Passages répétés de divers corps de contrôle à la mairie de Cotonou : Yayi cherche noise aux Soglo

Boni Yayi cherche des poux sous le ” Gobi” du Président-maire Nicéphore Soglo. C’est l’interprétation qui est faite depuis un moment dans les couloirs de la mairie de Cotonou face à la multiplication et la répétition des organes chargés de contrôler la gestion des fonds publics dans les bureaux des Soglo père et fils. La réédition des comptes et leur conformité aux normes prescrites en la matière sont des composantes essentielles de la bonne gouvernance. C’est pourquoi il juste que des contrôles se fassent dans toutes les structures bénéficiant de fonds publics. A ce titre, la mairie de Cotonou ne doit pas échapper à la règle. Mais actuellement, si ce qui s’y passe en matière de contrôle n’est pas de l’acharnement, il y ressemble un peu trop. Tenez tous les corps de contrôle que comporte l’appareil étatique, passent et repassent dans l’administration de la mairie de Cotonou. S’il est vrai que le Chef de l’Etat et ceux qui l’entourent crient à qui veut les entendre, qu’en matière de lutte contre la corruption, de bonne gouvernance, il n’a pas d’amis, pas de parents, il ne serait pas exagéré de se demander ce qui se passe si tant à la mairie de Cotonou pour que l’Inspection Générale de l’Etat, l’Inspection des Finances du Ministère de la Décentralisation, la Chambre des compte de la Cour Suprême… débarquent sans crier gare, se succèdent, contrôlent et re-contrôlent. Cela s’est accentué ces derniers temps et pas plus tard que ce mardi 18 septembre 2012, l’une de ces structures a encore pris d’assaut les bureaux de Wologuédé.

Les questions qui méritent réponses

Pour paraphraser le Secrétaire général de la présidence limogé, dans la gestion de la mairie de Cotonou, les Soglo se seraient-ils laisser tenter aussi par le diable ? Si oui il sera bon de la faire savoir. Pourquoi ne donne-t-on pas, ne serait ce qu’aux concernés, les résultats des premiers audits effectués puisque les va-et-vient des corps de contrôle ne datent pas d’hier ? Toutes les structures en charge du contrôle de la bonne gestion des fonds publics doivent-elles opérer dans une mairie avant que le pot au roses ( s’il y en avait) soit découvert ? Leur régularité et la fréquence de leur présence dans les bureaux de la mairie de Cotonou n’entravent-elles pas le bon fonctionnement et la diligence du travail dans ce service public quand on sait que ses structures prennent tout ce dont il besoin et ce pour tout le temps que dure les travail ?

Par ailleurs et sur un autre terrain, on pourrait bien se demander si en dessous de tout ceci, il n’y pas des desseins politiques. La présence actuelle d’un corps de contrôle moins de 48 heures après l’émission « Zone franche » de Canal 3 serait-elle liée aux déclarations “anti-refondationnalistes” de son invité Epiphane Quenum qui, soulignons-le, n’a pas du tout ménagé le premier Adjoint au maire de Cotonou, le bras actif du président-maire Nicéphore Soglo ? Enfin lorsqu’on se rappelle que la Renaissance du Bénin membre de la mouvance présidentielle plurielle, a senti le besoin de rendre public un 2ème communiqué pour repréciser sa position après un premier communiqué sur la révision de la Constitution, lorsqu’on a souvenance que la Rb est pratiquement la dernière formation politique de cette mouvance a sortir un communiqué dans la fièvre des réactions suite aux propos du Chef de la mouvance le 1er août 2012, on a bien des raisons de se demander s’il y brouille entre la Rb et le pouvoir auquel il a adhéré depuis mai 2012 ? Tout laisse croire que Yayi cherche noise aux Soglo.

Francis Z. OKOYA

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :