Comptes extérieurs du Bénin au titre de 2018: Un solde excédentaire

 Comptes extérieurs du Bénin au titre de 2018: Un solde excédentaire

La direction nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest pour le Bénin (Bceao) a organisé, ce mardi 18 février à Cotonou, la journée de diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de 2018. Les invités, provenant de l’administration publique, des organisations internationales ainsi que du secteur privé, des banques et les membres du Comité national de la balance des paiements, ont échangé sur les comptes extérieurs 2018 du Bénin qui ont dégagé un excédent.

Il ressort de la présentation des comptes extérieurs du Bénin au titre de 2018, un taux de croissance de 6,7 % qui se traduit par un solde de la balance des paiements qui affiche un excédent de 196 860,5 millions F Cfa.
Didier Noukpo, chef du Service des Etudes et de la statistique de la direction nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest pour le Bénin (Bceao), a rappelé que les comptes extérieurs sont composés de la balance des paiements et de la position extérieure globale.
A propos de la balance des paiements, il a fait savoir que le solde global des paiements affiche un excédent de 196 860, 5 millions en 2018 après 2016 et 2017 où il est déficitaire avec respectivement 164 447,0 millions et 118 287,1 millions. Relevant une accentuation du déficit structurel du compte courant rapporté au produit intérieur brut, soit 4,5 % en 2018 contre 4,2 % un an plus tôt, Didier Noukpo a expliqué qu’elle est due notamment à une hausse du solde déficitaire de la balance des biens, liée à la hausse des importations de biens intermédiaires et des biens d’équipement. « Le déficit de la balance courante s’est accentué en s’établissant à 360 362,6 millions en 2018 contre 308 345,9 en 2017 », a-t-il signalé ajoutant qu’il a été suffisamment compensé par le compte de capital et le compte financier. Cela s’explique, selon lui, par le fait que le compte financier a bénéficié des mobilisations de ressources extérieures faites par le gouvernement grâce aux partenaires financiers et à la hausse des engagements extérieurs des autres secteurs de l’économie. « Les entrées nettes d’investissement direct se sont établies en 2018 à 102 370,5 millions contre 98 128,3 millions en 2017, soit une progression de 4 242,2 millions », a conclu Didier Noukpo. Ainsi, des investissements directs étrangers se sont accrus dans le secteur des transports et entreposages à 74 %, suivi du commerce de gros et de détail avec 72,1 % et de l’industrie manufacturière avec 10,8 % desdits investissements par rapport à 2017. Par contre, la tendance inverse est observée au niveau de la construction avec -27,3 %, de la communication avec -20,3 % et -10,0 % pour l’intermédiation financière, l’assurance et retraite.
Quant à la position extérieure globale, Didier Noukpo la définit comme les encours concernant le stock d’actifs financiers et le stock de passifs financiers d’un pays vis-à-vis du reste du monde. Celle du Bénin affiche un passif financier net de 3 140 825, 0 millions pour 2018 contre 2 888 767,8 millions en 2017. Au chapitre des actifs, on note qu’ils sont détenus sous forme d’investissements de portefeuille (36,2 %) composés essentiellement des titres publics acquis sur le marché régional de la dette publique, d’avoirs de réserve (26,9 %), de prêts (14,0 %) et de dépôts (9,4 %). Entre autres caractéristiques, il a noté que « les actifs du Bénin sont concentrés dans la zone Uemoa à travers les acquis de ses investisseurs, soit 63,7 % et le reste pour les autres pays ». Les passifs sont concentrés dans la catégorie des autres pays à hauteur de 44,0 % , des pays de l’Uemoa (40,5 %) et de la Zone euro (15,5 %).
Selon Didier Noukpo, ils sont constitués d’emprunts (39,4 %), d’investissements directs (31,4 %) et d’investissements de portefeuille (9,8 %).

Défis et perspectives

En guise de conclusion à sa présentation, il a indiqué que, sur le plan régional, les pays de l’Uemoa doivent poursuivre la mise en œuvre des mesures de promotion de la production des biens et des services de substitution aux importations qui pèsent sur les échanges extérieurs. Au niveau national, le Bénin doit poursuivre les efforts de diversification de son économie à travers la valorisation des filières agricoles identifiées dans le Programme d’action du gouvernement (Pag). Il doit aussi poursuivre l’amélioration du climat des affaires et le recours au partenariat public-privé pour la réalisation des projets et programmes du Pag. Le renforcement de l’offre d’énergie et la consolidation de la mobilisation des ressources intérieures en lien avec les mesures structurelles en cours sont aussi recommandés. Ces mesures visent la connexion des bases de données des différentes régies financières, la bancarisation des recettes fiscales et le renforcement de l’efficacité des dépenses publiques. Toutes choses qui contribueront à créer « un espace bugétaire qui permettra d’accroître les investissements publics, tout en préservant la viabilité de la dette ».
L’autre défi du Bénin concerne la poursuite du reprofilage de la dette publique pour tenir compte des risques de refinancement liés à la dette intérieure.

Par Alain ALLABI, La Nation

#Comptesextérieurs, #Bénin #Solde #Wasexo, #Economie, #Budget

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :