EDITORIAL : Révisez, toilettez, refondez mais publiez


Quand, il y a quelques mois, nous parlions du piège d’une nouvelle Constitution synonyme d’une  nouvelle République, pour certains, on faisait de la philosophie. Quand l’hypothèse du passage
de ” République du Bénin” à celui de ” République Démocratique du Bénin” pour justifier un éventuel 3ème et premier nouveau mandat, a été évoquée, pour certains esprits, il s’agissait de
prévisions astrologiques. Mais lorsque ces appréhensions ont été partagées par le plus grand nombre, il a fallu que l’homme de tous les régimes depuis 1990, le locataire permanent du Palais de la
Marina, Amos Elègbé parle et explique qu’il n’en sera pas ainsi. Et comme il n’avait convaincu personne, le premier concerné après maintes déclarations publiques, a dû faire lui-même une
profession de foi devant sa Sainteté le Pape Benoît VXI. Hélas les craintes, doutes et suspicions ne sont point levés et ce sont les députés de la mouvance présidentielle, ceux ancrés dans la
majorité parlementaire actuelle qui se sont posé des questions sur la finalité d’une révision de la Constitution. “… La révision de la constitution va-t-elle donner naissance à une nouvelle
République et par conséquent offrir l’opportunité à l’actuel président de la République de briguer un autre mandat comme c’est le cas actuellement au Sénégal et dans certains pays africains ? se
sont demandé les honorables Soulé Sabi et Justin Sagui, Bani Samari. Et comme pour apaiser tout le monde, d’autres collègues à eux parmi lesquels Nicaise Fagnon,  proposent qu’il y ait des
dispositions transitoires pour empêcher un tel glissement. La leçon à tirer de tout ceci est d’abord que tout le monde est d’accord pour réviser la Constitution mais que tout le monde n’est pas
d’accord sur la finalité de la révision. Boni Yayi aurait beau confessé sa bonne foi au Saint Père, même ses propres députés veulent plus de garanties.
L’équation n’est pas pour autant insoluble si l’on répond aux questionnements Que veut-on changer dans la Constitution ? Que veut-on introduire de nouveau et pourquoi ? C’est d’ailleurs en
prenant connaissance de manière globale du nouveau texte de la loi fondamentale à Parakou que les députés en retraite parlementaire, ont commencé par soulever des inquiétudes. La réponse est donc
toute trouvée : vulgariser au tant que peut se faire la monture finale du projet de la Constitution révisée. Cette démarche aura le mérite de rassurer les uns et les autres sur le fait par
exemple que même si la limite d’âge et le nombre de mandats ne sont pas touchés, aucun autre article ou ensembles d’articles n’autorisent les initiateurs à mener le même raisonnement que Wade au
Sénégal. Mettre à disposition de la société civile, des partis politiques, des corps constitués de la Nation, des syndicats… la monture finale de la Constitution révisée, nous évitera de nous
réveiller au lendemain de son adoption pour nous rendre qu’il y est mentionné par exemple, que ne peuvent être candidats aux élections en République du Bénin que ceux dont les initiales des noms
et prénoms sont telle lettre et telle autre lettre. C’est pourquoi messieurs et mesdames, ” Révisez, toilettez, refondez mais publiez !”


Francis Z. OKOYA

 

Partager l’article !
 
EDITORIAL : Révisez, toilettez, refondez mais publiez:

Quand, il y a quelques mois, nous parlions du piège d’une nouvelle Constitution s …

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :