Opinion: La crise du remaniement après la crise alimentaire et le crash boursier …

Opinion:
La crise du remaniement après la
crise alimentaire et le crash boursier …

6 mois sur un remaniement ; énième record pour le docteur-président. Réunions, consultations, simulations, schémas, vraies
fausses pistes s’enchaînent. Branle bas général dès le début 2010. Du délice pour commentateurs de presse et autres agitateurs des médias. La fièvre de la Can n’a pu détourner les ouïs de cet
accouchement annoncé, différé et reporté à maintes reprises. Personne ne s’offusquerait de constater que le chef des émergés s’occupe enfin d’autres choses que des dispendieuses ballades
d’hélicoptère. Libre donc à lui de tenir en laisse tous ses ministres, à longueur de journée, tantôt à son domicile, l’instant d’après au palais de la Marina. Plongeant tout l’appareil d’Etat
dans une latente apathie. La méthode Yayi dans toute sa splendeur. Pendant qu’on annonce un taux de croissance en chute, des travailleurs en grève, le secteur productif en rade, un budget rejeté
par les représentants du peuple, le chef du gouvernement provoque de lui-même le ralentissement de l’administration. Imaginez l’ambiance dans le cabinet d’un ministre sur le grill 24h/24 avec la
hantise d’être éjecté à chaque minute de la journée. Une vue de l’esprit que de penser que le simple fait d’exécuter consciencieusement son plan de travail peut sauver le maroquin.

Revenons à la psychose entretenue autour de
cette affaire de remaniement ministériel. Dans un pays où l’appareil productif est fortement tributaire de l’administration publique, l’hibernation prolongée des ministres ne peut qu’impacter
dangereusement les agrégats économiques. Dossiers en souffrance, attentes d’autorisation et d’arbitrage administratif, actes à signer, séances de validation ajournées sine die. Sans oublier les
crises de nerf intempestives. Vue de la Marina , la prolongation de l’effet Damoclès permet d’aiguiser davantage l’asservissement des courtisans. Les initiatives de dévotion envers le chef se
multiplient au moment où celles visant à améliorer le rendement professionnel s’inhibent totalement. Conformément à la traditionnelle opposition entre les intérêts de la nation et ceux du prince,
caractéristique du régime du Changement. Le bilan d’un ministre ne s’évalue pas au nombre de réalisations à l’actif de son département mais au nombre de meetings ou de marche de soutien au chef
de l’Etat.

A se demander comment la dream team annoncée
en avril 2006 s’arrange pour aligner les contre-performances économiques au fil des années. Une reculade continue à partir de 2007. Le banquier-président s’est vite trouvé des adversaires
imprévisibles à chaque fois : crise alimentaire (2007), crash boursier (2008, 2009). 2010 commence par un budget sous ordonnance et une tétanisation gouvernementale sous le couvert de
remaniement ministériel. Et ce n’est pas pour offenser la compétence de l’autre prétendu surdoué des finances, Irénée Koukpaki qui s’est révélé à la grande majorité de ses compatriotes à travers
une équipe réputée pour être l’un des plus rétrogrades de l’ère du renouveau démocratique. Sa présence aux côtés du docteur-président n’a pas empêché que le tissu social soit en lambeau et que le
système de production notamment le coton soit en ruine. En réalité, ceux qui contestent à Koukpaki sa compétence, ce ne sont pas les Béninois victimes du système mais bien ses coéquipiers du
gouvernement qui crachaient leur venin sur la manière dont il avait conduit la procédure de privatisation de l’outil industriel de la Société nationale de promotion agricole (Sonapra). Au point
où une première adjudication a été annulée. Logiquement donc au lieu d’un simple remaniement, c’est tout le panier à crabe qui a besoin d’être rasé. Il se trouvera très peu de Béninois pour
pleurer leur départ.

Aucune malédiction ne justifie que le Bénin
souffre d’un remaniement de cette équipe-là…

Arimi Choubadé

 

Partager l’article !
 
Opinion: La crise du remaniement après la crise alimentaire et le crash boursier …:
Opinion: La crise du remaniement après la
crise alime …

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :