Octobre 2020-Janvier 2021 : Point du contrôle de l’Action gouvernementale au Parlement

 Octobre 2020-Janvier 2021 : Point du contrôle de l’Action gouvernementale au Parlement
Écoutez cet article en audio

( Des propositions des députés pour aller plus loin)

Le Président Louis G. Vlavonou Outre la mission législative, le Parlement a aussi la mission constitutionnelle de contrôler de l’action gouvernementale. A propos de ce volet,   au cours de la 2ème session ordinaire de 2020 ouverte le mardi 20 Octobre dernier et clôturée ce mardi 19 Janvier 2021, le Président Louis  G. Vlavonou  a rappelé que différents ministres du Gouvernement sont venus s’expliquer devant le Parlement au sujet de  07 questions orales avec débat relatives à :

  • la récurrence des accidents sur le tronçon Akassato-Allada;
  • aux phénomènes des grossesses en milieu scolaire,
  • au harcèlement sexuel dans le sous secteur de l’enseignement supérieur; 
  • à la mise en œuvre de la loi 2017-39 du 26 décembre 2017 portant interdiction de la production, de l’importation, de l’exportation, de la commercialisation, de la détention, de la distribution et de l’utilisation des sachets non biodégradables en République du Bénin;
  • à la régularisation de la situation professionnelle des enseignants du secondaire, fonctionnaires d’État, employés comme moniteurs dans les universités nationales du Bénin;
  • à l’accès des populations aux soins de santé et à la fourniture d’eau potable aux populations.
  •  

Il est à noter que la question relative à la récurrence des accidents sur le tronçon Akassato-Allada a fait l’objet d’une communication du Gouvernement.

Mais les députés de la 8ème Législature pensent et veulent mieux conduire cette mission constitutionnelle qui leur dévolue. Par la voix de la Première Vice-Présidente de l’Institution parlementaire, Mme Mariam Chabi Talata Zime Yerima, les députés souhaitent désormais poser des « actions concrètes qui rapprochent les élus de leurs bases et donnent la preuve que les actes posés par les uns sont suivis et contrôlés par les autres en vue de la bonne gouvernance, du progrès social et du bien-être de tous. ». La PVP a souligné qu’avec un accompagnement budgétaire, il est envisagé de faire mieux que quelques questions orales et auditions. Extraits !

 “Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs ; Pour ce qui est du contrôle de l’action gouvernementale, la huitième mandature estime qu’elle peut faire mieux que quelques questions orales et auditions parlementaires si des moyens appropriés sont mis à sa disposition. Les Députés comptent sur vos capacités managériales dans les négociations budgétaires Monsieur le Président, pour amener l’Exécutif, dans la perspective de la complémentarité de nos charges, à mettre à la disposition de notre institution les moyens nécessaires à l’accomplissement des différentes tâches liées à notre mission de contrôle de l’action du gouvernement. Ce contrôle ne se limitant pas aux seules questions et autres interpellations du gouvernement, nécessite des descentes sur le terrain dans le cadre des missions d’enquêtes, de redditions de compte, de tournées d’informations ou d’audiences publiques.

Il s’agit là d’actions concrètes qui rapprochent les élus de leurs bases et donnent la preuve que les actes posés par les uns sont suivis et contrôlés par les autres en vue de la bonne gouvernance, du progrès social et du bien-être de tous.

Le sérieux, la crédibilité et la respectabilité de notre institution se jouent sur le terrain du contrôle de l’action gouvernementale. Dès lors que l’Exécutif que nous accompagnons en toute légitimité, avec fierté et enthousiasme, du fait de nos similitudes et convergences de positions, de visions du futur désirable pour notre nation, cet exécutif comme nous, fait de la bonne gouvernance, l’axe centrale de son action, nous devons compléter et renforcer ses initiatives par les nôtres. La complémentarité et le partenariat institutionnel s’imposent ici aussi et ne portent aucune intention nuisible ou malsaine. La bonne gouvernance n’est pas une question politique, c’est une question de survie collective, de développement des nations, de bien-être et d’épanouissement des peuples.

Pour réussir le combat de la bonne gouvernance, nos deux institutions et toutes les autres doivent unir leurs forces pour la renaissance et le rayonnement de notre pays. Au-delà de nos institutions, le peuple lui-même dans son entièreté, est concerné par ce combat car, sur ce plan nous pensons comme Edmond Burke qu’« On ne peut agir efficacement qu’en travaillant de concert ». C’est ce à quoi les révolutionnaires jadis appelaient le peuple béninois à travers le slogan ‟To wè non blo to do”.

Nul ne sera de trop. Le pays ayant besoin de tous ses fils et ses filles pour sa construction, son respect, sa dignité… »

J-Marc Aurel AGOSSOU
#2eme_Session_Ordinaire_2020_du_Parlement, #VisBen, #Controle_de_l_Action_Gouvernementale, #Parlement, #Deputes, #Wasexo, #Benin

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :