Edito: Après la dernière cartouche du Général….

Du Haut de la tribune

Après la dernière cartouche du Général….

Inquiets Walis Zoumarou et 11 autres de ses collègues dépu tés ont interpellé le
Gouvernement sur les dispositions prises  pour que
l’année ne soit pas blanche du fait des grèves. L’honorable Augustin Ahouanvoébla dans la même
logique a déclaré solennellement du haut de la tribune de l’Assemblée nationale, que le Président Boni Yayi est dépassé par les évènements en cours dans le secteur de l’éducation. Erreur
honorables! Le docteur a la solution contre ce mal. Après la campagne des douaniers patriotes, des marcheurs patriotes et des jeunes patriotes, le nouvel slogan de la dernière campagne lancée par
le docteur pour l’école béninoise se résume ainsi : ” Enseignants patriotes de toutes les communes, à la craie…”. Vous ne vous êtes pas trompés. Des gens ” ayant la qualification ou ayant suivi
le service militaire d’intérêt national ” iront remplacer les enseignants qui continueront la grève à partir de ce lundi 22 mars 2010.

A bien comprendre le débat contradictoire sur l’émission ” Bonjour citoyen” il y a quelque temps entre Issè Iko et Raouf Affagnon
( si je ne m’abuse), le pouvoir du changement injecterait de l’argent dans le syndicalisme soit pour empêcher le démarrage des grèves soit pour briser celles déjà en cours : 1ère
cartouche.

Et puis il y a le cadre de concertation Gouvernement – Centrales syndicales. Les réunions répétitives de cette instance sont
marquées par le dilatoire, les fuites en avant, l’abus de la bonne foi, la comédie politico-syndicale. Elles ont néanmoins pour effet spécial de surseoir à tout mouvement de grève : 2ème
cartouche.

Mais si malgré tout ceci, la grève se déclenche, instruction est donnée au enseignants et travailleurs cauris de se désolidariser
en continuant le travail. Caméras de télévision sont convoyées dans les classes et unités de travail de ces travailleurs ”patriotes” et une diffusion en boucle s’opèrent afin de montrer que
tout va bien, la grève n’est pas suivie, pas la peine de continuer : 3ème cartouche

Si la mayonnaise ne prend pas, alors en route les marcheurs professionnels et enfants et âmes innocentes téléguidés pour un soutien
inconditionnel aux actions du Chef de l’Etat. Ils battent le macadam pour dire non à la grève. ” On insulte l’enseignant, on soulève les enfants contre leurs maîtres, on amène  les enfants à
maudire leurs maîtres dans la rue… “. 4ème cartouche.

Et si ce coup foire, la meute des conférenciers patriotes entre en action. Frédéric Béhanzin, Nazaire Dossa, la nouvelle recrue
Rachidi Gbadamassi, les successeurs de quelques figures du changement aujourd’hui disparues, Edgar Guidigbi, Thiburce Adagbé, s’extasient devant un regroupement de journalistes. Leur message : ”
les grévistes sont des apatrides”. Leur objectif : vouer aux gémonies les grévistes. 5ème cartouche.

La grève continue ? Alors vive les menaces parfois mises en exécution. Il s’agit là des défalcations sur salaire pour faits de
grève. Ça ramène quelques grévistes au travail mais pas le grand nombre : 6ème cartouche.

Mais si tout ceci ne règle pas le sort de ” ces grévistes têtus”, alors le docteur généreux donateur de tous les temps entre dans
ses habits de prégo et ça tonne grave : ”  Allez fermer les écoles si vous voulez, allez blanchir l’année si vous voulez, moi je n’ai plus rien à vous donner. Attendez d’ici dix (10) mois le
prochain président va donner satisfaction à toute vos revendications… moi je ne suis plus candidat à rien… “. Ça a fait couler des larmes à Raouf Affagnon : 7ème cartouche.

Enfin c’est le cri de ralliement des patriotes caurisants :  ” Enseignants patriotes de toutes les communes, à la craie…”.
C’est le message du ministre Félix Zacharie des enseignements maternel et primaire. Il s’agit de remplacer les enseignants en grève par des chômeurs en quête d’emploi.  C’est la dernière
cartouche. Mais après celle-ci des questions méritent réponse de la part de nos dirigeants , si le nombre des remplaçants était infiniment inférieur au nombre des remplacés, si les remplaçants se
mettaient un beau matin à leur tour en grève, si pour une raison ou une autre, ils n’arrivaient pas à accomplir la mission pour laquelle ils ont été appelés, si le fils refusait de remplacer le
père, si après une entente trouvée,  les uns devaient reprendre le chemin des classes et que les autres refusaient de repartir, la question se pose : Que fera le Général après cette dernière
cartouche?…. Rien, puisqu’il n’est plus candidat à rien.

Francis Z. OKOYA 

 

Partager l’article !
 
Edito: Après la dernière cartouche du Général….:
Du Haut de la tribune

Après la dernière cartouche du Général….

I …

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :