Lettre de protestation des syndicats au D.O.B : Menaces sur la correction du Bac 2012

C’est ce jour lundi 23 juillet 2012 que démarre dans tous les centres retenus à cet effet, la correction des copies de l’examen du baccalauréat session de juillet 2012.Mais la Coordination des syndicats de l’Enseignement Secondaire intervenants dans les départements de l’Ouémé et du Plateau fustige la manière dont ont été retenus certaines catégories d’enseignants retenus de même que leur qualité. Ces syndicalistes s’offusquent par la même occasion du déni de qualité et compétence fait à certains autres enseignants qui se voient souvent chassés des salles de correction ou remplacer sur les listes de correction après publication. Les auteurs de la correspondance entendent tenir une grande Assemblée générale ce jour même au Lycée Béhanzin pour mettre la grande masse au courant des faits et décisions à prendre aux fins de mettre fin à ces pratiques jugées peu orthodoxes. Voici l’intégralité de leur lettre.

Jean-Marc Aurèle Agossou

 

République du Bénin

Départements de l’Ouémé et du Plateau

Coordination des syndicats de l’Enseignement

Secondaire intervenants dans les départements

de l’Ouémé et du Plateau

 

Le Bureau de la Coordination

A

M. le Directeur de l’Office du Baccalauréat (DOB)

 

Réf : arrêté portant liste des correcteurs du

Baccalauréat session unique de juillet 2012

 

Objet : plainte au sujet des listes de correcteurs du Baccalauréat session de juillet 2012 dans les départements De l’Ouémé et du Plateau

 

M. le Directeur

Suite à la parution de la liste de correcteurs du baccalauréat session de juillet
2012 dans les départements de l’Ouémé et du Plateau, notre coordination a enregistré des plaintes venant de plusieurs ateliers du centre de correction du lycée Béhanzin, l’expression de leurs légitimes frustrations qu’ils nous chargent de vous transmettre.

En effet, les plaintes concernent :

Les cas de règlements de compte opérés dans certains ateliers tels que celui de la philosophie où des collègues professeurs certifiés et Agents Permanents de l’Etat qui corrigeaient depuis des années et qui sont en situation de classe et qui s’échinent pour former les candidats en corrigeant les nombreuses copies de ces derniers ont été retirés des listes de correcteurs sans la production de preuves palpables militant en faveur de leurs retraits tandis que certains enseignants qui ne sont plus en situation de classe et qui n’ont même pas dispensé une seule seconde de cours dans les classes au cours de l’année sont maintenus sur ces listes . Il s’agit là d’une injustice fragrante et intolérable. On estimera que ces listes résultent des travaux en commission, mais nous tenons à vous rappeler que certaines personnes conviées à ces séances d’établissement de listes de correcteurs ont abusé de votre confiance pour régler des comptes à certains enseignants. Nous ne saurions continuer d’accepter de voir nos collègues subir la dictature de certains soi- disant privilégiés qui pensent que les autres sont des Béninois de seconde zone à qui il faut imposer le martyr.

 

 

Le cas des retraités imposés au Corps de Contrôle dans les ateliers de français, d’anglais, d’histoire et géographie, SPCT etc….. Nous regrettons que votre autorité ait cautionné de telles choses car nous ne vous apprenons rien en vous disant que certains contrôleurs retraités depuis des années sont en déphasage total avec les nouvelles réalités pédagogiques en vigueur dans notre système éducatif. Ils n’ont jamais connu l’approche par compétences appliquées dans nos classes et ignorent ses principes en matière d’évaluation. Nous regrettons que l’on fasse de l’éducation une affaire sociale où l’on invite certaines personnes à qui l’on entend partager leur part du gâteau en les mettant au corps du contrôle. Nous pensons que l’on s’amuse avec l’avenir du pays en piétinant les nombreux efforts du gouvernement et de son chef qui s’efforce par tous les moyens pour redonner à l’école béninoise ses lettres de noblesse et ceux des parents d’élèves qui se dépouillent pour assurer une éducation de qualité à leurs enfants et enfin les nombreux sacrifices que consentissent nous valeureux enseignants qui sommes restés dans les classes. L’on nous dira que ces contrôleurs retraités sont très expérimentés oubliant qu’il n’y a aucune école d’expérience au monde où l’on sort diplômés de l’expérience. L’expérience s’acquiert par la pratique et si l’on choisit de ne pas faire confiance aux jeunes professeurs qualifiés en les mettant au corps de contrôle on se demande quand seront-ils expérimentés ? Le cimetière est rempli des gens indispensables et pourtant le monde continue. Ces retraités sont souvent fragilisés par le poids de l’âge et le stress de l’activité aidant, ils n’arrivent pas à faire le travail comme cela se doit. Pour l’illustrer, un retraité pris par la fatigue est tombé dans l’atelier d’anglais en pleine correction l’année dernière. Vous imaginez déjà les massacres qu’il aurait déjà effectués sur les copies avant de tomber. Vous convenez déjà avec nous que l’échec massif des candidats au baccalauréat peut être aussi imputé au choix des retraités au corps de contrôle. Aujourd’hui, le BEPC est corrigé dans les départements de l’Ouémé et du Plateau sans les retraités malgré qu’ils prétendent avoir gardé les élèves au cours de l’année scolaire. On fait usage de faux en mettant devant les noms des retraités sur les listes de correcteurs des provenances où ils ne sont pas reconnus. On s’inquiète pour la jeunesse de notre pays car quel exemple lui donne-t-on en piétinant la morale et l’éthique. Le choix des correcteurs peu qualifiés au détriment de ceux qui remplissent les conditions pour corriger mais n’ayant pas personne pour les défendre au cours des travaux en commission. Il s’agit des enseignants qui n’ont jamais gardé les classes d’examen ou qui ont fui les classes de terminale en cours de l’année et qui avec leur relation ont vu leurs noms sur les listes de correcteurs du baccalauréat et s’apprêtent a venir massacrer les copies de nos candidats. Dans cette catégorie d’enseignants, nous mettons les professeurs qui n’ont même pas la licence dans leur discipline d’enseignement ou qui ont des diplômes de sociologie et de sciences juridiques et autres pour corriger le français, de sciences économiques pour corriger la mathématique, de géologie pour corriger la SVT etc …. Certains dans le passé ont réussi  à corrompre les représentants de la CONETRA- BAC qui les ont laissés corriger. Cette fois- ci , nous n’entendons pas laisser passer, nous exploiterons toutes les voies de recours pour décourager et dénoncer publiquement ces pratiques qui ternissent l’image de notre baccalauréat.

Enfin, des contrôleurs peu expérimentés ont été choisis au détriment de certains enseignants qui ont le profil requis pour contrôler mais qui ont été laissés au corps des correcteurs parce qu’ils n’ont personne dans la CONETRA-BAC pour les défendre. Nous déplorons que la participation de certains partenaires sociaux aux travaux en commission se limite aux positionnements de leurs amis (es). La preuve dans l’atelier d’anglais, des Conseillers pédagogiques et des Professeurs Certifiés de la catégorie A échelle 1 et échelon 9 et de la catégorie A echelle1 échelon 12 ont été laissés au corps des correcteurs au moment où un professeur certifié reversé parce qu’elle a des amis dans la CONETRA-BAC a été envoyée au corps de contrôle. Des situations du genre sont sources de frustrations et ne mettent les personnes lésées dans les conditions psychologiques normales pour mieux apprécier les copies des candidats. Nous vous demandons de donner des instructions fermes pour que ces irrégularités soient corrigées le plus tôt possible. La même situation nous a été également notifiée par nos militants à la base dans l’atelier de philosophie où des enseignants plus anciens qu’une collègue reversée ayant des relations dans la CONETRA-BAC a été choisie pour contrôler ses aînés dans le métier. Tout en souhaitant une bonne réception de la présente correspondance, nous vous prions de croire à notre attachement à la réussite de l’organisation du baccalauréat dont vous avez la charge.

 

Pour la coordination
Le Président

Zinsou Nicaise

 

Le Secrétaire Général

Yèkini Ibrahim

 

Le Secrétaire Général Adjoint

Gankpé Flavien

 

Le Secrétaire aux revendications

Adjibi Hilaire

 

 

Ampliations

Présidence de la République

MESRS

MESFTP-RIJ

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :