SECURITE :406 sous-officiers de la gendarmerie aptes pour servir la nation

Quatre cent six (406) stagiaires, toutes promotions confondues,  ont fini leur formation professionnelle et technique de sous-officiers de la gendarmerie nationale vendredi, à l’Ecole nationale de la gendarmerie de Porto-Novo, à la faveur de la cérémonie officielle de clôture des stages d’Officier de police judiciaire (Opj), de Brevet d’aptitude professionnel N°1 (Bap1) et de Brevet de spécialité musique N°1 (Bsm1).

Ils ont inculqué depuis le 3 janvier 2012, (date de démarrage de la formation) des connaissances militaires, professionnelles et techniques pour se rendre aptes à assumer des responsabilités d’enquêteur et d’agent de la force publique.

Ils sont trois cent quarante deux (342) stagiaires Opj, cinquante trois (53) stagiaires (Bap1) et onze (11) stagiaires Bsm1. Parmi ces quatre cent six (406) stagiaires, se trouvent six (06) femmes dont deux (02) ont suivi l’Opj et quatre (04) ont suivi le Bap1.

Ces stagiaires, toutes promotions confondues, se situent dans la tranche d’âges comprise entre 25 et 49 ans, soit une moyenne de 37 ans avec une ancienneté de service variant de 06 à 30 ans, soit une moyenne de 18 ans de service environ.

Ils ont un niveau d’études scolaire et universitaire appréciable (il y en a qui sont titulaires de la Maîtrise de Droit.

Le chef d’escadron Marcel Adjaho, commandant de l’Ecole nationale de la gendarmerie, a signalé qu’ « au cours de leurs stages, ils ont fait preuve d’une bonne assiduité pendant les activités de formation organisées à leur intention et qui allient savamment la théorie à la pratique ».

En ce qui concerne le stage Opj, a-t-il poursuivi, « les cours ont été consolidés par des sous-officiers supérieurs à la retraite et des magistrats qui n’ont ménagé aucun effort pour préparer les candidats, ce qui a permis d’atteindre des résultats de 100% à l’examen final. Ceci est une première dans l’histoire de l’Ecole nationale de la gendarmerie, raison pour laquelle je suis animé d’un sentiement de fierté en ce moment ».

Pour ce qui est des stages Bap1 et Bsm1, il a laissé entendre que « les programmes de formation, entièrement exécutés, ont été marqués par des contrôles continus de connaissances qui ont compté dans la proportion de 50% pour l’obtention des diplômes. Les examens de fin de stages se sont déroulés sans incident et ont compté pour 40%, la note d’aptitude pour 10% ».

A en croire le Général de Brigade, Robert Sèwadé, directeur général de la gendarmerie nationale, « l’organisation de ces stages permet entre autres de combler un tant soit peu le manque cruel d’Officiers de police judiciaire (Opj) dont souffrent les unités de gendarmerie sur le terrain. Ainsi, la gendarmerie peut d’une part, redynamiser la lutte contre l’insécurité au profit des populations qui n’aspirent qu’à la paix et à la tranquilité publiques et d’autre part, répondre de façon satisfaisante aux attentes des institutions de la République ».

« Tout au long de votre séjour dans cette école, j’ai suivi la discipline, la disponibilité, l’engagement et l’intérêt que vous avez portés aux différentes activités organisées à votre intention », a déclaré le Général de Brigade, Robert Sèwadé, directeur général de la gendarmerie nationale.

Cette rencontre a été marquée par la présence du préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, M. François Houéssou, des Procureurs de la République de Cotonou, Porto-Novo et de Ouidah et des officiers supétrieurs de la gendarmerie nationale.

Pendant leur séjour, les stagiaires ont reçu une formation professionnelle et technique les rendant aptes à accomplir efficacement les missions relatives à l’exercice de la Police judiciare afin de les rendre plus aptes à servir en unité territoriale pour les Opj, à seconder un commandant de Peloton de gendarmerie mobile sur le terrain dans le cadre du maintien ou du rétablissement de l’ordre public pour les Bap1 et à seconder u  chef pupitre ou un chef fanfare pour les sous-officiers spécialisés en musique que sont les Bap1.

Il faut signaler que les résulats obtenus par les stagiaires ont été proclamés par le directeur de l’organisation et de l’emploi, le lieutenant-colonel, Fatokou Ogoudikpè. Les enseignements ont été dispensés par des cadres officiers et sous-officiers, identifiés sur la base de qualités de formateurs compétents et expérimentés.

Migan WABI/ABP

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

OKOYA F.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :