Interdiction du SARS : Le Nigeria dissout une unité de police spéciale fédérale

 Interdiction du SARS : Le Nigeria dissout une unité de police spéciale fédérale
Écoutez cet article en audio

Le Nigeria dissout la force de police spéciale au centre des protestations contre les brutalités policières.

Le gouvernement a déclaré qu’une directive présidentielle spéciale avait ordonné la dissolution immédiate de l’Escouade spéciale de lutte contre le vol (Sars).

Les manifestations contre la brigade ont été déclenchées par une vidéo d’un homme qui aurait été tué par la police. Elles se sont intensifiées malgré la répression et se sont étendues hors du pays.

Que dit la directive ?

Tous les officiers de la brigade spéciale de lutte contre le vol ou SARS – largement accusés d’arrestations illégales, de torture et de meurtre – doivent être redéployés, indique la présidence, et un nouvel arrangement pour remplacer l’équipe est en cours d’élaboration.

En attendant, le chef de la police nigériane soutient qu’une équipe d’enquêteurs – comprenant des organisations de la société civile et des organismes de défense des droits de l’homme – serait mise en place pour enquêter sur les abus présumés du SARS.

Le président Muhammadu Buhari avait auparavant déclaré qu’il était déterminé à mettre fin aux brutalités policières, à introduire des réformes et à traduire “le personnel en cause… en justice”.

Les manifestants avaient demandé que l’unité soit dissoute plutôt que réformée, car les engagements précédents visant à modifier le comportement de la police n’avaient eu aucun effet.

 

Analyse de Mayeni Jones,correspondante au Nigeria

Au premier regard, cela semble répondre aux attentes des manifestants: la fermeture de la redoutable Escouade spéciale de lutte contre le vol, accusée depuis des années de violations généralisées des droits de l’homme.

Mais il y a des signes inquiétants. La dissolution du SARS s’accompagne d’une précision importante : les agents de l’unité de police controversée seront redéployés. On ne sait pas trop où. C’est crucial car bien que la manifestation ait commencé par un appel à la dissolution du SARS, elle s’est étendue à l’ensemble des forces de police nigérianes.

Les manifestants n’ont pas tardé à souligner que les abus commis pendant les manifestations, notamment les passages à tabac, l’intimidation et l’usage disproportionné de la force ont tous été perpétrés par des policiers n’appartenant pas au SARS.

Pour eux, ce qu’il faut, c’est une refonte totale du maintien de l’ordre au Nigeria. Il n’est pas non plus certain que des policiers seront poursuivis pour les abus passés, ce qui, selon le groupe de défense des droits de l’homme Amnesty International, est essentiel pour que justice soit rendue aux victimes présumées.

Comment les manifestations se sont-elles répandues ?

Les correspondants de la BBC au Nigeria affirment que les affrontements entre les manifestants anti-sars et les policiers se multiplient.

De nombreux témoins oculaires ont déclaré à la BBC qu’ils avaient été battus par des policiers, et que d’autres avaient été attaqués lors des manifestations de dimanche matin, révèle la correspondante de la BBC au Nigeria, Mayeni Jones.

Une jeune femme qui s’était éloignée de la foule lors d’une manifestation a dit qu’elle avait été battue par dix policiers qui lui avaient cassé ses lunettes. Une journaliste de la BBC a également été arrêtée par la police et son téléphone portable cassé par un officier.

Pendant ce temps, le hashtag #EndSARS a été largement partagé sur les réseaux sociaux au Nigeria et dans le monde entier, avec des manifestations qui se sont étendues au Royaume-Uni et au Canada.

Des célébrités, dont les superstars nigérianes Wizkid et Davido, ainsi que l’acteur britanno-nigérian John Boyega, ont soutenu les protestations sur les médias sociaux.

Dimanche, des manifestants, dont Wizkid, se sont rassemblés dans le centre de Londres.

S’adressant à la foule, il a déclaré que le succès du mouvement de protestation montrait un “nouveau Nigeria” où les gens n’auraient plus “peur de dire ce qu’ils pensent”.

“La jeunesse nigériane ne laisse personne te dire que tu n’as pas de voix. Nous avons atteint notre objectif – mais ce n’est que le début”, a-t-il déclaré.

Comment le SARS a-t-il fonctionné ?

La dernière série de manifestations a été déclenchée par des images d’officiers sortant deux hommes d’un hôtel de Lagos dans la rue et tirant sur l’un d’entre eux.

Ces images, qui ont été diffusées par les médias, ont suscité l’indignation et ont amené beaucoup de gens à partager des histoires de brutalité attribuées à l’unité, qui a acquis une certaine notoriété pour avoir indûment profilé des jeunes, explique Nduka Orjinmo, de la BBC, à Abuja.

Ceux qui sont considérés comme “tape-à-l’œil” attirent souvent l’attention des officiers du SARS et très peu s’en sortent sans avoir à remettre de l’argent. D’autres sont arrêtés ou emprisonnés sur la base de fausses accusations et certains ont été tués, ajoute notre correspondante.
bbc.com
#Nigeria, #PoliceSpeciale, #UniteFederale, #Securite, #Violencepoliciere,

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :