Vote de lois pour les législatives inclusives de 2019. Rien n’a évolué à propos d’un éventuel consensus au sein de l’hémicycle

(L’opposition donne de la voix)

Après le constat, par la majorité parlementaire, vendredi dernier, de la Rupture de la quête du consensus, le Bloc de la majorité parlementaire par la voix du député Jean Michel Abimbola accusait l’opposition parlementaire de faire du dilatoire.

Il n’en est rien affirment plusieurs députés de la minorité. Et dans une déclaration lue ce même lundi à la tribune Nouérnou Atchadé, au nom de l’opposition a exposé les derniers développements de la mission confiée au président Adrien Houngbedji et pense que le constat de l’impossibilité d’un accord entre les deux camps politiques devrait venir de celui en charge de la mission et non du bloc de la majorité.

 

DECLARATION DE LA MINORITE PARLEMENTAIRE

 

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Chers collègues Députés,
Peuple béninois,

Dans la soirée du vendredi 29 mars dernier, nous avons entendu une déclaration lue à la tribune de l’Assemblée Nationale par l’Honorable Jean Michel ABIMBOLA, au nom et pour le compte de 36 députés membres du BMP. Dans cette déclaration, il est estimé que le consensus n’est pas trouvé, du fait de l’opposition qui « à travers la minorité parlementaire poursuit le dilatoire, jouant toujours avec les nerfs de nos populations impatientes d’une issue à ce feuilleton qui n’a que trop duré ».

Cette déclaration mensongère n’est qu’une illustration supplémentaire de la mauvaise foi qui a caractérisé la majorité parlementaire tout au long du processus de recherche de solutions pour des élections législatives inclusives.
Or en réalité, nos collègues de la majorité savent bien que dans la mi-journée de ce vendredi, aux environs de 13heures 30 minutes, les présidents des groupes parlementaires ont été appelés par le Président de l’Assemblée Nationale dans son bureau, afin de recevoir les différents avant-projets de propositions de lois dérogatoires. Cette séance de travail qui a duré une heure environ, a été l’occasion pour proposer à la majorité et à la minorité, de prendre contact avec la classe politique, étant entendu que la question de la révision de la constitution a refait surface.

A la demande des députés de l’opposition de mettre le week-end à profit pour que le travail se fasse sereinement afin que le lundi, l’étude en commission et plus tard la plénière adopte les deux textes, le président OKOUNLOLA soutenu par les présidents IDJI et AKE, ont martelé qu’il fallait en finir le vendredi, même s’il faut aller jusqu’à deux heures de la nuit.
C’est sur cette base que nous nous sommes quittés pour aller consulter les nôtres. C’est avec étonnement qu’aux environs de 19 heures, alors que le Président de l’Assemblée Nationale était dans son bureau attendant les deux parties aux négociations, et nous, en pleine séance de travail autour des nouveaux avant-projets de propositions de lois dérogatoires, avions appris qu’une déclaration se faisait à la tribune de l’Assemblée Nationale. Que fut notre surprise d’entendre que les présidents IDJI, OKOUNLOLA, AKE et l’honorable ADOMAHOU représentant le président NAGO, ont signé cette déclaration, alors que tous, dans le bureau du Président de l’Assemblée Nationale, ont proposé que nous travaillions jusqu’à même tard la nuit pour une issue de sortie de crise.
Nous condamnons fermement cette attitude de ce groupe de députés qui ne traduit pas une volonté de recherche du consensus.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Chers collègues Députés,
Dans la résolution de la crise, le Président de la République a désigné un facilitateur qu’est le Président de l’Assemblée Nationale. Revenait-il à l’honorable ABIMBOLA, de décréter l’échec des négociations alors que le facilitateur désigné n’a pas encore déposé son rapport ? N’est-ce pas là la tricherie que nous avons toujours dénoncée depuis l’ouverture des pourparlers ?

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Chers collègues Députés,
Peuple béninois,
Après cette forfaiture, les faucons de la mouvance présidentielle ont pris tout le week-end pour parcourir le pays et annoncer aux populations que seuls les deux partis privés du Président de la République iraient aux élections le 28 avril. Ceci nous laisse croire à un jeu flou dans le camp du Chef de l’Etat vis-à-vis de la Nation toute entière. C’est la raison pour laquelle nous tenons à rappeler à Son Excellence, Monsieur Patrice TALON, que le 06 avril 2016, à sa prise de fonction, il a hérité d’un pays pas riche comme les grandes puissances, mais heureux. Il a hérité d’un pays qui lui a personnellement tout donné et qui lui a permis d’en être la première fortune, un pays démocratique qui a permis vaille que vaille, le retour d’exil d’un de ses fils pour l’en faire Président de la République. Mais aujourd’hui, ce sont les partisans de cet enfant prodige qui veulent détruire ce beau pays.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Chers collègues Députés,
Peuple béninois,
Pour nous, il ne saurait avoir d’élections législatives sans l’opposition, car, il est difficile de prendre tous les Béninois pour des incultes en leur faisant croire que c’est seulement les partis politiques privés du Président de la République, qui n’ont pas trois mois de vie, qui sont capables de prendre part aux consultations électorales tandis que les partis d’opposition qui ont régulièrement pris part aux joutes électorales, sont exclus de la compétition.
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Chers collègues Députés,

Peuple béninois,

Cette déclaration de ce groupe de députés de la majorité parlementaire est une provocation inacceptable. Elle n’est ni plus ni moins qu’une tentative de passage en force du BMP, et une volonté de confisquer le droit du peuple béninois à choisir librement ses représentants.
Du haut de cette tribune, nous invitons la classe politique, la société civile, les centrales syndicales et la population béninoise toute entière, à se lever pour barrer la route à l’exclusion, à l’arbitraire et à la remise en cause de notre démocratie. Nous invitons de ce fait la population béninoise à se tenir prête pour les mots d’ordre de l’opposition.
Nous réaffirmons notre disponibilité à œuvrer pour la recherche d’une solution consensuelle pour des élections inclusives.
En tout état de cause, nous affirmons solennellement qu’il n’y aura pas d’élections sans opposition.

Vives les élections inclusives
Vive la démocratie
Vive le Bénin
Je vous remercie

Par Radio Hémicycle

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.
VOTRE PUB ICI

Nos rubriques

AFRIQUE TELEVISION

Toute l'actualité africaine en un clic

Toute l'actualité africaine en un clic

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN, LA VILLE AUX TROIS NOMS: ADJATCHÊ; HOGBONOU; PORTO-NOVO AVEC SES ATTRACTIONS TOURISTIQUES

Nos archives

AFRIQUE TELEVISION

AFRIQUE TELEVISION, dans le coeur de l'Afrique

Toute l'actualité africaine en un clic

PUB

....Pour valoriser et redonner vie à ll'important gisement culturel de Porto-Novo et le mettre au service du développement tant national et international

FESTIVAL INTERNATIONAL DE PORTO NOVO