Cessation de paiement à l’Assemblée nationale Les caisses de l’Etat encore au rouge ?

Cessation de paiement à l’Assemblée nationale

Les caisses de l’Etat encore au rouge ?

Aux lendemains de l’installation du docteur Boni Yayi  au palais de la Marina en avril 2006, l’opinion nationale et internationale ont été alertées du fait que
Kérékou n’avait laissé que 200 millions dans les caisses de l’Etat. Mais plusieurs fois déjà depuis quatre (4) ans des signaux sont envoyés et ne prédisent rien de bon quant à la santé financière
du pays. Hier c’est de l’Assemblée nationale que le drapeau rouge a été agité.

Francis Z.OKOYA

Les comptes de l’Assemblée nationale n’ont rien reçu aucun kopeck au titre du budget 2010 en tout cas jusqu’au 30 mars dernier. A cette date, l’Assemblée nationale
puise dans ses réserves des années passées pour tenir face à ses charges financières. Ne voyant rien venir  de par la part du Trésor Public trois (03) mois après la prise d’ordonnance pour
l’exécution du budget de 2010, le 1
er Questeur de l’institution parlementaire, Sacca Fikara, a décidé de
prendre le taureau par les cornes. Dans une correspondance adressée au Directeur de la Questure, il fait surseoir à toute délivrance de chèque relatif au paiement des salaires du personnel, des
indemnités des députés, des prestations de service… et ce jusqu’à nouvel ordre.

 

Une situation inquiétante

Par le passé les comptes de l’Assemblée nationale étaient déjà pourvus à pareille date. Boni Yayi disait-il vrai quand il annonce aux enseignants qu’il n’a plus
rien à leur donner ? Les banques seraient-elles vraiment en difficultés du fait des emprunts obligataires non rentabilisés et non remboursés encore ? Un confrère écrivait il y a
quelques jours “
Conséquences de tous ces emprunts obligataires, l’Etat doit plus de 40 milliard aux banques nationales. Ce qui fait que les banques ne
peuvent plus faire  de l’investissement privé et on se demande à quand les banques seront-elles payées ?”
.  Les ventes à des privés de l’hôtel
Croix du Sud, de la Sonapra, d’une partie du Port de Cotonou, de la cimenterie d’Onigbolo, de l’Ocbn, de l’Opt ( en cours)… cachent-elles des besoins réels et pressants de liquidité par le
pouvoir ? Les avertissements de la délégation du Fonds Monétaire Internationale qui a séjourné à Cotonou il y a quelques jours prédisant que l’année 2010 sera très dure économiquement
étaient donc fondés ?

Par ailleurs des langues se délient peu à peu et font savoir que le budget pris par ordonnance est bien deçà des 1milliard 300 millions rejetés par les députés fin
décembre 2009. Ces sources indiquent même que des instructions auraient été déjà données pour que le Programme d’Investissement Public ( Pib) des ministères soient abattus de 50 à 60%. Des
projets et programmes socio-communautaires sont sans ligne budgétaires et la Sbee régulièrement subventionnées par l’Etat décide d’augmenter le prix de ses prestations en l’absence ou à cause de
la baisse drastique de ces subventions.

Beaucoup de signaux qui permettent de penser que  l’alerte est rouge.

 

 

 

Partager l’article !
 
Cessation de paiement à l’Assemblée nationale Les caisses de l’Etat encore au rouge ?:
Cessation de paiement à l’Assemblée nationale

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :