EDITORIAL: Les arachides de Quenum et les présidentielles de 2011

EDITORIAL: Les arachides de Quenum et les présidentielles de
2011

Il a fallu que le cadreur de LC2 pointe sa caméra sur Epiphane Quenum à l’ instant précis où il
grignotait des arachides pour que la République se lève. “Calmos de tempos” comme le dit un ami. Primo pour être témoin de nombres séances plénière de l’Assemblée depuis quelques législatures, je
pus en toute modestie, affirmer avoir vu des choses. Pour cette 5ème législature, j’ai souvent vu sandwich, croissants, cannettes de boissons…au sein de l’hémicycle. Il n’y aurait pas un tollé
général, personne n’aurait rien su si en toute simplicité et complicité, Quenum disait au cadreur de LC2 : « Mon ami, je sais que tu ne vas pas montrer ça à la télé hein, tu ne va pas
me ça hein… ». Ces mots de rien de tout auraient suffit pour que l’incident soit circonscrit au député et au cadreur à la limite aux autres députés dans les environ de Quenum. Encore que
tous ceux qui suivaient la séance et même des députés au sein l’hémicycle n’avaient rien vu de la scène. Mais Quenum a choisi sa manière hélas. Et personnellement je ne lui trouve
pas,  pour cet acte précis, dans le champ de la vérité. Il est un homme public, filmé dans un lieu public dont le Règlement Intérieur spécifie en son
article 40.1 et suivants  que : « 
40.1 – Les séances de l’Assemblée nationale sont
publiques.
40.2 – Néanmoins à la demande du Président de la
République, du Bureau de l’Assemblée
nationale ou du tiers des députés dont la présence est
constatée par appel nominal,
l’Assemblée peut siéger à huis clos. 40.3 –
L’Assemblée nationale décide ultérieurement si le compte-rendu intégral des débats à
huis clos peut être publié. ».  Quenum à mon
humble avis peut être compris humainement pour avoir senti le besoin de grignoter quelque chose mais s’est mal pris pour que son acte ne soit pas rendu public.

Ceci dit, l’acte de Quenum est-il en lui-même suffisant pour déclencher une bataille de 2011 entre
l’Union fait la Nation et la mouvance de Boni Yayi ? Les arachides de Quenum sont-elles devenues le terme de campagne du camp Yayi ? Tout porte à le croire surtout quand j’entends le
député Soulé Sabi Moussa des Fcbe et quand je lis les lignes de mon ami Ulvaeus Balogoun qui déclare parlant des arachides de Quenum :
«…Et comble de l’hérésie et de l’entendement, ce n’est rien d’autres que des députés de l’opposition, notamment de
l’Union fait la Nation, une entité politique qui aspire à faire partir l’actuel président et à prendre sa place à la Marina..
. Comment peut-on aspirer à diriger une Nation quant on s’adonne à des comportements antisociaux sur fond de violation
flagrante des libertés de la presse ? Car un des leurs, réputé pour ses envolées à la limite de la démence, à molester un journaliste dans l’exercice de ses fonctions. Un acte
qu’eux-mêmes reprochent au gouvernement en place.

Alors qu’attendez vous, Adrien Houngbédji, Rosine Vieyra,
Antoine Idji Kolawolé et consorts pour tenter d’expliquer cet acte de votre compatriote ?

 L’opposition mériterait-elle le fauteuil de la Marina en
2011 pour avoir simplement ordonné à ses hommes au Parlement d’arrêter de manger des arachides ? Il faut être plus exigeant avec l’Union fait la Nation.

Pour avoir lu les mémorandums de Lawani et de Zinzindohoué, j’ai cru comprendre que l’hérésie, les
comportements antisociaux, le clientélisme et le goût du gain facile, poussent sauvagement dans un jardin dont l’opposition n’est pas propriétaire. Quand j’ai suivi le débat contradictoire des
jeunes du Rnjb sur Golfe Tv jeudi soir dernier, j’ai cru comprendre que les mots et les maux évoqués ci-dessus sont ceux qui sont reprochés au “Professeur des yayistes” Fred Houénou chargé de
cours ICC et spécialiste du chapitre ” le Chef de l’Etat n’est pas impliqué”. Je le réaffirme encore une fois, Quenum  a mal agi en mangeant des
arachides en séance plénière. Et il n’a pas le droit de s’en prendre à un journaliste dans l’exercice de son métier. Mais je ne peux m’empêcher de demander si ceux qui font le rapprochement des
gestes de Quenum avec l’Union fait la Nation et les élections de 2011 s’attaqueraient au mis en cause si ses gestes avaient lieu en ces moments-là où il votait et faisait voter en faveur du
Gouvernement ( Budget de l’Etat 2009) ou lorsque, contre vents et marées il opérait des choix en tant que Superviseur de la Lépi dans le sens du Gouvernement envers et contre les prises de
position de l’Un ?

De manière plus sérieuse, je voudrais que nous retenions que Yayi ne va  pas gagner les élections de 2011 parce que Quenum aurait mangé des arachides en séance plénière de l’Assemblée nationale. De même, l’Union fait la Nation
n’obtiendra pas les 51% nécessaires pour ouvrir les portes du Palais de la Présidence à Me Adrien Houngbédji simplement parce qu’elle aurait interdit à tous les députés de l’Un de ne plus manger
des arachides au sein de l’Hémicycle. Les enjeux de 2011 sont plus grands et plus nobles que les arachides d’Epiphane Quenum.

 


Francis Z. OKOYA

 

Partager l’article !
 
EDITORIAL: Les arachides de Quenum et les présidentielles de 2011:
EDITORIAL: Les arachides de Quenum et les présidentielles de
2011

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :