Après la Lépi en 2011 :L’affaire Talon-Yayi mobilise partis politiques, syndicats et société civile

 L’histoire socio-politique récente du Bénin a montré que fin 2010 et début 2011, les partis politiques, les centrales syndicales et les organisations de la société civile se sont retrouvés dans un même creuset pour unir leurs voix contre les défaillances de la Lépi. Il en a été de même au début de cette année 2012 face aux  tentatives de restrictions des libertés par le pouvoir de la Refondation devant les mouvements des enseignants. Aujourd’hui ce sont les derniers développements du différend Talon-Yayi avec la saisine manu militari des intrants agricoles du premier sur terre comme en haute mer qui sonné le glas de la mobilisation socio-politique contre ce qu’ils ont appelé « la démission individuelle et collective entretenue par la corruption et l’intoxication. ».

 Pour l’Union fait la Nation, les organisations de la société civile spécialisées en matière de gouvernance, les centrales syndicales et les autres partis politiques qui ont analysé le mercredi 13 juin 2012 la situation nationale, il y a «…les dérives outrancières du gouvernement, la morosité économique et financière persistante, la perte drastique du pouvoir d’achat des travailleurs, la misère généralisée au niveau des populations… ». Face à ce constat, les différentes instances sus citées ont lancé des appels ont pris des engagements contenus dans un communiqué de presse que voici.

 Francis Z.OKOYA

 COMMUNIQUE DE PRESSE

  Sur invitation de l’Union fait la Nation, les organisations de la société civile, spécialisées en matière de gouvernance, les centrales syndicales et des partis politiques se sont réunis, le mercredi 13 Juin 2012. Ces organisations ont échangé sur les derniers événements survenus dans notre pays et analysé la situation nationale.

 

Elles constatent les dérives outrancières du gouvernement, la morosité économique et financière persistante, la perte drastique du pouvoir d’achat des travailleurs, la misère généralisée au niveau des populations.

 

Elles ont discuté des responsabilités spécifiques de chaque type d’organisation et décidé de renforcer leur solidarité, par-delà leurs différences, face aux dangers qui guettent notre pays. Ils ont défini un ensemble de tâches auxquelles elles s’attèleront les prochains jours.

 

 

 

Elles lancent un appel patriotique aux travailleurs et au peuple béninois tout entier afin que chacun prenne toute la mesure de la gravité de l’heure.

 

Elles invitent toutes les organisations de la société civile spécialisées sur les questions de gouvernance, tous les syndicats et tous les partis politiques, animés d’un esprit authentique de patriotisme, à se démarquer de la politique de destruction systématique de notre démocratie, de l’Etat de droit et de notre économie. Sous aucun prétexte, personne ne doit laisser le Bénin sombrer. C’est de notre pays qu’il est question.

 

Libérons-nous de la peur !

 

Assumons pleinement nos responsabilités !

 

Refusons la démission individuelle et collective entretenue par la corruption et l’intoxication.

 

 

 

Fait à Cotonou, le 13 Juin 2012

 

 

 

Le Collectif

 

 

 

(des partis politiques, centrales syndicales et des OSC-BG)

 

 

Après la Lépi en 2011

L’affaire Talon-Yayi mobilise partis politiques, syndicats et société civile

 

L’histoire socio-politique récente du Bénin a montré que fin 2010 et début 2011, les partis politiques, les centrales syndicales et les organisations de la société civile se sont retrouvés dans un même creuset pour unir leurs voix contre les défaillances de la Lépi. Il en a été de même au début de cette année 2012 face aux  tentatives de restrictions des libertés par le pouvoir de la Refondation devant les mouvements des enseignants. Aujourd’hui ce sont les derniers développements du différend Talon-Yayi avec la saisine manu militari des intrants agricoles du premier sur terre comme en haute mer qui sonné le glas de la mobilisation socio-politique contre ce qu’ils ont appelé « la démission individuelle et collective entretenue par la corruption et l’intoxication. ».

Pour l’Union fait la Nation, les organisations de la société civile spécialisées en matière de gouvernance, les centrales syndicales et les autres partis politiques qui ont analysé le mercredi 13 juin 2012 la situation nationale, il y a «…les dérives outrancières du gouvernement, la morosité économique et financière persistante, la perte drastique du pouvoir d’achat des travailleurs, la misère généralisée au niveau des populations… ». Face à ce constat, les différentes instances sus citées ont lancé des appels ont pris des engagements contenus dans un communiqué de presse que voici.

Francis Z.OKOYA

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Sur invitation de l’Union fait la Nation, les organisations de la société civile, spécialisées en matière de gouvernance, les centrales syndicales et des partis politiques se sont réunis, le mercredi 13 Juin 2012. Ces organisations ont échangé sur les derniers événements survenus dans notre pays et analysé la situation nationale.

Elles constatent les dérives outrancières du gouvernement, la morosité économique et financière persistante, la perte drastique du pouvoir d’achat des travailleurs, la misère généralisée au niveau des populations.

Elles ont discuté des responsabilités spécifiques de chaque type d’organisation et décidé de renforcer leur solidarité, par-delà leurs différences, face aux dangers qui guettent notre pays. Ils ont défini un ensemble de tâches auxquelles elles s’attèleront les prochains jours.

 

Elles lancent un appel patriotique aux travailleurs et au peuple béninois tout entier afin que chacun prenne toute la mesure de la gravité de l’heure.

Elles invitent toutes les organisations de la société civile spécialisées sur les questions de gouvernance, tous les syndicats et tous les partis politiques, animés d’un esprit authentique de patriotisme, à se démarquer de la politique de destruction systématique de notre démocratie, de l’Etat de droit et de notre économie. Sous aucun prétexte, personne ne doit laisser le Bénin sombrer. C’est de notre pays qu’il est question.

Libérons-nous de la peur !

Assumons pleinement nos responsabilités !

Refusons la démission individuelle et collective entretenue par la corruption et l’intoxication.

 

Fait à Cotonou, le 13 Juin 2012

 

Le Collectif

 

(des partis politiques, centrales syndicales et des OSC-BG)

REPUBLIQUE DU BENIN

—–

MINISTERE

DES AFFAIRES ETRANGERES, DE L’INTEGRATION AFRICAINE, DE LA FRANCOPHONIE ET DES BENINOIS DE L’EXTERIEUR

——

SECRETARIAT GENERAL DU MINISTERE

                  /MAEIAFBE/SG/SGA/ASS

 

 

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :