Après leur séjour à Bamako : La déclaration des Médiateurs de l’Uemoa sur la crise malienne

Le bureau de l’Association des Médiateurs des Pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (AMP-UEMOA)   a séjourné à Bamako les 24 et 25 septembre 2012. Conduite par son président, le professeur Albert Tévoèdjrè, la délégation de l’AMP-UEMOA a rencontré plusieurs autorités maliennes et s’est prononcé sur la crise que traverse ce pays. Voici le rapport de cette mission des Médiateur de l’Uemoa et leur déclaration sur la situation qui prévaut au nord du Mali.

Francis Z. OKOYA


Déclaration du bureau de l’Association des Médiateurs des Pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine sur la crise malienne

Les 24 et 25 septembre 2012, une délégation du bureau de l’Association des Médiateurs des Pays Membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (AMP-UEMOA) conduite par son Président, le Professeur Albert Tévoédjrè, Médiateur de la République du Bénin, et comprenant le Professeur Serigne Diop, Médiateur de la République du Sénégal et Président de l’Association des Ombudsman et Médiateurs de la Francophonie (AOMF), Monsieur Marcel Sandaogo, Secrétaire général du Médiateur du Faso, Madame Andréa Yaméogo, Secrétaire Permanente de l’AMP-UEMOA et Monsieur Marius Loko, Chef de Cabinet du Médiateur de la République du Bénin, a séjourné à Bamako.

Cette visite s’effectue dans le contexte des 52 ans d’indépendance du Mali et fait suite à la mission de bonne volonté déjà réalisée le 23 février 2012 par le bureau de ladite Association dans la capitale malienne. Elle lui a donné l’opportunité d’avoir des échanges de vues avec les principaux acteurs et responsables impliqués dans le processus de résolution de la crise et/ou susceptibles de lui apporter un éclairage pertinent sur le contexte et les enjeux politiques et sécuritaires actuels du pays.

Ainsi, avec le concours de Monsieur Diango Cissoko, Médiateur de la République du Mali et de ses collaborateurs, la délégation a eu l’opportunité de rencontrer successivement:

–         Monsieur Oumar Kanouté, Ministre, Directeur de Cabinet de Monsieur Cheick Modibo Diarra, Premier Ministre empêché;

–         Son Excellence le Professeur Dioncounda Traoré, Président par intérim de la République du Mali ;

–         El Hadj Mahmoud Dicko, Président du Haut Conseil Islamique ;

–         Le Capitaine Amadou Haya Sanogo, Président du Comité Militaire de suivi de la Réforme des Forces Armées et de Sécurité ;

–         Le Général Moussa Traoré, Ancien Président de la République du Mali ;

–         L’honorable Younoussi Touré, Président de l’Assemblée Nationale du Mali par intérim, accompagné des membres de son bureau ;

–         Les principaux membres du corps diplomatique accrédité au Mali ;

–         Monsieur Cheaka A. Touré, Représentant spécial de la CEDEAO au Mali.

 La délégation s’est inquiétée de la situation du Mali, a exprimé sa solidarité et sa sympathie aux Autorités et au Peuple maliens qui sont agressés dans leurs territoire et valeurs séculaires. Elle a renouvelé son engagement à accompagner le processus de normalisation du pays.

Elle a tenu, par ailleurs, à témoigner tout particulièrement son attention, sa fraternité et sa pleine solidarité aux femmes, aux hommes et aux enfants qui, dans la région du Nord du Mali, sont pris en otage par des groupuscules armés qui leur font endurer des souffrances innommables au nom d’interprétations abusives et sectaires du Livre Saint de l’Islam, détruisant au passage le riche patrimoine culturel qui fait la fierté du Mali, du continent africain et du monde entier. Les valeurs islamiques les plus largement partagées par la grande majorité du peuple malien se trouvent ainsi mises en cause par ces groupements qui profitent de l’inorganisation de l’opinion internationale.

 Au cours de son séjour et des entretiens qu’elle a eus avec les diverses Autorités, la délégation a souligné sa très bonne appréciation du rôle que joue Monsieur Diango Cissoko, Médiateur de la République du Mali, dans le processus de normalisation du pays et lui a témoigné sa pleine solidarité et son soutien. Elle invite tous les acteurs maliens ainsi que les partenaires internationaux à l’appuyer dans l’accomplissement de sa mission.

La délégation a, en outre, rappelé que sa démarche s’inscrit dans une perspective de service et qu’elle ne vise donc pas à en ajouter aux multiples initiatives déjà en cours. Il s’agit simplement pour elle de faciliter les actions engagées afin qu’elles connaissent une issue favorable pour les maliens.

Face à la gravité de la situation du Nord du Mali, les médiateurs des pays membres de l’UEMOA:

  1. rappellent que le Mali est un grand Peuple dont les ressortissants des pays de l’espace UEMOA sont tous un peu issus et que le Peuple malien est porteur de traditions et de valeurs qu’il faut respecter ;
  2. rappellent que l’immense majorité des musulmans maliens sont tolérants, pieux, travailleurs et solidaires des valeurs islamiques largement partagées;
  3. condamnent énergiquement les graves violations des droits humains perpétrées dans la Région Nord Mali par les groupuscules armés et autres réseaux criminels contre les paisibles populations civiles et le riche patrimoine culturel du pays ;
  4. invitent la classe politique, les forces vives de la Nation et l’armée républicaine malienne à un dialogue inclusif et à un consensus sincère sur l’essentiel en vue de faire face au double défi que constituent la reconquête du Nord du Mali, d’une part, et l’organisation d’élections crédibles, d’autre part. Dans ce cadre, les médiateurs de l’UEMOA soutiennent la tenue des concertations nationales en cours de préparation et qui sont destinées à souder davantage les maliens derrière leurs institutions ;
  5. saluent les diverses initiatives prises par les partenaires bilatéraux et multilatéraux du Mali, en particulier la CEDEAO, en vue d’aider ce pays à recouvrer son intégrité territoriale ;
  6. saluent les efforts du Président par intérim, du Chef du gouvernement, de l’Assemblée Nationale et de tous les autres acteurs visant à fédérer les énergies et à préserver l’unité nationale. Ils se félicitent de la place accordée au Médiateur de la République du Mali dans ce processus et lui adressent leurs encouragements et leur soutien dans sa mission ;
  7.  appellent à une écoute attentive ainsi qu’à une prise en compte effective des aspirations du Peuple malien dans les divers processus décisionnels les concernant ;
  8. engagent l’opinion publique malienne à une mobilisation populaire de résistance pour faire face aux agresseurs et invitent les organisations régionales, internationales et non gouvernementales à apporter leur soutien  à cette action;
  9. appellent à l’élargissement des cercles de réflexion et de solidarité en faveur du Mali. A cet égard, les médiateurs des pays membres de l’UEMOA suggèrent que toutes les organisations qui peuvent jouer un rôle positif de service, notamment les instances islamiques internationales dont le Mali est membre, se mobilisent davantage pour aider le pays à faire face au péril intégriste dans le Nord du Mali ;
  10. 10.  invitent les partenaires internationaux à accompagner les efforts de solidarités complémentaires à construire pour sortir le Mali de la très grave crise que ce pays traverse et qui menace l’ensemble de la sous-région.

Une délégation du bureau de l’AMP-UEMOA conduite par son Président, le Professeur Albert Tévoédjrè, se rendra le jeudi 27 septembre 2012 à Abidjan en vue de soumettre au Président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) son appréciation de la situation et ses suggestions./.

Fait à Bamako, le 25 septembre 2012

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :