Assemblée nationale : De bonnes raisons pour une 2ème session extraordinaire

La première session ordinaire de l’Assemblée nationale a pris fin sans que des dossiers de grande importance n’aient été examinés. La proposition de loi sur les unités administratives, la proposition ou le projet de loi devant consacrer la mise en route de la correction de la Lépi ou encore la demande d’étude en urgence de la proposition de résolution portant sur la mise sur pied d’une commission parlementaire d’enquêtes sur les fonds Fadec…sont autant d’éléments qui justifient la convocation d’une 2ème session extraordinaire. En effet la 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale, ne pourra selon les dispositions de  l’article 4 du Règlement Intérieur, s’ouvrir que courant la 2ème quinzaine du mois d’octobre. Or les nouvelles dispositions législatives pour la correction de la Lépi ne pourront attendre jusque-là. Mais le même Règlement Intérieur dispose en son article 5 que « Conformément à l’article 88 de la Constitution, l’Assemblée nationale est convoquée en session extraordinaire par son Président sur un ordre du jour déterminé, à la demande du Président de la République ou à la majorité absolue des députés. Elle se réunit également en session extraordinaire de plein droit dans les conditions fixées aux articles 68 et 83 de la Constitution. ». C’est dire donc que la majorité parlementaire actuellement acquise au pouvoir de Boni Yayi donnerait une preuve de sa bonne foi en demandant la tenue d’une 2ème session extraordinaire avant les congés parlementaires.

Francis Z. OKOYA

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :