Porto-Novo, la ville capitale, une excellente analyse de Jérôme CARLOS

 Porto-Novo, la ville capitale, une excellente analyse de Jérôme CARLOS

Porto-Novo la CapitalePorto-Novo comme capitale du Dahomey d’abord, capitale du Bénin, ensuite, est un fait d’histoire avéré, incontesté.
• La colonisation française l’a formellement établi.
• L’indépendance, intervenue le 1er août 1960, l’a formellement confirmé.
• Les années de démantèlement de la capitale, par soustraction systématique de ses attributs, n’ont pas changé la donne.
• La révolution marxiste-léniniste (1972-1990), une révolution, par ailleurs friande de symboles forts, a changé le Dahomey en Bénin. Mais elle n’a pas osé toucher à la capitale.
• La Conférence des Forces vives de la Nation, en 1990, a fait graver dans la Constitution du 11 décembre 1990 ce qui suit. “Article 1er : L’Etat du Bénin est une République indépendante et souveraine. La capitale de la République du Bénin est Porto-Novo” (Fin de citation)
• Depuis plus d’un quart de siècle, tous les régimes et gouvernements du Renouveau démocratique reconnaissent ce fait et semblent le respecter.
• Le président Mathieu Kérékou, dès son retour au pouvoir en 1996, a mis en place des organes, des structures chargés de “réhabilitation de la ville de Porto-Novo.”
• Le Président Boni Yayi n’a pas dérogé à la règle. Il a continué dans la même voie.
De tous ces faits jetés en vrac autour de la question de Porto-Novo, la capitale du Bénin, quelles conclusions convient-il de tirer ? Tirons-en quatre.
Première conclusion
• L’histoire a établi Porto-Novo comme la capitale de notre pays. Aucune voix, tout au moins publiquement, ne s’est élevée pour contester ce fait.
• Mais force est de reconnaître que Porto-Novo n’est la capitale de notre pays que dans le principe. Dès 1962, la plupart des grands services de l’Etat, à commencer par la Présidence de la République, ont trouvé à se loger à Cotonou.
• Depuis, on est en droit de dire que Porto-Novo, c’est la “décapitale” du Bénin pour emprunter l’expression au professeur Noukpo Agossou.
Deuxième conclusion
• Ne change rien à cette situation déplorable le fait que Porto-Novo continue d’abriter quelques institutions comme l’Assemblée nationale et la Cour Suprême.
• Ne change rien à cette situation déplorable le fait que, de Mathieu Kérékou à Yayi Boni, on a créé et maintenu des organes dits de réhabilitation de la ville de Porto-Novo.
• Ne change rien à cette situation déplorable le fait que, autour des années 2000, ont été disposées, le long du boulevard lagunaire, des plaques indicatives d’emplacements réservés à l’érection des principales institutions de l’Etat. Opération sans lendemain. Leurre ? Bluff ? Simple stratégie électoraliste ?
• Ne change rien à cette situation déplorable le fait qu’en quelques rares occasions, le Conseil des ministres s’est déplacé à Porto-Novo qui en a abrité les délibérations.
• Ne change rien à cette situation déplorable le fait d’avoir fait abriter par Porto-Novo les festivités ayant marqué le cinquantième anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale.
• Ne change rien à cette situation déplorable le fait que Porto-Novo, dans le cadre de notre politique de décentralisation, est une commune, une commune à statut particulier, avec à sa tête un Maire. Un Maire capable de prendre des initiatives significatives en faveur du développement de la ville.
Troisième conclusion
Si les choses se présentent sous un aussi mauvais jour, il y a lieu de se poser la seule question qui vaille : une capitale, qu’est-ce ?
La capitale d’un pays, ce n’est pas forcément la ville la plus grande, la ville la plus belle, la ville la plus riche, la ville la plus prospère.
La capitale d’un pays, c’est la ville qui, pour diverses raisons – géographiques, historiques, environnementales, sécuritaires, stratégiques, voire politiques- se prête le mieux pour accueillir l’actualité nationale et internationale ; pour offrir diverses facilités aux personnes appelées à animer cette actualité ; pour servir de cadre, de manière optimale, aux événements qui impliquent le pays tout entier.
De deux choses l’une :
• Porto-Novo remplit toutes ces conditions. Il n’y a plus qu’à rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.
• Porto-Novo, du fait de sa “décapitalisation” ou de sa “décapitation”, n’est pas apte, aujourd’hui, à tenir et à assumer son rôle historique de capitale. Il faut alors s’employer à lui assurer ce qu’il faut pour qu’elle accomplisse son destin de capitale comme il faut.
Mais d’où viendront les moyens qui porteront Porto-Novo à honorer son rendez-vous avec l’histoire ?
Quatrième conclusion
Les moyens qu’attend Porto-Novo pour être au rendez-vous de l’histoire proviendront de trois entités distinctes.
Première entité, l’Etat. Il ne lui est demandé que d’exprimer et d’affirmer la volonté politique de déplacer son épicentre à Porto-Novo. Tout le reste suivra.
Mais attention. Questions : pourquoi érige-t-on de nouveaux bâtiments à la Présidence de la République à Cotonou ? Pourquoi construit-on de nouvelles tours administratives à Cotonou ?
Deuxième entité, la commune de Porto-Novo. Pour se situer dans la logique de Porto-Novo, la capitale du Bénin, la ville se doit de concevoir et d’orienter prioritairement son plan de développement, collant au plus près à ce but principal déterminé.
Mais attention. Il se trouve que la gestion des Maires de Porto-Novo, de Bernard Dossou, alias Dobert à Moukaram Osséni, n’a fait l’objet d’aucune évaluation. Pour atteindre l’objectif visé, il faut changer son fusil d’épaule, administrer autrement, réorienter les projets, programmes et plans de développement de la ville.
Troisième entité, les populations à la base. Par cette expression, il faut entendre prioritairement les habitants de Porto-Novo, les fils et les filles de Porto-Novo, les Organisations de la société civile qui se soucient du développement de la ville. Ceci, par proximité d’intérêt. C’est, en effet, une fierté légitime pour les habitants d’une ville d’être en pole position, en somme, à la tête du pays. Etymologiquement, la capitale, c’est la tête. Du latin, caput, capitis.
Mais la proximité d’intérêt ne doit induire aucune notion d’exclusivité. Pour dire que si Porto-Novo, la capitale du Bénin, c’est l’affaire des habitants de la ville, c’est tout autant et tout aussi l’affaire des citoyens béninois, au Bénin et hors du Bénin. Plus nous serons nombreux à soutenir et à défendre cette idée, toutes origines et appartenances confondues, mieux cela vaudra.
De ce point de vue, il paraît urgent de susciter un mouvement citoyen national de soutien à cette idée de Porto-Novo, la capitale du Bénin, du sud au nord, d’est en ouest.
Au total et en conclusion finale, autour de la question de Porto-Novo, la capitale du Bénin, jouent et se cristallisent plusieurs forces.
• Il y a des mains invisibles et des voix inaudibles. Elles s’emploient à écarter et à enterrer toute idée de Porto-Novo, la capitale du Bénin.
• Il y a des voix qui s’élèvent pour revendiquer cette idée. Mais n’embrayent encore sur rien. Ceux qui portent ces voix ne sont pas encore prêts à migrer de la sphère des bonnes intentions à la sphère de l’action effective, constructive.
• Il y a, enfin, ceux qui, tout en continuant de réfléchir, agissent. Ils s’engagent à rester dans l’action. Ils sont déterminés à gagner par l’action.
Soyons de ceux-là et que le ciel nous aide à accomplir un vœu cher au cœur de plus d’un Béninois : faire de Porto-Novo, effectivement, durablement, définitivement, la capitale du Bénin.

Jérôme CARLOS
Porto-Novo, le 18 juillet 2016

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :