#Bénin : Une #arène_culturelle pour remplacer le siège inachevé et en #démolition de l’#Assemblée_nationale

 #Bénin : Une #arène_culturelle pour remplacer le siège inachevé et en #démolition de l’#Assemblée_nationale
Écoutez cet article en audio
  • Les raisons de l’”écrasement” de 22 milliards de frs CFA des contribuables

  • Le sort réservé aux présumés auteurs du “Bâtiment de la honte”

Depuis le début il y a quelques jours des travaux de démolition du bâtiment inachevé qui devrait servir de nouveau siège au Parlement béninois qui a coûté vingt-deux (22) milliards de francs CFA des voix se sont levés. Les unes pour dire ne pas comprendre, pourquoi ne pas installer les bureaux d’un service sur les lieux. D’autres se sont désolés de constater cette démolition alors que pour eux les auteurs de ce scandale politico-financier n’auraient pas été inquiétés.

C’est donc pour situer l’opinion publique que le Ministre José TONATO en charge du Cadre de Vie, des Transports et du Développement durable, est monté au créneau.

Des explications qu’il a fournies, un nouveau projet, L’arène culturelle de Porto-Novo, sera érigée en lieu et place de ce “lugubre bâtiment” situé à l’entrée de la ville de Porto-Novo à la descente du pont de la ville Capitale. Cette décision n’est pas nouvelle puisqu’elle a été déjà évoquée lors du Conseil des ministres du mercredi 02 septembre 2020 et reste conforme au volet touristique du Programme d’Action du Gouvernement 2021-2026.

Pourquoi “écraser”  22 milliards de FCFA des contribuables béninois ?
« … Les conclusions de l’audit diligenté sur cet ancien chantier ont été présentées à la Représentation nationale qui a autorisé le Gouvernement à suspendre les travaux définitivement sur ce site parce que le bâtiment n’est pas utilisable. Le sol n’est pas bon. La portance du sol est mauvaise, car c’est du remblai sur un périmètre relativement hydromorphe car, en bordure de lagune. Ce n’est pas un sol qui a une portance élevée pour supporter un bâtiment lourd en béton de quatre étages, la structure est totalement mal dimensionnée, les murs ne sont pas d’aplomb, les poteaux ne sont pas rectilignes, les poutres et chaînages, n’en parlons pas. Le bureau d’étude a déclaré non viable, non stable, non solide cette infrastructure de gros œuvre et la seule conclusion du cabinet, c’est la démolition du bâtiment », a expliqué José TONATO.  

Après la démolition

Poursuivant ces clarifications et précisions sur ce qu’adviendrait du site, l’ancien chantier de construction du siège de l’Assemblée Nationale, le Ministre du Cadre de Vie rassure qu’il ne reste pas inexploité : « Les travaux de démolition ont démarré simplement parce que ce site va recevoir un nouveau projet. Porto-Novo est une ville retenue pour recevoir l’arène culturelle de grande envergure comme Parakou. Ce site est très bien adapté. Il se situe au bord de la lagune. Nous arrivons avec un parc urbain. Le terrain sera planté à 80%. C’est un poumon vert pour la capitale. L’arène culturelle que le Gouvernement va réaliser est une salle de spectacle d’un seul niveau en structure relativement légère et semi-ouverte. C’est donc un bâtiment totalement adapté à la qualité du sol. Rassurez-vous, nous déroulons toutes les étapes d’instruction d’un projet ».  

Quel sort pour les présumés auteurs de ce gouffre financier ?

Dans son exposé sur les travaux de démolition en cours à la descente du pont de Porto-Novo, le Ministre TONATO a rassuré que le Gouvernement tient à situer toutes les responsabilités dans ce que certains ont qualifié de ” musée de la corruption” en indexant le bâtiment inachevé de ce qui aurait dû être le nouveau siège du Parlement béninois : « Je voudrais rassurer sincèrement toute la population béninoise que la procédure judiciaire est en cours. Le dossier est pendant devant la CRIET. La volonté du Gouvernement de situer les responsabilités des uns et des autres et de les sanctionner conformément à nos textes est intacte. Seulement, il faut laisser la justice faire son travail. La démolition ne signifie pas un coup de balai sur le dossier ».

#ArèneCulturelle, #VisBen #wasexo
J-Marc Aurel AGOSSOU

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!