Patrice Talon interviewé par Le Monde: “Je ne suis pas dans la politique-spectacle”

 Patrice Talon interviewé par Le Monde: “Je ne suis pas dans la politique-spectacle”

Patrice Talon, Président de la République

« Je sais que Le Monde s’intéresse beaucoup à ma personne. Mais vous ne me connaissez pas ! », décoche Patrice Talon avant même que l’entretien ne commence. Il est 20 heures passés au palais présidentiel de la Marina, à Cotonou. Dehors, la ville est plongée dans le noir. Le Bénin connaît une grave crise énergétique depuis que le Nigeria peine à produire le courant que lui achetait son petit voisin. Seuls les lampadaires solaires offerts par le rappeur Akon éclairent les allées conduisant au palais. Dans la salle d’attente, le climatiseur est réglé sur 27 °C. Patrice Talon, costume gris, sort d’une réunion avec la Banque mondiale.

Patrice Talon, Président de la République
Patrice Talon, Président de la République

L’homme d’affaires, qui a emporté, le 20 mars, l’élection présidentielle avec 65 % des voix face au Franco-Béninois Lionel Zinsou, débute dans la carrière politique. Pour ses compatriotes, il a longtemps été le « roi du coton » et l’homme le plus riche du pays. Une réussite qui a sa part d’ombre, comme l’avait rappelé Le Monde durant la campagne. Un tremplin aussi pour le premier entrepreneur à parvenir au pouvoir en Afrique de l’Ouest. Six semaines après son investiture, Patrice Talon s’est-il mué en homme d’Etat ? Comment compte-t-il passer des promesses électorales à leur mise en œuvre, alors que son prédécesseur, Boni Yayi, a littéralement vidé les caisses ? Entretien exclusif en deux temps.

Pendant trente ans, vous n’avez pensé qu’à une chose : vous enrichir. Comment pouvez-vous maintenant garantir aux Béninois que vous allez penser à eux ?

 Patrice Talon Ça va vous choquer, mais ce que je fais, c’est d’abord pour moi-même. Je pense à moi tout le temps. Je sais que le ciel m’a donné quelque chose, j’ai un certain génie, je voudrais désormais que ce génie ne soit pas juste le mien, mais qu’il serve mon pays. Je rêve qu’au bout de ce mandat de cinq ans, je sois porté en triomphe par les Béninois. On m’a connu comme roi du coton. Aujourd’hui, je veux devenir celui qui a réussi à transformer son pays, politiquement, administrativement, économiquement.

Vous maintenez donc votre projet de mandat unique de cinq ans ?

Ce sera inscrit dans la Constitution. On va trouver un consensus là-dessus. Ce sera adopté au Bénin.

Comment les Béninois peuvent-ils être certains que vous allez exercer le pouvoir sans favoriser vos affaires ?

Je suis sorti de toutes les participations qui pouvaient prêter à un conflit d’intérêts. J’ai vendu mes parts ou je les ai cédées à mes héritiers et à des actionnaires. Ce sont mes deux enfants qui ont récupéré mes actions du groupe Accor. A titre personnel, je n’ai rien gardé. Ce n’est plus utile pour moi. J’ai besoin d’un challenge qui est de remettre le pays sur pied. Cela me suffit. Le défi est grand.

Et dans cinq ans, vous reprendrez les affaires ?

Non. J’ai des biens immobiliers qui m’assurent des revenus. J’ai aussi du cash généré par mes ventes d’actions et certaines de mes anciennes entreprises. Je n’ai pas besoin de grand-chose pour vivre. J’ai ce qu’il faut pour assouvir mes caprices.

Pourtant, la première décision de votre conseil des ministres a été de rendre la gestion de la filière coton à l’Association interprofessionnelle du coton (AIC), structure que vous avez contrôlée jusqu’en 2012. N’allez-vous pas en profiter directement ?

Cette mesure profite à tous les Béninois, y compris à moi-même, et permet une meilleure gestion de la filière par les acteurs eux-mêmes. L’Etat – qui a nationalisé la filière en 2012 – a montré ses limites et gaspillé des milliards de francs CFA. Aucun ministre ni président ni haut fonctionnaire ne peut gérer aussi bien la filière que les producteurs ou ceux qui vivent de l’égrenage. Ce secteur sera plus compétitif s’il est entre les mains du privé. Et c’est ça qui m’obsède. Je veux du résultat.

Quels sont vos objectifs ?

La campagne en cours s’est terminée avec 260 000 tonnes de coton. Pour celle qui vient, nous allons tout faire pour rattraper le retard et la mauvaise gestion de l’Etat. Les cultivateurs n’ont pas d’engrais, pas d’herbicides… J’espère que le Bénin parviendra à produire au moins 300 0000 tonnes.

A quoi ressemblera le Bénin de Patrice Talon dans cinq ans en termes d’indicateurs ?

Cela ne se décrète pas. Je ne suis pas dans la politique-spectacle. Plutôt que de vous balancer des chiffres, je veux agir.

Le président s’éclipse pour retrouver Abdoulaye Bio Tchané. Cet ancien ministre de l’économie et des finances, ex-directeur Afrique du Fonds monétaire international et ex-président de la Banque ouest-africaine de développement, est arrivé en quatrième position du premier tour de la présidentielle. Désormais ministre d’Etat chargé du plan et du développement, il est un pilier de l’équipe Talon.

La suite de l’entretien présidentiel se déroule le lendemain, toujours au palais de la Marina. Le conseil des ministres vient de se terminer et les membres du gouvernement s’attardent dans les couloirs, dossiers sous le bras. L’un d’eux est chargé d’une transaction délicate : parvenir à faire reprendre par son vendeur sud-africain le Boeing 737 acheté par l’ex-président Boni Yayi juste avant la fin de son mandat. Le pays fait face à des dépenses urgentes de 160 milliards de francs CFA (244 millions d’euros), mais n’a que 47 milliards en caisse. 

Quelle est depuis votre investiture la décision dont vous êtes le plus convaincu ?

Gagner une élection, s’asseoir et ne rien faire, cela ne veut rien dire. Le pays va très mal, sur tous les plans. Nous nous sommes attaqués aux problèmes les plus urgents. Il faut tout changer. Nous mettons en place les équipes et les personnes pour ce nouveau départ. On a des plans d’action secteur par secteur. Je vous l’ai dit, je ne suis pas dans la politique-spectacle. Je suis moulé dans la construction et obsédé par le résultat. Je vais faire maigrir les dépenses de l’Etat, réduire le nombre de fonctionnaires. Il y a aussi des domaines dans lesquels on va recruter : l’enseignement, la magistrature, la diplomatie.

Quand l’homme d’affaires Patrice Talon s’est-il mué en homme politique ?

Difficile à dire. La vie n’est pas linéaire. On peut avoir été un moine et se lancer en politique. On peut avoir été un acteur économique majeur et tout sacrifier pour entrer au monastère. Un moine peut devenir polygame. Moi, j’ai choisi le défi du mandat présidentiel unique. Je suis quelqu’un qui se métamorphose facilement. Aujourd’hui, c’est le redressement de mon pays qui occupe toute mon énergie.

Mais quel a été le déclic ?

C’est un long cheminement. On observe la situation de son pays, on s’inquiète, et puis on se rend compte qu’on n’est plus le même. Je n’avais plus goût à rien d’autre que la politique pour mon pays qui s’enfonçait. Je me souviens d’un conseil d’administration du groupe Accor, à Paris, il y a un an et demi. J’étais distrait, les autres administrateurs l’ont tous remarqué. Je me suis dit à quoi sert tout cela alors que mon pays est au bord du chaos ? Je ne suis pas un acteur économique comme les autres, j’ai toujours été proche des politiques.

Vous comparez maintenant le conseil des ministres à un conseil d’administration. Un Etat est pourtant plus complexe à gérer qu’une entreprise, non ?

C’est vrai. Et c’est excitant. Il faut que l’appareil d’Etat se remette en route. Cinq ans, c’est court, mais suffisant pour créer une bonne dynamique. J’ai défini trois domaines prioritaires : l’agriculture comme pôle de développement, le tourisme et les services, notamment les nouvelles technologies. Le Bénin compte des génies dont certains travaillent pour la Silicon Valley. Je veux créer une zone franche du savoir et de l’innovation. Dans cinq ans, le Bénin doit être numéro un en Afrique de l’Ouest en matière d’économie numérique.

Propos recueillis par Serge Michel (Cotonou, envoyé spécial) et Hermann Boko (contributeur Le Monde Afrique, Cotonou)

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :