Dossier PVI:Le Gouvernement valide les irrégularités et anomalies de l’appel d’offres

Achat de scanners dans le cadre du Programme de vérification des importations

Le Gouvernement valide les irrégularités et anomalies de l’appel d’offres

(Boni Yayi dans le piège d’un autre scandale)

 

Alors qu’on se réjouissait du blocage du processus d’appel d’offres pour l’achat de scanners dans le cadre de la gestion automatisée des importations au Bénin comme
étant une preuve de la volonté du Gouvernement de voir clair dans le dossier, on vient de se rendre compte qu’il n’en était rien. Bien au contraire, le Gouvernement vient de donner le coup de
grâce aux soumissionnaires floués par le comité qui a conduit l’opération en validant les résultats de ses travaux. Ainsi va  la lutte pour la bonne
gouvernance sous Boni Yayi dont la fin de mandat est ainsi marquée par un dossier qui, comme les autres affaires de surfacturation et autres, ne sera pas sans impact sur les investisseurs que le
Gouvernement appelle à investir au Bénin.

De toute évidence, la dénonciation du flou qui a entouré l’opération et l’appel lancé au chef de l’Etat n’auront servi à rien. Il ne pouvait d’ailleurs en être
autrement puisqu’on se rend compte aujourd’hui que les dés étaient pipés depuis le sommet de l’Etat. En clair, le comité interministériel mis en place dans le cadre du dossier n’a eu autre choix
que de s’inscrire dans cette logique : obéir aux injonctions du Palais. C’est ce qui se dégage du compte rendu du Conseil des ministres qui a examiné les résultats de ses travaux de
dépouillement, d’analyse et de jugement des offres relatives au Programme de vérification de importation de nouvelle génération. En réalité, le Gouvernement n’a fait que valider les résultats
desdits travaux sans autre forme de procès. Et le fait qu’on ait attendu que le chef de l’Etat soit hors du territoire pour rendre publique cette décision n’est pas le fait du hasard. On pourra
toujours arguer après que tout s’est fait à l’insu du Chef de l’Etat. Ainsi, en sa séance du 29 décembre, le Conseil des Ministres a décidé « de notifier au Groupement SGS Benin Control
l’adjudication provisoire du marché relative à la mise en place du PVI et de l’inviter à la négociation (…) ». Nous voilà donc au terme d’une opération validée par un Gouvernement dit du
changement et son chef, chantre de la bonne gouvernance, en dépit des graves irrégularités dénoncées. Dans ce cadre, on rappellera les anomalies qui ont marqué le processus depuis le
dépouillement des offres financières qui s’est déroulé en l’absence des soumissionnaires jusqu’au niveau de l’appréciation des offres techniques où c’est nuitamment que ces soumissionnaires ont
été appelés. On ne peut non plus manquer d’évoquer ici les modifications essentielles qui sont intervenues dans le cahier des charges avant le dépouillement des offres. Autant de manœuvres qui ne
visaient visiblement qu’à permettre à un soumissionnaire déjà ciblé de gagner le marché. Le reste a tout l’air d’une mise en scène qui ne trompe personne. Il est notamment demandé au Ministre du
Développement, au Ministre de l’Economie et des Finances et celui en charge de l’économie maritime des transports maritimes et infrastructures portuaires en liaison avec l’Agent Judiciaire du
Trésor, de négocier  ave le Groupe et de rendre compte des résultats de la négociation au conseil avant la signature du contrat. Comme s’il y avait
lieu d’espérer qu’une quelconque négociation puisse être menée dans l’intérêt du Bénin.

Les intérêts du pays sacrifiés

Le gros perdant dans cette affaire, comme dans tous les autres scandales qui ont marqué les cinq ans de Boni Yayi, c’est encore le peuple, c’est le pauvre
contribuable. En effet, c’est de l’utilisation judicieuse des fonds publics qu’il est question ici également. On évoquait tantôt la modification introduite dans le dossier et qui a fait passer le
nombre de scanners à acquérir de 4 à 6 sans aucune justification. Puisque le Gouvernement vient de jeter le masque, il falloir que le Chef de l’Etat vienne expliquer, ne serait-ce que pour la
crédibilité de notre pays face aux partenaires qui nous soutiennent, comment est intervenue cette modification qui risque de peser lourd sur le Budget national. A moins qu’on vienne dire que le
Gouvernement a validé une telle adjudication sans en maîtriser tous les contours. Ce qui serait très  grave mais pas surprenant. En tout cas, Boni
Yayi a raté l’occasion d’éviter que cette fin de mandat soit marquée par un autre scandale qui ne manquera pas de rappeler aux Béninois toutes les autres affaires dans lesquelles sa
responsabilité est évoquée, telles que l’affaire des machines agricoles où les noms de personnes très proches de lui sont cités. Ici également, il serait question, d’après nos investigations, des
mêmes personnes qui useraient de prête-noms pour camoufler leur jeu. Et cela peut se comprendre. On est en fin de mandat, avec un régime qui veut rempiler. Le pouvoir et ses proches ont besoin de
trésor de guerre. Mais, malgré tout, on espère qu’avec le développement que vient de connaître le dossier, les cris d’alarme de ces autres citoyens qui pensaient pouvoir mettre leur savoir faire
au service de leur pays en soumissionnant se feront plus forts car il est quand même inadmissible que dans un pays qui clame la transparence, la bonne gouvernance, de telles pratiques prospèrent
et que personne ne réagisse. On peut perdre un appel d’offres mais dans la transparence et le respect des règles. Ce qui s est passé dans le cas d’espèce servira à coup sûr de leçon aux
investisseurs qui choisissent le Bénin pour y faire les affaires. Et là encore c’est le pays qui perd.  Aussi, maintenant que les masques sont tombés,
il faut attendre que les organisations de lutte contre la corruption et toutes les structures ou personnes qui se sentent interpellées par les questions de bonne gouvernance dans notre pays
prennent en main le dossier. Leur silence serait signe de complicité ou de démission face à des questions aussi essentielles pour notre pays et sa démocratie qui ne saurait se construire dans le
faux et la violation permanente des règles.

 

Partager l’article !
 
Dossier PVI:Le Gouvernement valide les irrégularités et anomalies de l’appel d’offres:
Achat de scanners dans le cadre du Programme de vér …

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :