DERNIER BILLET par Arimi CHOUBADE La voix de la sentinelle ou le chant du cygne ?

DERNIER BILLET par Arimi CHOUBADE

 La voix de la sentinelle ou le chant du
cygne ?

 

Emilia Valdave Dagnonhouéton, connaissez-vous ?
Illustre inconnue jusqu’au jour du 05 novembre 2009 où la justice spéciale de la presse béninoise a décidé de la canoniser. Une décision fantasme de la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la
communication révélatrice aussi bien de l’inconnue que de son Ong, « Etoile brillante du matin » et de son émission sur radio Capp fm, la « Voix de la sentinelle ». Depuis,
tous les ménages béninois se sont procurés cette voix chevrotante et goguenarde objet du courroux de Théophile Nata et de ses compagnons. On doit reconnaître à ces derniers une exceptionnelle
perspicacité puisqu’il leur a fallu moins de 48 heures pour se convaincre que la « sentinelle » faisait « irréfutablement allusion au chef de l’Etat ». En pays fon, cette
perspicacité serait apparue très dérangeante lorsqu’on sait que c’est celui qui rapporte une injure au roi qui est considéré comme l’auteur du forfait. A moins de confirmer que certains
conseillers ont été instruits par la Marina avant de se décider à rendre la décision du 05 novembre.

La décision de la Haac ne dit malheureusement pas si
elle a écouté des musulmans qui se sont sentis offusquer du fait que quelqu’un ait parlé sur les ondes de l’argent public qui leur aurait été distribué. Surtout que dans le développement de la
« sentinelle » on ne sentait aucune discrimination dans l’analyse puisqu’il est question de la prodigalité débordante vis-à-vis des musulmans mais également des pasteurs, des révérends,
des têtes couronnées etc…Dieu seul sait le nombre de chronique signée de mes propres mains au sujet justement de ces libéralités dans les mosquées, les couvents et les paroisses. Le lieu de
remercier la justice spéciale de la presse béninoise que le couperet ne m’est pas tombé sur les doigts.

C’est presque entendu que la « sentinelle »
ne pourrait plus se permettre de faire entendre ses brûlots hilarants sur des ondes, en tous cas sur le territoire béninois, du moins avant 2011. La voix s’est donc éteinte après sa plus
retentissante prestation. A l’image du cygne l’âme après son meilleur chant. Le passage de Dagnonhouéton sur Capp fm le 03 novembre 2009 n’est-il pas en passe de devenir la plus célèbre
production médiatique au Bénin ? Son titre emblématique, « Enfin tout est découvert et nous avons tout compris », résume à lui seul toutes les tirades anti-Yayi entendues jusque
là. L’imposture de la croissance à deux chiffres, de la révolution agricole et industrielle, de la gratuité de l’école, de la lutte contre la corruption, de l’unité nationale…

Kérékou presque avant son départ avait connu un
phénomène semblable à travers la croisade de l’Ong Elan et son slogan « Touche pas ma constitution ». Une égérie était née, Réckiatou Madougou, étincelante à travers une coûteuse
campagne de communication jamais vue auparavant : panneaux géants, prospectus à profusion, conférences de presse, interviews, encart dans les journaux. De gros moyens déployés. Cette
fois-ci, c’est une simple émission radio d’à peine une trentaine de minutes. Dans un style inédit. Et déjà la célébrité pour cette dame au visage inconnu Emilia Valdave Dagnonhouéton. Tout le
contraire de la flamboyante Madougou. A l’époque déjà « Touche pas ma constitution » a bénéficié d’un formidable élan grâce à l’aversion que lui vouait un certain Gaston Zossou alors
ministre de la Communication dans le gouvernement Kérékou. La « sentinelle » décroche le boom inespéré de la part de toute une institution, la Haac. Sans oublier qu’elle entraîne dans
son sillage un autre phénomène médiatique victimisé par la même occasion, la revue de presse en langue locale fon de Da Houawé. Les émergents ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes.

A force de promouvoir sans cesse les
anti-valeurs…

Arimi CHOUBADE Rédigé le 13 novembre 2009

 

Partager l’article !
 
DERNIER BILLET par Arimi CHOUBADE La voix de la sentinelle ou le chant du cygne ?:
DERNIER BILLET par Arimi CHOUBADE

 La voix …

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :