Atelier d’imprégnation, de renforcement des capacités du Réseau des Parlementaires de Lutte contre la Corruption/ Section Béninoise :  La Première Vice-présidente de l’Assemblée nationale Mariam Chabi Talata Zime ouvre les travaux

 Atelier d’imprégnation, de renforcement des capacités du Réseau des Parlementaires de Lutte contre la Corruption/ Section Béninoise :  La Première Vice-présidente de l’Assemblée nationale Mariam Chabi Talata Zime ouvre les travaux

Première Vice-présidente de l’Assemblée nationale Mariam Chabi Talata Zime

Écoutez cet article en audio
La Première Vice-présidente de l'Assemblée nationale Mariam Chabi Talata Zime
La Première Vice-présidente de l’Assemblée nationale Mariam Chabi Talata Zime

C’est à l’hôtel JECO de Dassa-Zoumé que les députés béninois du Réseau des parlementaires de lutte contre la corruption : section béninoise, se sont donnés rendez-vous ce mercredi 16 décembre 2020 pour procéder à l’ouverture de l’atelier d’imprégnation, de renforcement de capacités sur la lutte contre la corruption en Afrique Subsaharienne et d’appropriation des textes fondamentaux de APNAC-BENIN. Empêché, le président de l’Assemblée nationale Louis Gbehounou VLAVONOU a dépêché la première vice-présidente de l’Assemblée nationale, l’honorable Mariam CHABI TALATA ZIME pour procéder en son nom à l’ouverture dudit atelier qui se déroulera du 16 au 18 décembre 2020 . Plusieurs députés de la huitième législature, le représentant du Ministre d’État Pascal Iréné KOUKPAKI, le représentant résident du PNUD au Bénin et le représentant Afrique de APNAC ont répondu présents à ce rendez-vous important.

Dans son discours luminaire, la Vice-présidente de l’Assemblée nationale l’honorable Mariam CHABI TALATA ZIME a indiqué que le Bénin affiche une volonté politique forte et sans pareille dans le domaine de la lutte contre la corruption. Laquelle volonté nous a permis de passer de la 95ème place sur 180 à la 80ème de 2016 à 2019 dans le classement de Transparency International des États les moins corrompus du monde. Elle poursuit en disant que le Bénin, en seulement 4 ans a ainsi réalisé un bond de 15 places en avant et se hisse aujourd’hui au top 10 des Nations les moins corrompus d’Afrique. L’expérience du Bénin enseigne sur la force de la lucide volonté politique partagée qui ne se laisse ni distraire ni corrompre par aucune considération personnelle partisane. Le pouvoir exécutif béninois accompagné par le législatif et le judiciaire s’est doté d’outils de mécanismes et de stratégies qui ont permis au pays de commencer par sortir de son enlisement. Il faut dire que la Cour de répression des Infractions économiques et du Terrorisme (CRIET) a été déterminante dans les progrès réalisés par le Bénin. L’Assemblée nationale du Bénin pour sa part joue sa partition en s’efforçant sur le plan administratif d’être un modèle, un exemple dans le respect des biens publics. Le président Louis Gbèhounou VLAVONOU attaché au devoir d’exemplarité a inséré dans l’organigramme administratif du parlement, des structures telles que: la Cellule de contrôle des marchés publics et la personne responsable des marchés publics. Les députés de la huitième législature conscients eux aussi de ce devoir d’exemplarité subissent aujourd’hui comme des élus acquis. Même l’opposition reproche tout sauf la corruption et le détournement des deniers publics. C’est un exploit inédit dans la vie parlementaire béninoise a-t-elle fait relever.

Il convient de mentionner que l’honorable Augustin AHOUANVOEBLA, coordonnateur de l’APNAC-Bénin a également pris la parole pour éclairer l’assistance sur les objectifs fixés par ledit réseau en organisant cet atelier : “…Depuis sa création en 2011 l’APNAC-Bénin sous les législatures précédentes a été initiateur de nombreuses activités visant à apporter une dimension parlementaire au débat sur la lutte contre la corruption au Bénin. La mise en œuvre des dites activités a été souvent possible grâce à l’accompagnement de certains partenaires techniques et financiers que le Réseau par ma voix remercie et salue très sincèrement. À l’issue des dernières élections législatives de 2019 au Bénin, certains députés membres actifs de l’APNAC-Bénin et de son bureau n’ont pas pu avoir la chance de se faire réélire. Cet état de chose a plongé le réseau dans une période d’hibernation. Ainsi la présente rencontre s’inscrit dans le cadre d’une réorganisation de la section béninoise de l’APNAC au titre de la huitième législature en vue de procéder à la relance de ses activités. Je profite de l’occasion pour exprimer toute ma reconnaissance à l’endroit du Président de l’Assemblée nationale Louis Gbèhounou VLAVONOU qui a bien voulu autoriser l’organisation du présent atelier. Les mêmes gratitudes sont adressées à l’endroit du Ministre d’État Pascal Iréné KOUKPAKI, Coordonnateur des activités de l’Autorité Nationale de lutte contre la corruption et celui-là qui est en phase avec le gouvernement pour la mise en place de toute la structure du Haut Commissariat à la prévention de la corruption au Bénin. Gratitude exceptionnelle à Monsieur MOHAMED ABCHIR, Représentant résident du PNUD au Bénin dont la présence audit atelier rehausse le profil dudit rencontre.”

En effet, le but de l’APNAC est de développer, maintenir et promouvoir un réseau afin de renforcer les capacités des Parlements et des Parlementaires en Afrique à agir pour lutter résolument contre la corruption dans leurs pays respectifs en vue d’assurer un niveau élevé d’intégrité. Il a pour objectif de renforcer l’engagement de la capacité des Parlements et des Parlementaires Africains à l’exercice de la transparence et de la reddition des comptes. Pour atteindre les objectifs qu’il s’est assigné, l’APNAC s’engage à veiller à ce que les gouvernements africains mettent en œuvre des orientations stratégiques et procédures destinées à promouvoir la transparence et la bonne gouvernance ; s’assurer que les fonctionnaires appliquent des politiques et lois qui réduisent la corruption et promeuvent la bonne gouvernance ; encourager les citoyens à discuter librement des préoccupations relatives à la corruption des acteurs du secteur public et privé, sans crainte de représailles ou faire des dénonciations anonymes; veiller à respecter toutes les lois et tous les codes de conduite, et communiquer efficacement avec les membres du Réseau et autres intervenants concernés et ce, en toute transparence et de façon spontanée ; se doter d’un manuel de procédures administratives et financières, des mécanismes de mobilisations de ressources budgétaires qui permettent à l’APNAC de solliciter les expertises de professionnels indépendants en cas de besoin et enfin identifier et suivre les obstacles susceptibles de porter préjudices à la crédibilité et à la réputation de APNAC.

POLO. AHOUNOU 
#Atelier_d_Imprégnation,  #Renforcement_des_Capacites, #Reseau_des_Parlementaires_de_Lutte_contre_la_Corruption, #VisBen, #AssembleeNationale, #Mariam_Chabi_Talata Zime, #Corruption, #Benin, #Wasexo

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :