#Bénin / Assemblée nationale : Le Président VLAVONOU installe officiellement les membres de la Cellule Focale Genre

 #Bénin / Assemblée nationale : Le Président VLAVONOU installe officiellement les membres de la Cellule Focale Genre
Écoutez cet article en audio

À la faveur d’une cérémonie empreinte de solennité ce mercredi 22 juin 2022, le président de l’Assemblée nationale Louis Gbèhounou VLAVONOU a procédé, conformément à sa dynamique de positionner la 8ème législature à l’avant-garde de la lutte pour la promotion du genre, à l’installation de la Cellule focale genre de l’institution parlementaire à la salle “Kolawolé IDJI”.

Ils sont 20 membres à être installés par le président de l’Assemblée nationale en présence de la Première Secrétaire parlementaire, Sofiath SCHANOU épouse AROUNA, du deuxième secrétaire parlementaire, Dolenix KOGLÉVI, de la Secrétaire Exécutive de l’Institut national de la femme (INF), Huguette BOKPÈ épouse GNANCADJA, du Secrétaire Général du Ministère des Affaires Sociales Et De La Microfinance Pascal WELE IDRISSOU, des membres du cabinet du président de l’Assemblée nationale, des cadres parlementaires…

 Selon la décision n°2021-0110/AN/PT du 03 novembre 2021, ces membres auront pour mission essentielle de veiller à l’intégration de l’approche genre dans les documents d’orientation stratégique, les politiques, programmes, projets, budgets, actions et activités de l’Assemblée nationale.  Trois temps forts ont marqué cette cérémonie d’installation. D’entrée de jeu, le Directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale Mathieu AHOUANSOU a souhaité la bienvenue aux hôtes et rappelé que l’installation de cette cellule n’est possible que grâce au leadership du président Louis G.VLAVONOU appuyé par les membres du bureau de l’Assemblée nationale. Après avoir remercié les membres du comité de pilotage, il a fait savoir que le Président de l’Assemblée nationale en créant cette cellule a voulu doter le Parlement d’une structure de veille qui va assurer le respect de l’intégration genre dans tous les programmes. La cellule focale genre est composée des membres du comité de pilotage présidé par l’autorité parlementaire et des membres du secrétariat technique, a-t-il informé.

À sa suite, le Secrétaire Général Administratif de l’Assemblée nationale Mariano OGOUTOLOU a procédé à la lecture de la décision n°2022-010/AN/PT portant nomination des membres du secrétariat technique de la Cellule focale genre de l’Assemblée nationale.

Dans son discours, le président de l’Assemblée nationale a souligné le caractère inédit et important de cette cérémonie avant de rappeler les grands pas posés par la 8ème législature pour renforcer le débat sur la promotion du genre au Bénin.

L’historique du “genre”

Pour le président VLAVONOU, les questions du genre sont au cœur de toutes les problématiques de développement, car l’humanité ne peut prétendre avancer, en mettant en veilleuse sa moitié. “… C’est une cause qui me tient à cœur, depuis mon entrée en politique. Voilà pourquoi je n’ai jamais manqué, chaque fois que j’en ai eu l’occasion, de considérer la prise en compte du genre comme une condition nécessaire de réussite de l’action politique…”, a-t-il déclaré parlant de son engagement personnel. Poursuivant la lecture de son discours, l’autorité parlementaire a plongé son auditoire dans l’historique du “genre” en faisant quelques rappels:

“… C’est en 1955 que le controversé psychologue et sexologue néo-zélandais John Money crée le terme « genre », en partant d’une étude qu’il a menée sur les enfants hermaphrodites. Il a notamment introduit les notions de paraphilie et de « rôle de genre », gender role en anglais. La théorie du genre sera ensuite reprise et transformée, jusqu’à recouvrer le sens que nous lui reconnaissons aujourd’hui. Pour en revenir à l’acception du théoricien Money, le genre repose sur les différences entre les sexes parmi les êtres humains. Les féministes se sont par la suite appropriés ce concept pour s’en servir comme un levier, en vue de faire bouger l’ordre sexuel.

Onu Femmes considère qu’on entend par “genre”, « la construction socioculturelle des rôles masculins et féminins et des rapports entre les hommes et les femmes. Alors que « sexe » fait référence aux caractéristiques biologiques, être né(e) homme ou femme, le genre décrit des fonctions sociales assimilées et inculquées culturellement ». Transposé de l’anglais “Gender”, le genre est donc un concept sociologique désignant les “rapports sociaux de sexe” ainsi que l’analyse des statuts, rôles sociaux, relations entre les hommes et les femmes dans une société donnée. En prenant en compte cette définition du genre, le constat manifeste est au déséquilibre en ce qui concerne la prise en compte des femmes dans les politiques publiques de développement. Il faut donc, pour inverser cette tendance, selon Onu Femmes, mettre en place des stratégies « visant à incorporer les préoccupations et les expériences des femmes aussi bien que celles des hommes dans l’élaboration, la mise en œuvre, la surveillance et l’évaluation des politiques et des programmes dans tous les domaines – politique, économique, social et culturel – de manière que les femmes et les hommes bénéficient d’avantages égaux et que l’inégalité ne puisse se perpétuer ».

La contribution de la 8ème législature à la question du “genre”

Plusieurs actes sont posés par la 8ème législature en faveur du “genre”. Le président VLAVONOU en fait le point à travers ces extraits de son discours : “… La représentation nationale, dans le dessein de jouer sa partition dans ce combat, a posé trois actes législatifs majeurs sous la huitième législature. Il s’agit, avant tout, de l’adoption de la loi n°2019-40 portant révision de la constitution du Bénin du jeudi 31 octobre 2019, date historique. Celle-ci stipule, en son article 26 (nouveau) que « l’homme et la femme sont égaux en droit. Toutefois, la loi peut fixer des dispositions spéciales d’amélioration de la représentation du peuple par les femmes ». C’est en vertu de cette réforme constitutionnelle majeure et salutaire, que nous avons pu doter le Bénin de la loi n°2019 – 43 du 15 novembre 2019 portant code électoral, qui stipule, en son article 144 que le nombre de députés à l’Assemblée nationale est de cent neuf (109) dont vingt-quatre (24) sièges exclusivement réservés aux femmes.

Il s’agit aussi du vote de la loi n°2021-13 du 20 décembre 2021 modifiant et complétant la loi n°2002-07 du 24 août 2004 portant code des personnes et de la famille ainsi que de la loi n°2021 – 12 du 20 décembre 2021 modifiant et complétant la loi n°2003-04 du 03 mars 2003, relative à la santé sexuelle et à la reproduction et portant dispositions spéciales de répression des infractions commises à raison du sexe des personnes et de protection de la femme en République du Bénin.

“…En posant ces actes inédits et révolutionnaires, la huitième législature inscrit son nom en lettres d’or, dans les annales de la lutte pour le genre au Bénin, emboîtant ainsi les pas à l’exécutif dans ce créneau. En effet, face au diagnostic révélé par d’importantes études et enquêtes réalisées au sein de la population béninoise, et qui mettent en lumière les disparités entre les hommes et les femmes en matière d’accès aux facteurs de production et aux services sociaux de base, le Gouvernement a décidé de se doter d’une Politique Nationale de Promotion du Genre (PNPG). Ce document sert de cadre référentiel aux stratégies ou actions destinées à réduire, voire éliminer les disparités entre les hommes et les femmes à l’horizon 2025. Dans le même ordre d’idées, et pour mieux concrétiser la politique nationale de promotion du genre, le gouvernement a mis en place, le 21 juillet 2021, l’Institut national de la femme, en remplacement de l’Institut national pour la promotion de la femme. Rattachée à la présidence de la République du Bénin, cette structure œuvre pour la promotion de la femme, s’occupe des questions de violences basées sur le genre ainsi que de la lutte contre toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard de la femme. Pour cela, l’Institut a le pouvoir d’ester en justice…”, a laissé entendre l’autorité parlementaire. Pour finir, il a renvoyé les membres de la cellule focale genre de l’Assemblée nationale à cette exaltante mission qui consiste à garantir une meilleure prise en compte de l’approche genre à l’Assemblée nationale.

À la fin de la cérémonie, le Point focal genre de l’Assemblée nationale. Carmen Fifamé TOUDONOU, a pris la mesure de la tâche qui les attend pour atteindre les objectifs fixés. Quant à la représentante de l’Institut national de la femme (INF), elle est favorable à une collaboration entre l’INF et la cellule focale genre de l’Assemblée nationale.

Hermann OBINTI

#CelluleFocaleGenre, #Genre, #LouisVlavonou, #Visben, #Wasexo

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :