclaration de M. Nazaire Dossa, de M. Mèdjico, celle de l’alliance FCBE, celle du PRD, celle de groupe de femmes politiques, celle de l’Honorable Janvier Yahouédéhou, celle de l’Union fait la Nation (UN) et de l’UDS pour ne citer que quelques unes des répliques.

Le peuple béninois a suivi les uns et les autres et le MEsB n’a pas l’intention d’en  rajouter. La plupart des béninois ont contribué au KO du Président Boni Yayi en mars 2011 si non, on ne le qualifierait pas de KO. Inutile d’ironiser sur ce résultat que le peuple a déjà accepté. Comme le dit un proverbe nagot, ce n’est pas tous les linges qu’on sèche au soleil. Si chacun de nous voyait l’image que lui renvoyait le miroir de sa silhouette, certainement qu’il resterait plus sage et plus modéré.

S’agissant plus particulièrement d’un Responsable politique avec lequel le MEsB partage l’électorat ici à Sakété, nous n’en dirons pas grand chose publiquement pour garder cette préoccupation d’appel à la sérénité et à la retenue voulu par nous tous pour cette commune.  Mais, ce n’est pas parce qu’on se tait qu’on a rien à dire et surtout, ce n’est pas celui qui fait le plus de bruit qui a toujours raison. D’ailleurs, l’invective et la défiance des donneurs de leçon devant l’éternel, des rancuniers permanents n’ont jamais rien construit de bon. Ce n’est pas çà des valeurs que nous devons laisser comme héritage quelque soit la profondeur des frustrations. Une mère, c’est plus sacré, cela va au-delà des affaires politiques car pour les affaires politiques, les chiffres sont là et sont sans appel. Revisitez-les et préparez vous en conséquence pour chaque échéance électorale.

Le MEsB n’a pas de gêne à saluer des aspects de la dernière sortie de l’UN  n’ayant pas cherché à entretenir le feu de la haine et de l’outrage. Ce groupe a confirmé ses propositions. Il revient à chacun de les apprécier avec sérénité et responsabilité. Nous saluons aussi la rencontre du Chef de l’Etat avec M. Ajavon.

Chers amis, Chers militants,

Ce qui nous unit est plus grand, plus beau, plus digne plus prestigieux que ce qui peut nous diviser. Les défis sont nombreux, les besoins aussi. C’est pourquoi des réformes ont été engagées et le MEsB demande qu’elles se poursuivent avec méthode.

Pour finir, Nous appelons les uns et les autres à la modération, à la réserve, à la retenue, à abandonner cette idée d’insurrection pour espérer chasser plus tôt le détenteur du pouvoir temporaire actuel du palais présidentiel. On ne pourrait l’accepter pour soi même.

Ici dans le Département du Plateau, nous sommes respectueux de l’Autorité puisque nous voulons qu’on nous respecte aussi. Continuons le dialogue en respectant les prérogatives de chacun. Revenons à l’humilité et à la présentation de nos projets de société pour espérer changer positivement le Bénin en travaillant à associer son nom aux suffrages de nos compatriotes.

Laissons la rue tranquille et réfléchissons dans nos états majors politiques à comment conduire les réformes indispensables pour faire du Bénin, un pays véritablement émergent.

Je vous remercie.

Sakété, le 09 Août 2012

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :