Lutte contre les violences faites aux femmes: Une exposition de ‘’chaussures rouges’’ pour toucher les cœurs

 Lutte contre les violences faites aux femmes: Une exposition de ‘’chaussures rouges’’ pour toucher les cœurs

L’esplanade de la place du Souvenir à Cotonou à l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination des violences faites aux femmes

Écoutez cet article en audio
L’esplanade de la place du Souvenir à Cotonou à l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination des violences faites aux femmes
L’esplanade de la place du Souvenir à Cotonou à l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination des violences faites aux femmes

Des paires de chaussures rouges exposées à la place du Souvenir à Cotonou pour dénoncer et toucher la fibre sensible des auteurs de violences faites aux femmes. Médecins du monde Suisse a choisi ce symbole pour sensibiliser au mal et soutenir les victimes, en appui à l’œuvre de l’artiste mexicaine Elina Chauvet, baptisée « Zapatos rojos ». C’était hier mercredi 25 novembre, à l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Après-midi chargé d’émotions, ce mercredi 25 novembre, sur l’esplanade de la place du Souvenir à Cotonou. A l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination des violences faites aux femmes, plus de cent paires de chaussures rouges sont exposées sur les lieux en guise d’hommage à la sœur de Elina Chauvet, assassinée sous les coups de son mari. Plus de dix ans après cette tragédie, l’artiste reste encore sous le choc et a trouvé un moyen singulier pour exprimer sa douleur, l’exposition ‘’Zapatos Rojos’’ démarrée en 2009 au Mexique.
Le Bénin accueille aussi cette exposition inédite qui a capté plus d’un. Sur place, des hommages ont été rendus à travers des messages, poèmes, témoignages inscrits sur de petits papiers blancs et laissés dans les paires de chaussures en l’honneur de la sœur de l’artiste Elina Chauvet, ainsi que des nombreuses victimes silencieuses dans le monde. Ces mots seront réunis et envoyés à l’artiste qui les présentera dans le cadre d’une grande exposition d’œuvre participative.
Selon Véronique Tognifodé, ministre des Affaires sociales, les féminicides (contraction des mots ‘’féminin et ‘’homicide’’) sont majoritairement commis par des hommes. « Avec un taux d’homicides conjugaux de 3,1 pour cent mille femmes, l’Afrique est la région où les femmes ont le plus de risques de se faire tuer par un partenaire intime ou un membre de la famille », informe-t-elle.
Le choix des paires de chaussures rouges pour marquer les esprits en cette journée mondiale pour l’élimination des violences faites aux femmes a une grande portée. « La chaussure, cet accessoire qui nous permet d’avancer mais aussi de laisser nos empreintes. Chaque paire de chaussures raconte une histoire, révèle une personnalité. Chaque paire de chaussures exprime une des multiples facettes d’une femme », défend Morgane Rousseau, coordonnatrice générale de Médecins du monde Suisse au Bénin.
La couleur rouge est la couleur de la passion et de l’amour, mais elle traduit aussi le sang et fait écho à la douleur et à la violence. Ce double rapport souligne le fait que dans la plupart des cas, les violences sont subies au sein du couple », se désole-t-elle.
Les violences faites aux femmes n’épargnent aucun pays du monde. « Les violences faites aux femmes concernent des femmes de toutes origines, à l’image des paires de chaussures rouges exposées. Des femmes de tout niveau socioéconomique, à l’image de la diversité des paires de chaussures. Des femmes qui saignent, parfois sur leur peau, toujours dans leur cœur. Des femmes blessées pour l’ensemble de leur vie », relate-t-elle.
Le gouvernement du Bénin est acquis à la cause, prêt à œuvrer pour rendre justice aux victimes. « Nous voudrions assurer notre total engagement à poursuivre la lutte contre le phénomène des violences faites aux femmes et aux filles et à œuvrer de manière à ce que tout le dispositif nécessaire soit implanté pour dénoncer toutes formes de violences perpétrées à l’encontre des femmes au Bénin. Le pays est plus que jamais engagé afin que la violence soit éradiquée et que toute personne puisse jouir de tous ses droits, quelle que soit la nature», indique Véronique Tognifodé.
L’exposition ‘’chaussures rouges’’ s’inscrit dans le cadre des quinze jours d’activisme contre les violences faites aux femmes. Elle est rendue possible grâce à l’appui du Fonds canadien d’initiatives locales de l’ambassade du Canada et de la Coopération suisse, signe de leur engagement à lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles au Bénin et dans le monde.

Maryse ASSOGBADJO, La Nation

#Lutte_contre_les_violences_faites_aux_femmes, #Exposition_de_ChaussuresRouges, #VisBen, #Wasexo, #Benin, #PlaceduSouvenir, # #Médecins_du monde_Suisse

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :