Correction de la Lépi et report des élections prochaines : Mésintelligence entre les députés

 Une fois de plus les députés, membres du groupe de travail pour la correction de la Lépi se sont retrouvés ce mercredi 08 août 2012. Si le rapport intégrant la contribution des structures et organisations extra-parlementaire n’a pas pu être adopté, les députés ont tout de même longtemps échangé avant de retenir certains points clés pour la suite du processus de la correction de la Lépi.

Ainsi il a été décidé que le processus de la correction de la Lépi ne doit pas excédé la fin du mois de février 2013. L’autre information majeure est que les députés, tenant compte de l’aspect législatif de la question de la correction de la Lépi, envisagent la disponibilité des textes modificatifs de ladite liste pour le 3ème trimestre 2013. Ce qui du coup, induit une prolongation du mandat des actuels élus communaux et locaux. Ainsi les prochaines élections locales sont envisagées selon certains députés, pour le mois de septembre 2013.  Mais cela n’est pas de l’avis de tous les députés membres du groupe de travail qui estiment que tout doit être bouclé à la fin février 2013. La question n’est pas tranchée. On retiendra néanmoins qu’ils sont unanimes  pour ce qui est des dispositions législatives autour de la question de la correction de Lépi. En effet, outre le texte du rapport de travail, les députés ont apprêté trois propositions de loi. La première devant modifier l’actuelle liste électorale permanente informatisée, la seconde sera relative à la correction  des centres et bureaux de vote et la dernière sera consacrée à l’organe de supervision de la Lépi. C’est par rapport à l’étude  en commission, puis l’examen en plénière desdites propositions de loi, toutes choses qui ne devraient intervenir qu’après l’avis de la commission et l’aval de la plénière que la question de temps se pose et influe sur la durée du mandat actuel des élus communaux et locaux. A propos de l’organe de supervision, certains députés ont souhaité que la société civile y soit représentée. Niet ont répondu leurs collègues de la majorité parlementaire arguant du fait que ce faisant elle ne pourra plus servir d’interface entre les pouvoirs politiques et les populations.

Francis Z. OKOYA

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :