Débats d’Orientation budgétaire 2022 : Les préoccupations et recommandations des députés, les réponses du Ministre Wadagni

 Débats d’Orientation budgétaire 2022 : Les préoccupations et recommandations des députés, les réponses du Ministre Wadagni

Romulad Wadagni, Ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances face aux députés

Écoutez cet article en audio

En respect aux dispositions de l’article 59 de la loi organique N°2013-14 du 27 septembre 2013 relative aux lois de finances, le Débat d’Orientation Budgétaire (Dob) a eu lieu ce mardi 29 Juin entre le Gouvernement représenté par le Ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances et les députés ceci en pour en prélude à l’étude du projet de loi de finances, gestion 2022
Ce fut l’occasion pour les élus de la 8ème Législature d’exposer leurs préoccupations et celles de leurs mandats relatives non seulement à la situation économico-financière actuelle mais aussi leurs recommandations pour 2022. Et le Ministre d’Etat Wadagni ne s’est pas fait prié pour apporter les réponses idoines, les clarifications et précisions nécessaires.

Les préoccupations des députés
Les préoccupations des députés exposées au Ministre d’Etat Wadagni  aussi bien en commission qu’en plénière à l’occasion du Débat d’Orientation Budgétaire sont nombreuses et variées. Il s’agit entre autres  des dispositions prises par le Gouvernement pour la maîtrise de l’inflation des prix sur le marché; le contraste apparent entre le taux d’inflation affiché et le niveau des prix observé, notamment en ce qui concerne les produits alimentaires; la nécessité d’accompagner de mesures sociales, la mise en oeuvre des réformes; l’impact de l’utilisation des ressources d’emprunt sur la vie des populations; les clarifications sur les investissements financés par les ressources issues des dettes contractées par le Bénin; la nécessité de prévoir dans le budget 2022, l’augmentation du SMIG et l’amélioration des salaires et des pensions; la nécessité de soutenir le secteur du tourisme en accordant plus de facilités aux promoteurs; les mesures prises par le Gouvernement pour atténuer les effets de la famine qui se profilent à l’horizon; les raisons qui justifient la suppression de l’ONASA; la mise à disposition du Parlement du Document d’évaluation et les conclusions qui ont conduit à la suppression de l’ONASA; l’évolution de l’impact des mesures prises pour contenir l’exportation des produits vivrière vers les pays de la sous région; les précisions à apporter sur la répartition par commune des 150.000 ménages bénéficiaires de l’énergie électrique; les clarifications sur le choix du Gouvernement entre la monnaie unique ECO de la CEDEAO et l’ECO des pays francophones; la nécessité de prioriser les secteurs de l’éducation et de la santé, dans l’orientation des politiques budgétaires; la mise en place d’une cellule de veille stratégique en vue d’assurer la résilience de l’économie béninoise; le bilan des impacts des réformes, secteur par secteur, sur les conditions de vie des populations; la nécessité de mettre en place un système intégré de gestion des cotisations sociales entre la Caisse nationale de sécurité sociale et la Direction générale des Impôts; les mesures envisagées au profit des établissements scolaires et des PME, dans le cadre de la mise en œuvre des réformes; la nécessité de préserver la continuité des prestations de la CNSS dans l’utilisation par l’État, des cotisations sociales à des fins d’investissement. 

 Les réponses du Ministre d’Etat Wadagni

Romulad Wadagni, Ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances
Romulad Wadagni, Ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances face aux députés

Se basant sur les orientations économiques du Gouvernement et tenant compte de l’exécution à fin mars 2021 de la loi de finances, qui s’est déroulée dans un environnement marqué par l’organisation des élections présidentielles, la qualité de la gestion de la pandémie et la relance de l’économie, le Ministre d’Etat Wadagni a fait savoir aux députés lors des travaux en Commission que le taux de croissance ressortirait à 6,0% en 2021 contre 3,5% en 2020 et 6,9% en 2019. Ainsi, selon ses explications, l’économie béninoise devrait enregistrer une remontée marquée, entre autres, par une accélération de la croissance économique et une réduction du déficit budgétaire (3,6% du PIB contre 4,7% en 2020). Quant aux finances publiques, la politique sera orientée vers la sécurisation des recettes, l’élargissement de la base imposable et l‘amélioration des services rendus aux contribuables. Quant aux dépenses, elles se focaliseront principalement sur le financement efficient des priorités du Gouvernement

Les recommandations des députés

S’appuyant sur les réponses apportées par le Ministre d’Etat Wadagni , les députés ont fait des au Gouvernement. Les élus de la 8ème législature ont recommandé la préservation de la continuité des prestations de la CNSS dans l’utilisation par l’État, des cotisations sociales à des fins d’investissement; la mise en place d’un système intégré de gestion des cotisations sociales entre la Caisse nationale de sécurité sociale et la Direction générale des Impôts; l’établissement du bilan des impacts des réformes, secteur par secteur, sur les conditions de vie des populations; et enfin la prévision dans le budget 2022 de l’augmentation du SMIG et l’amélioration des salaires et des pensions. 

La conclusion du Ministre d’Etat Wadagni

“…Je voudrais remercier les députés pour leurs différentes questions. En résumé, je retiens des différentes interventions que deux points reviennent. Il y a que nous devons rester premier dans les domaines où nous avons excellé et le déficit d’industrialisation c’est à dire le déficit de transformation des produits agricoles. Ces deux commentaires qui ont démarré les échanges résument largement le 3e sujet qui est pour moi le volet social. Ces trois points réunis à savoir comment faire pour garder la place de premier, le déficit d’industrialisation et le social  constituent la quintessence de l’action du gouvernement pour les 5 prochaines années. Pour le premier point, c’est difficile mais nous ferons en sorte de maintenir le cap. S’agissant du déficit d’industrialisation, il faut faire remarquer que le développement part du secteur secondaire. Quand on prend le PIB, il y a trois secteurs: le secteur primaire, le secteur secondaire et le secteur tertiaire. Nous  ne pouvons  pas développer notre pays en restant un pays dont le secteur primaire est confortable et un secteur secondaire inexistant. Si nous voulons transformer notre économie, nous devons passer par une industrialisation sélective et ciblée sur les atouts du secteur primaire. D’où la création de la zone industrielle de Glo-Djigbé depuis 2017 pour la transformation de nos produits agricoles. À ce niveau, il y a trois projets dont le Projet de transformation du coton. Il y a en également pour l’anacarde. Toutes les conditions sont réunies pour bien démarrer en dehors de la main d’oeuvre qualifiée. Pour ce qui concerne l’aéroport de Glo-Djigbé, le projet est bouclé à 100%…” telle a été la conclusion du Ministre d’Etat Wadagni au sujet du Débat d’Orientation Budgétaire (Dob) 2021-2022.

J-Marc Aurel AGOSSOU
#DébatOrientationBudgétaire,  #RecettesDépensesPubliques, #TauxdeCroissance, #Visben, #Wasexo, #Inflation, #Cherete

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :