La Primature en agonie: Quatre à quinze mois d’arriérés de salaires chez Koupaki

La faillite au sommet de l’Etat se confirme à mesure que les jours passent. Au cabinet du premier ministre, Pascal Irénée Koupaki, des mois d’arriérés de salaires s’accumulent. Ces arriérés varient entre quatre et quinze mois selon les catégories d’agents.

L’Etat béninois est-il en train de couler à l’instar de la Grèce en Europe ? La question mérite d’être posée au regard des indicateurs de plus en plus sombres dans  le fonctionnement de certains ministères. La question devient encore plus préoccupante lorsqu’il s’agit de la primature. En effet, au ministère de Pascal Irénée Koupaki, on ne compte des arriérés de salaires qu’à partir de quatre jusqu’à quinze. Des agents recrutés dans le cadre du programme gouvernemental d’évaluation de l’action publique broient la galère faute des ressources publiques.

Des informations font état de ce que les caisses de l’Etat clignotent le rouge et le Système informatisé de gestion des finances publiques (Sigfip) est fermé depuis plusieurs semaines. Or, cette fermeture du Sigfip est synonyme du blocage de tout décaissement de ressources financières en direction du fonctionnement des ministères. Autrement dit, les ministères, et particulièrement la primature, fonctionnent en vie ralentie. Il est donc évident que le fond de caisse du trésor public ne peut qu’être réservé qu’au paiement des salaires des Agents permanents de l’Etat (APE) et au fonctionnement de la présidence et des institutions de la République.

La situation à la primature est d’autant plus préoccupante parce que ce ministère concentre beaucoup de projets financés par des institutions internationales. Des programmes dont le financement est présentement bloqué du fait  soit du parlement soit des bâilleurs eux-mêmes. Dans ces circonstances, ce sont des agents recrutés pour exécuter ces projets qui subissent le calvaire dont la fin semble fuir comme l’horizon.

Écrit par Marc David Molli   ( Source : beninactu.com )

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :