Poursuite du blocage des ressources à la mairie de Dangbo : La lettre “S.O.S du maire Gnonlonfoun au ministre de la Décentralisation

La mairie de Dangbo dans le département de l’Ouémé vit la disette depuis de longs mois. A l’origine du malheur du personnel et des administrés de cette commune, le blocage des ressources propres de la mairie, blocage intervenu suite à diverses décisions de l’autorité de tutelle, le préfet de l’Ouémé-Plateau. L’espoir d’un retournement positif de la situation qu’a fait naître un premier message radio le mercredi 06 septembre 2012 à 11h 55 minutes a été de courte durée puisqu’un 2ème message radio envoyé par le même Préfet le même jour à 16h 26 minutes et a tout noyé. Désemparé et ne sachant plus à quel saint se vouer puisque n’ayant reçu aucune explication de ce revirement de situation, le maire Clément Gnonlonfoun écrit au ministre de la Décentralisation en ces termes : « …Les conséquences actuelles du blocage des mes ressources propres sont les suivantes : Je dois maintenant sept mois d’indemnités aux 17 conseillers communaux ; neuf mois d’indemnités aux 41 Chefs de villages ; sept mois d’indemnités aux travailleurs de la mairie ; 43 millions à Delta Motors pour trois véhicules neufs acquis depuis deux ans ; b3,7 millions au mécanicien qui ne peut plus réparer les véhicules de commandement ; des millions à tous les prestataires de la Mairie depuis neuf mois ; je ne peux même plus acheter des fournitures de bureau pour la Mairie et les Arrondissements ; je fais tourner la mairie de ma poche depuis des mois en matières de menues dépenses… »

Il est à souligner que le budget exercice 2012 de la mairie de Dangbo est de 395.570.186 F Cfa dont 239.230.600 F Cfa pour les recettes de lotissement et 15.600.000 Cfa pour l’exploitation du sable fluvial. Soit un total  64,50% du budget prévisionnel. Mais, évoquant des possibilités de troubles à l’ordre public qui pourraient survenir au cours de ces opérations, le Préfet de l’Ouémé/Plateau, a décidé de la suspension de ces dernières. Mais depuis mais 2012 à ce jour rien n’a été fait pour trouver une solution ou mieux apprécier les réalités sur le terrain en vue de débloquer la situation. Cette inaction observée de la part du Préfet est pour le maire, synonyme de mauvaise foi et de règlement de compte personnel et politique. C’est d’ailleurs pourquoi le maire Clément Gnonlonfoun termine sa lettre en date du 06 septembre adressée au Ministre de la décentralisation et dont le Préfet et ses proches collaborateurs sont ampliataires, en ces termes : « Dans l’espoir que quelque chose sera fait  pour permettre à ma commune de sortir de l’impasse que lui impose le Préfet et les adversaires politiques du Maire, veuillez recevoir Monsieur le Ministre, l’expression de mes considérations les meilleures. ».

Jean-Marc Aurèle AGOSSOU

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :