Impressions de quelques personnalités sur la fête du cinquantenaire

Impressions de quelques personnalités

1-Le Maire de Porto-Novo, Moukaram Océni,

Nous avons travaillé d’arrache-pied pendant 2 ans pour offrir ce spectacle au peuple béninois. Je ne me jette pas des fleurs, mais je crois qu’on a
fait un bon travail. Ça n’a pas été facile et je remercie le Seigneur de nous avoir permis de voir ce jour là. Il y a eu beaucoup de craintes, de péripéties et des difficultés. Mais c’est parce
qu’on avait une vision. On avait une idée de comment nous voulions la fête. Nous avons exprimé cette vision, le Chef de l’Etat nous a cru et a accepté nous accompagner. Ce n’était pas facile.
Vous savez, avec l’administration béninoise et les entreprises qui ne sont pas souvent performantes et la difficulté financière de l’Etat, vous avez eu de temps et temps mes coups de gueule parce
que j’avais peur de ne pas pouvoir offrir cette fête telle que je la voulais aux Béninois et aux étrangers qui sont venus sur notre territoire. Dieu merci, nous avons eu ce que nous voulions,
surtout en termes d’installations

 

2-Me Adrien Houngbédji

 Je crois que c’est une très belle fête, un très beau défilé. Ce qui me frappe moi chaque fois, c’est les progrès immenses accomplis par notre
armée qui est de plus en plus moderne et vraiment, nous devons la féliciter. Le défilé a été très beau et puis, cette affluence de Chefs d’Etats montre que le Bénin est un pays considéré comme un
pays modèle, un pays démocratique et par conséquent, nous devons nous en féliciter. Cependant, comme la perfection n’existe nulle part au monde, nous avons du chemin à parcourir 

 

3-Bruno Amoussou, président de l’UN

 C’est une belle fête. C’est une belle fête parce qu’il y avait des inquiétudes par rapport à la finition des travaux de là où la fête doit se
dérouler. Mais finalement, il n’y a eu que plus de peur que de mal. Nous avons beaucoup d’amis qui sont venus nous soutenir. Je crois que c’est la preuve que quelque part, nous méritons cet
intérêt là. Il ne reste à faire en sorte que ce qui les a amené, s’il retourne chez eux, il n’en soit pas déçu. Ça là, ça dépend de nous. Si on s’y met, je pense que ça pourra aller. L’avenir est
très clair. Je pense que si nous pouvons tirer les bons enseignements des cinquante ans que nous venons de faire, l’avenir pourra être quelque chose de merveilleux pour nous. Mais si nous nous
voilons la face et continuons de nous raconter des histoires, nous en récolterons les fruits. C’est pour ça que je dis que rien n’est tracé, rien n’est gagné, rien n’est perdu. Tout est créé.
Mettons-nous ensemble, mettons-nous y, faisons l’union et ça va marcher.

4-Nicéphore Soglo, Maire de Cotonou   

 Mes sentiments sont mixtes quand on parle du cinquantenaire des indépendances. Je me suis vêtu du blanc et le blanc en Chine, c’est la couleur
du deuil comme dans beaucoup de pays d’Afrique. Pourquoi ? Parce que c’est le deuil de nos rêves quand nous étions étudiants de voir, comme le disait Kuame N’Krumah, une Afrique libre,
indépendante et ça n’a pas été le cas malheureusement.

5-Brice Hortefeux, Ministre français de l’intérieur

 Je suis un ami du Bénin, un ami du président Boni Yayi. Je n’ai pas seulement assisté au défilé d’aujourd’hui, mais j’étais hier à son
discours à la Nation qui est un discours de rassemblement et aujourd’hui, j’ai tout été à la fois impressionné par la qualité du défilé militaire qui démontre que le Bénin est une grande
puissance régional et en même temps à l’atmosphère de fête due à la présence des majorettes 

 

6-Modeste Kérékou, Ministre des sports

Je suis très heureux d’avoir assisté à ce défilé en tant que membre du gouvernement. Je voudrais simplement rappeler qu’en 1960 à l’accession de
notre pays à la souveraineté nationale et internationale, je n’étais pas encore né, mais mon père, jeune commandant de l’armée était porte-drapeau ce jour là. Je le trouve cinquante après encore
aux côtés de ses paires les présidents Zinsou, Soglo, aux côtés du Docteur Boni Yayi

 

7-Le Général Martin Azonhiho

 Moi je suis de nature optimiste. L’espoir est grand, à condition que nous nous attelions au travail, que nous soyons unis, qu’il n’y ait pas
de désordre et que l’autorité de l’Etat soit raffermie. Je crois que si nous remplissons ces conditions, il n’y a rien à faire, nous allons entamer l’an 2 du cinquantenaire de l’indépendance de
notre pays dans de bonnes conditions 

8-Député Edgar Alia

Je ne peux pas comprendre que pour nos cinquante ans, l’on descende plus bas. Au niveau de l’organisation, franchement ce n’est pas ça. Regardez
tout le temps que nos enfants ont mis pour apprendre l’art chinois. Ils n’ont pas pu se produire devant nos hôtes. C’est honteux. Mais malheureusement au Bénin, on n’aime pas qu’on dise ces
genres de choses. C’est à nous de vous demander quelles sont vos impressions. Ce n’est pas à vous.

9-Député Cyriaque Domingo

 Ce que j’ai retenu de très bien est que j’ai été impressionné par l’habillement de nos militaires. Ce qui m’a encore impressionné, ce sont les
étrangers qui sont arrivés. Les Ghanéens, ça fait la deuxième fois que j’ai suivi leur parade. La dernière fois, c’était chez moi à Lokossa. Je les retrouve aujourd’hui à Porto-Novo.
Vraiment ! Ils sont efficaces  

 

 

10-Me Marie Elise Gbèdo

 Nous avons fini avec le surplace. Bien sûr que nous ne sommes pas satisfaits. Mais aujourd’hui, on peut quand même dire que dans le corps de
l’armée, dans tous les corps possibles, nous avons des femmes. Ce que nous demandons encore, c’est de donner l’image de la femme qui est dans les instances de prise décision. C’est ça qui
corrigera les lenteurs que nous connaissons pour les avancées que nous souhaiterions. Plus on aura les femmes au commande, plus ces femmes vont donner des idées pour permettre d’avancer

11-Nasser Yayi, fils du Président Boni Yayi  

Je dirai en ce jour du cinquantenaire, il était quand important que la jeunesse se montre. On a vu une couche de cette jeunesse participer au
défilé. Je pense que c’est une très bonne chose. Maintenant au niveau des acquis, je pense que ce qui est important pour la jeunesse, c’est de pouvoir parler avec une certaine crédibilité. Je
crois qu’aujourd’hui, en ces cinquante ans d’indépendance du Bénin, cette crédibilité que la jeunesse a pu acquérir, elle l’utilise plus ou moins bien”

 

Partager l’article !
 
Impressions de quelques personnalités sur la fête du cinquantenaire:
Impressions de quelques personnalités

1-Le Maire de Porto-Novo, …

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :