Patrice Talon dans la Donga : Le point des étapes de Djougou, Boukoumbé, Cobly et Bassila

 Patrice Talon dans la Donga : Le point des étapes de Djougou, Boukoumbé, Cobly et Bassila
Écoutez cet article en audio

Première étape dans le département de la Donga et seizième commune visitée dans le cadre de sa tournée de reddition de comptes, Djougou a accueilli le chef de l’Etat dans le respect de la tradition et de l’hospitalité propres à la cité des Kpétoni. Et tout en saluant les acquis grâce au programme du président Talon, Djougou égrène ses attentes.

« Le pays ne réculera plus avec la dynamique actuelle »

« Nangbé » ! Djougou ne pouvait se priver de remercier le président Patrice Talon. Elle est heureuse et fière de l’accueillir une seconde fois au cours de son quinquennat. Ses femmes sont donc venues à la rencontre du « prince » dans leurs plus belles tenues. Tradition et honneurs des Kpétoni et Yom étaient au rendez-vous. La haie d’honneur a été assurée par la cavalerie royale. Le traditionnel jet d’eau d’approbation de l’hôte et de bienvenue a été l’oeuvre des enfants. Le maire de la commune dissimulait mal son émotion. Ce qu’espère la ville de cette visite, c’est arpenter le sentier de la modernité à travers des solutions aux nombreux maux qui l’obligent à stagner au bas du baromètre des communes malgré son potentiel, son charme, ses atouts, son passé glorieux, son histoire et ses six entrées internationales.
A Djougou, les infrastructures manquent à l’appel, indique le maire Malick Séidou Gomina. La construction d’un stade communal a comblé un grand vide dans cette localité où le foot est une religion. Un marché moderne s’y construit. L’énergie électrique y est disponible. Mais des besoins fondamentaux restent nombreux et insatisfaits. Djougou veut l’eau potable à portée de main et dans tous les foyers, car certes l’eau est disponible, mais sa redistribution vers les consommateurs reste un défi. Ici, le délestage est un lointain souvenir. De son statut de chef-lieu du département de la Donga, Djougou est fière, mais elle espère toujours la construction de la préfecture et de sa cité administrative…
Le maire, Malick Séidou Gomina, ne manquera pas de dresser le tableau des attentes.

Emotion et satisfaction

Revenir à Djougou pour rencontrer ses populations est source d’émotion pour le chef de l’Etat. « J’ai entamé cette tournée pour vous rendre compte…faire le point sur l’état de la nation», indique-t-il. Djougou parait délaissée… sa frustration peut paraître légitime », reconnaît le président de la République. Mais pris individuellement, tous les Béninois ont de nombreux besoins insatisfaits. L’équipe qui gagne, c’est le Bénin, enchaîne le président. Pour lui, le pays ne reculera plus et c’est bien la dynamique en marche depuis bientôt cinq ans. Djougou a progressé, mais elle a encore de nombreux besoins qui attendent d’être satisfaits, reconnaît le président de la République. « Ma visite est destinée à faire le point de tout le pays, de voir si malgré ce qui nous manque individuellement, le Bénin a progressé, de sorte que celui qui n’a encore rien obtenu puisse avoir la certitude que son tour vient parce qu’il y a une nouvelle dynamique», poursuit le président Patrice Talon. « On peut constater sans loupe ni lunettes que, dans tous les domaines, nous avons entamé la transformation du Bénin », assure le chef de l’Etat.
Autre annonce forte faite par le président Patrice Talon, l’usine d’égrenage de Djougou sera opérationnelle pour la prochaine campagne. Mais le meilleur reste à venir pour cette commune. Dans le vaste chantier qu’est devenu le pays, Djougou aura sa part. Elle bénéficie de la deuxième phase du projet Asphaltage. Elle est prise en compte, programmée et financée, insiste-t-il. Le président Patrice Talon a rassuré l’ensemble des forces vives que Djougou sera une ville moderne. « Ce n’est pas une promesse. Le gouvernement a travaillé pour aujourd’hui et pour demain, les modalités de financement, de renouvellement des financements sont prévues», a annoncé le président Patrice Talon. Mais Djougou est aussi la terre des transporteurs. Ceux-là ont de nombreuses difficultés en ce moment et la visite du président a été l’aubaine trouvée pour en parler. Les femmes de Djougou en profiteront aussi pour se faire entendre. Djougou marche petitement vers sa renaissance. Raison qui justifie le sourire resté le compagnon fidèle de son maire durant les presque trois heures qu’a duré la séance.

Les engagements tenus à Boukoumbé

Quinzième commune visitée par le président Patrice Talon à l’occasion de sa tournée dans les communes, Boukoumbé. Dans l’histoire de la commune, le lundi 16 novembre est une date marquée d’une pierre blanche.

Faut-il continuer par appeler le chef de l’Etat par son nom, Patrice Talon, après sa visite dans la commune de Boukoumbé, lundi 16 novembre dernier ? Bonne question à se poser, après la cérémonie de baptême dont il a fait l’objet de la part de l’Union des femmes de la commune. Pour ces braves dames en particulier et pour les habitants de la cité des Tata en général, Patrice Talon est désormais « Oshabô ». Sur la signification de ce nom fortement ovationné, la clameur populaire, les chants et pas de danse qui ont suivi le baptême, témoignent qu’il s’agit là d’un nom fort et affectueux, sans doute pour traduire la joie de ces populations.
Boukoumbé est en effet l’une des premières communes à voir se concrétiser une promesse de campagne du candidat à l’élection présidentielle de 2016, Patrice Talon. Le président de la République leur avait en effet promis que la commune sera désenclavée, que la route Natitingou-Boukoumbé-Korontière sera réalisée. A peine 24 mois après, ceux qui en ont douté se rendent à l’évidence. Les populations jubilent face aux 60 kilomètres de bitume qui se déploie et offre au voyageur en direction de la cité des Tata aisance et plaisir. Toutes les commodités d’une route moderne y sont prévues et l’on peut à loisir, contempler la verdure qui s’associe au relief de cette région montagneuse.
La réalisation de cette route a tout changé dans la commune. Le maire Aldo Calixte N’dah
Kouagou manque de mots pour dire sa satisfaction. Cette route a constitué la solution idoine à l’enclavement de la commune dont les populations ont longtemps souffert et ses impacts sur les plans économique, sanitaire et social sont visibles, retient le maire.

Joie

Mais ce n’est pas que le bitume qui fait jubiler les habitants des Tata. Les femmes expriment leur joie quant à la disponibilité de l’eau potable. En plus des efforts déployés par le gouvernement, un château moderne y a été érigé par la première dame et grâce à cet ouvrage, l’eau ne peut plus jamais manquer dans la commune, assurent-elles.
Boukoumbé visitée par
Patrice Talon et sa délégation est une autre cité, parce que bien d’autres projets inhérents à la vie décente y ont été déployés dans les secteurs de l’électrification, de la santé, de l’éducation…
Décidées à assurer leur autonomie, ces femmes tendent la main au chef de l’Etat pour la satisfaction d’autres besoins. « Si vous avez la possibilité de nous offrir une unité moderne de transformation de fonio, vous feriez davantage notre bonheur», ont-elles fait savoir. C’est alors qu’elles en apprennent du président Patrice Talon sur la qualité de leur fonio. En bon consommateur de ce produit, il fera des confidences à ces braves dames dont il a loué le mérite, le travail et l’engagement à se surpasser pour assurer leur autonomie. Au regard de la chaleur qui a caractérisé les échanges entre le chef de l’Etat et les femmes, la séparation n’a pas été aisée. Mais, en ce cinquième jour de sa tournée, et à cette dernière étape dans le département de d’Atacora, le chef de l’Etat n’a eu autre choix que de prendre congé d’elles, le temps d’un bref repos pour reprendre dès le lendemain, mardi 17 novembre, son périple vers le département de la Donga.

Cobly désormais «BENI»

Avant-dernière commune du département de l’Atacora visitée par le président Patrice Talon, Cobly a permis aussi de faire constater des grandes avancées en cours dans le pays. Pour rallier la commune de Cobly après l’étape de Matéri, le président Patrice Talon a dû affronter d’énormes nuages de poussière sur une voie rocailleuse. Des difficultés de franchissement qui, loin d’émousser son ardeur à aller à la rencontre des populations, l’ont renforcé plutôt dans sa thèse que, dans le pays, d’énormes chantiers restent et les attentes des populations sont multiples et variées. C’est d’ailleurs là, le point fort de ses échanges avec les populations de cette commune. Fort heureusement, quoiqu’isolée, enclavée avec des besoins par-ci, par-là, Cobly est objet d’attention de la part des dirigeants. Séraphin Nambima, son maire, en fait un point sommaire.
Depuis 2016, Cobly a bénéficié de plusieurs actions du gouvernement. Il cite pêle-mêle, la numérisation des actes d’état civil, l’encadrement des classes sportives, les cantines scolaires pour 75 % des écoles publiques, le déploiement des enseignants du primaire et du secondaire, les microcrédits, le projet emploi des jeunes, la mise en place de la police spéciale des frontières basée à Tapoga, la construction de modules dans plusieurs écoles publiques, la réalisation de forages d’eau potable dans certaines localités… Cobly n’est donc pas si mal lotie, reconnaissent des autorités communales. Mais on en veut plus avec la liste des doléances présentées au président Patrice Talon à travers le mot « Béni ».

Béni

La lettre « B » pour réclamer le bitumage de la voie inter-Etats Tanguiéta-Cobly-frontière du Togo soit 72 kilomètres. Le «E» pour demander l’eau. Pas seulement l’eau potable, mais aussi des retenues d’eau pour bien mener les activités agropastorales. Cobly veut aussi de nouvelles voies urbaines donc la lettre « N » et enfin, le « I » pour dire que les infrastructures manquent et les services déconcentrés font défaut. Mais ses besoins ne l’empêchent pas de reconnaître que nombre des promesses qui lui avaient été faites sont réalisées. Si Cobly exprime sa fierté et sa reconnaissance, Patrice Talon, lui, est loin d’être satisfait. Celui qui est considéré dans cette commune de l’Atacora comme un « fils du terroir depuis trente ans » veut mieux impacter le quotidien des habitants. Mais en général, admet-il aussi, le pays a évolué et a changé.

«Même si à Cobly tous ces changements ne sont pas encore concrets et visibles, en observant le pays on peut constater sans complaisance qu’il change», souligne le président de la République. Pour ce qui est de la route menant à la localité, elle n’a pas encore démarré et il demande aux populations de ne nullement avoir le sentiment qu’elle ne sera pas réalisée. Le gouvernement a déjà projeté, planifié et même programmé cette route. « Nous ne pouvons tout faire en un jour, mais nous avons planifié les réalisations les unes après les autres, commune après commune », assure-t-il. Le président Patrice Talon rassure aussi sur les raisons de sa visite. Il soutient qu’il ne veut pas « faire facile », sillonner les communes de grandes réalisations et se complaire dans la satisfaction. Sa logique, c’est de faire l’état des lieux de la nation avec toutes les populations et voir avec elles les points de changement que connaît le pays, les zones du pays qui, du rouge, migrent vers le jaune et laissent entrevoir des voyants verts.

Josué F. MEHOUENOU, La Nation


Bassila, prochain bassin du cajou, le rêve de Talon

Le Président Patrice Talon  a bouclé dans la soirée de ce mardi 17 novembre 2020 la partie septentrionale de sa tournée nationale des communes par Bassila.

En provenance de Djougou, la délégation présidentielle a été accueillie a l’entrée de la commune par une imposante foule qui, malgré les consignes strictes qu’impose le contexte de la crise sanitaire, n’a pas voulu se faire conter l’événement. Groupes d’animation folklorique, parade de zemidjans, Bassila n’a pas lésiné sur les moyens pour étaler sa joie d’accueillir le Chef de l’Etat. 

Un sentiment confirmé par les mots de bienvenue du maire de la commune. Monsieur Filikibirou Tassou Zakari a remercié le Président de la République d’avoir choisi sa commune pour cet exercice de reddition de compte. Les raisons de cette euphorie ne manquent pas. Il a cité les actions du gouvernement qui ont impacté sa commune.

Et en marge de l’état général de la nation auquel il s’est livré, le Président Patrice Talon a saisi au bond la présentation des atouts de la commune exposés par le maire pour dévoiler son plan pour Bassila. L’agriculture étant au coeur des activités de cette communauté qui excelle dans la culture du soja, du maïs et notamment de l’anacarde, le Chef de l’Etat a révélé vouloir faire de Bassila le bassin par excellence du cajou au Bénin. “Bassila a une mine d’or : la terre sur laquelle on peut développer des plantations” , argumente le Président Talon. Il ajoute qu’un vaste programme axé sur le développement de l’anacarde est en cours d’élaboration. Pour cela, le gouvernement a déjà identifié plus de 300 ha. Les éléments sont assez avancés pour dévoiler ce programme, explique le Président de la République qui annonce  que des discussions auront lieu très prochainement avec le conseil communal de Bassila et les proprietaires terriens. Il assure que l’Etat va s’impliquer dans ce programme mais entend tout faire dans l’intérêt de la communauté et le respect des droits de chacun. Aussi, le President Talon veut-il s’assurer que  ces interlocuteurs sont prêts. Car l’objectif est de faire du Bénin, le premier producteur de cajou avec Bassila comme rampe de lancement. La stratégie et les travaux préliminaires sont déjà prêts, assure le Président. Bassila, dans la dynamique d’un Bénin qui change, dispose des atouts qui laissent conclure que l’espoir de sortir de la pauvreté est palpable.

Au-delà de cette bonne nouvelle qui doit réjouir les habitants de Bassila et qui atteste que Bassila préoccupe le gouvernement, le Chef de l’Etat a également apporté des réponses à quelques doléances au rang desquelles le phénomène de kidnapping et de rançon. Sur ce point, il n’y a de doute que le premier des Béninois est bien informé de la situation et explique à l’assistance les moyens mis en œuvre pour circonscrire et juguler le phénomène. Pour lui, les forces de défense et de sécurité qui regagnent la confiance de leurs concitoyens vont se déployer et mener des opérations pour éradiquer ce mal. “Vous le constaterez dans les prochains jours” , précise le Président Talon. 

Fier des résultats engrangés dans presque tous les secteurs de la vie nationale, le Président de la République exprime à nouveau sa reconnaissance à l’endroit des habitants de Bassila et des Béninois en général, eux dont les efforts ont permis ce miracle pour lequel le Bénin est désormais regardé avec admiration. Et au président Talon de conclure : “Notre pays ne peut plus reculer. Le Bénin va progresser et imposer son progrès aux prochains présidents”

gouv.bj/actualite 

#TourneeduPRdanslesCommunesduBenin, #PatriceTalon, #ProjetAsphaltage, #Donga, #NouvelleDynamique, #Abt, #MalickGomina, #VisBen, #Djougou, #Boukoumbe, #Cobly, #Bassila, #Wasexo, #Benin

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :