EDITORIAL: Nouvel antidote contre le changement : les mémos

EDITORIAL: Nouvel antidote contre le changement :
les mémos

 Mémorandum !
C’est la nouvelle mode à l’air du temps au Bénin. Comme un nouveau feuilleton sud-américain qui capte et retient l’attention de bon nombre de concitoyens, les mémorandums font l’effet inattendu
d’imposer une pose aux dirigeants actuels. Plusieurs expressions pourraient bien d’écrire la situation inconfortable que traverse le pouvoir du Changement : le ver est dans le fruit, le mal
intérieur, ” Houégbé kou té” traduisez littéralement c’est à la maison que se trouve la mort. Sinon comment comprendre que d’anciens compagnons et par des moindres de Boni Yayi réussissent contre
lui ce que ses adversaires politique depuis 3 ans n’ont pu faire. La “vieille classe politique” devenue G4, puis G et F et enfin “l’Union fait la Nation” aura tout essayé pour ébranler le Chef de
l’Etat et le pouvoir du changement sans grand succès. Université d’été, déclarations communes, marches de protestations, conventions, Conseil national, conférences et points de presse,
communiqué, interventions sur les médias internationaux, inhumations des vieilles querelles, demandes officielle et publique de pardon, accusations diverses et multiformes, minorité  parlementaire tambourinant pour se faire entendre, majorité parlementaire désabusée par les feintes de corps de Mathurin Nago et de Aholou Kèkè… rien n’y fit.
 Que le mémorandum soit et les mémorandums furent.  Il a suffi que  Boni Yayi se souvienne de l’existence de la Haute Cour de Justice et  décide de régler ses comptes et se donner une
virginité sur le chantier de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption pour que le Bénin quitte le changement pour l’ère des mémorandums. Et quels mémorandums ? Ceux de ses plus
fidèles amis politiques et collaborateurs directs. Dois-je rappeler le désarroi des lecteurs ce jeudi où les journaux ayant publié le tout premier mémorandum  de Lawani se sont évaporés des kiosques comme des gouttes d’eau dans le désert ? L’image de ces “titrologues”, (ces amis qui n’achètent jamais les journaux
se contentant toujours de lire les Unes assis sur leur moto et de les commenter abondamment comme s’ils étaient auteurs des articles ),  ces amis qui
soudainement ont été prêts à payer à mille franc Cfa l’exemplaire d’un journal  vendus d’ordinaire à 300 francs Cfa, cette image disais-je,
 est encore vivace. Depuis 1990, c’est seulement avec l’avènement des mémorandums que la police a été obligée de disperser en douce des attroupements
de lecteurs en attente d’une livraison de journaux à la grande Poste de Porto-Novo.

Osons le reconnaître ! Les écrits de Lawani et de
Zinzindohoué ont ébranlé Yayi et le changement. Et à la place des défenseurs classiques et habituels, en lieux et places de Fédéric Béhanzin, de Amos Elègbè, de Rachidi Gbadamassi, Nazaire
 Dossa, des marcheurs professionnels etc, c’est l’avocat d’un homme emprisonné pour exercice d’activité illégale, escroquerie avec appel de fonds
publics qui vient se faire bouclier pour le père du changement. C’est les responsables d’une entité religieuse que l’on a mis dans une inconfortable position pour venir dire sans convaincre ” non
le Chef ne savait pas ; il n’était pas au courant…”. C’est dire que les mémoires  “des intrus qui préparaient pour la maison” sont plus efficaces
que les actions musclées de l’opposition politique.

Le chroniqueur se demande à quand les mémorandums de
Késsilé Tchalla, Pierre Adovèlandé, Roger Gbègnonvi, Edgar Guidigbi… ? Et personne ne se demande ce qui adviendrait si  Sir Tégbénou publiait un
mémorandum, si Noudégbessi n’est pas déjà à table en “cas de qu’est qu’il y a”. Personne ne propose encore à Yayi de préparer pour avant 2011, son mémorandum-droit de réponse. Mais le fait est là
pour l’instant : Le changement de Yayi a trouvé son antidote

 

Partager l’article !
 
EDITORIAL: Nouvel antidote contre le changement : les mémos:
EDITORIAL: Nouvel antidote contre le changement :
les mémos

&nb …

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :