Déclaration du 3ème adjoint au maire de Porto-Novo: « Nous avons pu récupérer, en 4 ans, plus de 400 parcelles volées »

Le 3ème adjoint au maire de la ville de Porto-Novo, El hadj TIDJANI parle des affaires domaniales qu’il gère depuis l’avènement du maire Moukaram  Océni. Il avoue qu’il y a des conseillers communaux qui sont impliqués dans la mafia foncière au point de vendre aussi bien des parcelles d’autrui que les réserves de l’hôtel de ville. En quatre ans d’exercice, le 3ème adjoint au maire a récupéré plus de quatre cent parcelles volées selon ses dires.

 Dans quel état des lieux  avez-vous découvert les affaires domaniales à votre arrivée à municipalité de Porto- Novo ?

Nous avons hérité des affaires domaniales salles à Porto- Novo. Dès l’arrivée de l’équipe de  la municipalité actuelle, nous avons décidé ensemble d’aller droit aux buts. Notre credo est ‘’ : Il n’y aura pas d’amis’’. Il y a des maisons construites sans papiers. Même pas un bout de papier n’est détenu par les occupants. A l’entame de notre mission municipale à la tête de cette commission du foncier,  nous avons créé un processus qui vise la transparence autour des transactions foncières que nous avons nommé  VERIFICATION. Ainsi, avant d’acheter un terrain, nous allons vérifier dans un répertoire. Après tu iras chercher la certification du géomètre. Donc on vérifie tout. Aujourd’hui, vous pouvez aller vérifier, on envoie tous les jours les prétendus propriétaires ou les acheteurs au niveau du trésor d’Atakè pour payer les frais de formalité. Ce qui est grave, c’est qu’il y a des gens sans impliqués dans la mafia foncière qui sont noyés parmi nous les conseillers. Ils volent les parcelles d’autrui et vendent celles disponibles pour la ville.  Mais nous avons commencé par les décourager. Nous avons pu récupérer, en quatre ans, plus de quatre cent parcelles volées. Le service des affaires domaniales me demande le répertoire des parcelles. Mais j’ai refusé car, c’est des gens qui ont l’habitude de truquer les choses. On assiste à la disparition des pages de ce répertoire. Mais grâce aux cabinets de lotissement, j’ai tout récupéré. J’ai pris toutes les dispositions pour rendre les affaires domaniales propres.

Est – ce que ce sont des conseillers du mandat actuel  qui volent les parcelles ou ce sont ceux de l’autre mandat ?

Oui, les anciens Chefs Arrondissements continuent de  signer les conventions de parcelle. Ce qu’ils ont l’habitude de faire, c’est qu’ils préparent  et signent la convention de vente à l’acheteur. Or lorsque veut vendre une parcelle, le C A n’a pas le droit de faire une convention mais il est là plutôt pour l’état civil.

Quelles sont les démarches à adopter pour ne pas acheter une parcelle volée à Porto- Novo ?

Tu viens à la mairie et tu présentes les documents de la parcelle identifiéée. Après nous, on les vérifie dans le répertoire. La remarque que nous avons faite de nos jours, c’est que les gens falsifient les documents authentiques des propriétaires à leur insu et trompent la mairie. Alors nous exigeons désormais la carte d’identité du vendeur et de ses témoins. Mais les fraudeurs, surtout en notre sein n’ont pas accepté cette mesure.

Dans quel arrondissement, le problème est le plus criard ?

C’est dans le cinquième arrondissement.

Les affaires domaniales influencent-elles les résultats de votre parti politique Prd dans cet arrondissement ?

Ces affaires influencent plus ou moins les résultats car il y a beaucoup de choses qui se sont produites.

Est-ce que vous avez pu récupérer les réserves de la ville qui sont vendues ?

Je peux vous dire que beaucoup de réserves sont récupérées. Mais aujourd’hui, il y a certains de nos collègues conseillers qui vendent ces réserves dès qu’ils les trouvent.

Et quelle est l’ambiance au sein conseil communal par rapport à ces manœuvres malsaines ?

La majorité me supporte. Il y a seulement quelques têtes  qui ne veulent pas comprendre ce que je vais. Mais je ne reculerai pas. J’irai jusqu’au bout dans cette affaire de vol de parcelles à Porto- Novo. Je défie quiconque qui peut dire qu’il y avait un autre mandat par le passé qui a fait autant que ce nous faisons actuellement dans la gestion des affaires domaniales.

Il faut débourser combien aujourd’hui à la mairie pour finaliser les formalités administratives après l’achat d’une parcelle ?

A  la mairie, l’acheteur verse les frais d’étude de dossier qui s’élèvent à vingt – huit (28.000) francs CFA réparti comme suit : 2000 F pour les vérifications, 6000 F pour  les timbres,  5000 F pour les constats sur le terrain du chef service affaire domaniale, 10.000 F pour les frais de signature du 3ème adjoint au maire. Quant au chef quartier et  le C A, ils prennent  vingt mille (20.000) francs CFA chacun pour  leurs frais de signature. Mais certains citoyens préfèrent faire leur convention de manière officieuse et c’est après qu’ils se confrontent au conflit. Je vous cite le cas du sieur Bouraïma  KOSSOKO qui est propriétaire de douze parcelles et dont les douze sont vendues à son issue. Il est de Porto- Novo mais il vit à Cotonou. Aujourd’hui, on lui  a déjà récupéré  huit et il reste quatre.  Il était venu me voir et il m’a expliqué ses soucis qui datent de quinze ans. Ce sont des parcelles qui sont dans le deuxième arrondissement, quartier Djègan Daho. J’ai  pris ses dossiers et séance tenante j’ai vérifié auprès de l’IGN. Nous avons constaté que les noms y sont encore  intacts.

Est –ce  que vous n’avez pas peur de remettre ces affaires dans des mains sales à la fin de votre mandat ?

Rien n’est éternel. L’administration est une continuité. Je parie que mon successeur salirait tout ce que j’ai fait en quatre ans. Je prends des dispositions avant mon départ pour éviter cela dans l’avenir. Je vais cacheter toutes les pages des répertoires. Ensuite, j’y appose ma signature. Après, je fais la photocopie et j’emmène ça chez moi.

Dites- nous vos expériences avec  le tribunal de Porto- Novo car l’affaire domaniale, c’est également une affaire de justice ?

La justice fait son travail et nous aussi, nous faisons le nôtre.

Est –ce que les conseillers faussaires ont  retourné les réserves qu’ils ont vendues ?

Même si on n’a pas encore récupéré la totalité, la majorité a été reprise. Prenons le cas de la collectivité HOUANNOU d’Akonabouê non loin de la clôture d’El Fater. La parcelle qui est collée à la clôture d’Alfatec est pour la collectivité Houannou. L’affaire a durée pendant quatorze ans avant cette famille ne finisse par gagner le procès. Les gens avaient vendu toute la parcelle. Et c’est grâce à moi que celle- ci a été récupérée. Je vous dis que l’affaire est restée pendant 14 ans au tribunal. Mais aujourd’hui on a retiré la parcelle  pour ce, on a beaucoup  d’ennemis au sein des conseillers. Le  zéro jour j’ai appelé le propriétaire de ladite parcelle pour la lui remettre, il pleurait. Et je vous l’avoue, cela a été fait contre franc. Je me félicite même si on me dit que je n’ai fait rien. Je n’ai pas de respect pour X ou Y en ce qui concerne les affaires domaniales. Si quelqu’un et pense gâter tout ce que j’ai fait, il aura chaud avec moi parce que j’ai souffert pour assainir ce domaine.

Quels vos conseils à l’endroit des propriétaires et acquéreurs de parcelles à Porto-Novo ?

Je demande aux citoyens de Porto- Novo d’être éveillés et de prendre par la bonne voie, celle tracée par la mairie pour acheter leur terrain. Cela leur évitera tout conflit à la longue.

Réalisé par Repère-Média

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :