Youssouf Bida au sujet du positionnement des députés FCBE face à Talon : « C’est possible que, dans les jours à venir, nous ayons un partenariat stratégique avec le Gouvernement. »

 Youssouf Bida au sujet du positionnement des députés FCBE face à Talon : « C’est possible que, dans les jours à venir, nous ayons un partenariat stratégique avec le Gouvernement. »

le député Fcbe, Youssouf Bida

le député Fcbe, Youssouf Bida
Le député Fcbe, Youssouf Bida

Au lendemain de leur conclave- du 21 juillet dernier-, il précise et fait quelques révélations au micro de Radio Hémicycle.
Elu de la 13ième circonscription électorale, le député Youssouf Bida a coutume de s’ouvrir aux débats politiques, dans l’intérêt de sa mission de parlementaire et de la démocratie. Cette fois-ci, il se prononce suite aux commentaires voire polémiques que suscite la déclaration politique dite de Grand-Popo qui positionne les députés FCBE et alliés à la fois pour et contre le pouvoir- de Patrice Talon-, tombeur du régime de Boni Yayi auquel ils ont appartenu.

 Dieudonné METONOU : Honorable Bida bonjour, pourquoi cette concertation dite de Grand-Popo, bien loin après les législatives de 2015 et les présidentielles de Mars 2016?
Youssouf BIDA
: « Effectivement nous députés des Forces Cauris pour un Bénin Emergent /FCBE et alliés organisés au sein de l’Intergroupe « Les Républicains » au Parlement, nous nous sommes retrouvés en tant qu’entité Intergroupe composée de 29 députés.
Nous nous sommes retrouvés pour apprécier la situation politique, pour parler de notre cohésion et des perspectives politiques dans notre Pays.

Existe-t-il un lien entre la dénomination « Les Républicains » et une démarcation idéologique propre à l’Intergroupe ?


YB : Vous voyez tous nos groupes parlementaires ont en partage le mot « République ». Je pense que ce débat on ne peut pas le faire sous cette orientation. L’autre chose aussi, nous en tant que groupes parlementaires, députés organisés, nous ne sommes pas juridiquement l’instance officielle de décision des FCBE. Si nous devrions, en collectif, agir, il faut que nous agissions dans un cadre bien défini, bien clair pour ne pas prêter à confusion, pour ne pas aller vers des conflits d’attribution, des conflits de pouvoir au niveau des organes de décisions des FCBE. Ce n’est pas les FCBE qui sont allés faire conclave à Grand-Popo. C’est l’intergroupe « les Républicains » composé des députés issus des FCBE et quelques uns de leurs alliés.

Combien de groupes parlementaires comporte l’Intergroupe « les Républicains » ?

YB : Nous devrions normalement, d’ici les jours à venir, aller à trois groupes. Nous sommes vingt neuf. Nous aurons trois groupes parlementaires. Pour le moment officiellement, nous en avons deux. Mais la création du troisième c’est pour très bientôt.

 Un nouveau groupe qui va naitre sur les cendres de celui que présidait votre collègue Octave HOUDEGBE allié aux FCBE?

YB : Oui, c’est ce groupe mais qui sera présidé par un autre député.

Le député Pascal ESSOU ?

YB : Oui, par Pascal ESSOU, bien évidement et certainement.
Je voudrais vous dire qu’après tout ce qui s’est passé, nous avons participé à différentes échéances électorales. Notamment aux législatives qui ont consacré la 7ième législature. Vous savez que nous avons cherché le perchoir nous l’avions pas eu. Après nous avons eu à organiser les élections présidentielles dans notre Etat ; nous avons fait une coalition qui a soutenu le candidat Lionel Zinsou. Nous avons perdu. Il fallait faire le point de tous ces échecs là pour savoir comment nous mettre ensemble, qu’est ce que nous devrions faire à l’avenir  ?

Et par rapport au nouveau pouvoir qui vient de faire ses cent premiers jours, quelle est notre appréciation ?
Après tout ce que je viens de citer nous nous sommes rendus compte qu’il y a quand même quelques efforts qui ont été faits, il y a des leçons que nous devons tirer de nos échecs, il y a également la perspective que nous devons nous fixer.
Et pour nous résumer, nous avons pris la décision, à l’unanimité, de nous positionner à un juste milieu.
Tout ce que le nouveau régime du Président Patrice Talon fera qui renforce la sécurité humaine, c’est-à-dire tout ce dont les populations ont besoin : les écoles, les microcrédits, les routes, les hôpitaux, la lutte contre la pauvreté, l’emploi des jeunes. Toute action visant à renforcer la sécurité humaine sera soutenue par notre groupe.
Deuxièmement, nous allons nous démarquer de toute action attentatoire à l’intérêt général. Toute action de ce régime qui ne favorisera pas l’intérêt général, nous allons nous opposer et proposer des solutions alternatives. Pour nous résumer nous ne sommes pas ni de l’opposition ni de la mouvance. Nous sommes des observateurs politiques. Et c’est possible que dans les jours à venir que nous ayons un partenariat politique stratégique avec le régime. Parce que nous sommes des représentants du Peuple. Nous ne sommes pas là pour le malheur du peuple ; nous sommes là pour le bonheur du peuple. Ce n’est pas parce que nous sommes contre le régime de Talon que toute action bonne ne va pas être accompagnée par notre groupe. C’est pourquoi nous faisons la nuance. L’instance de décision des FCBE n’est pas l’Intergroupe « Les Républicains » composé des députés FCBE et alliés.

DDM: Au cas où il réussirait à voir le jour, est ce que la famille FCBE pourrait se sentir engagée par ce partenariat politique stratégique de l’Intergroupe « Les Républicains »?

YB: Merci beaucoup je pense que nous notre intention n’est pas là-bas. Et ça ne nous préoccupe pas autant. Notre souhait c’est que nous soyons ce que nous sommes : des députés issus de cette famille politique dont nous continuerons à participer aux activités politiques mais en même temps que tels nous avions notre collectif où nous faisons nos activités parlementaires. La vie politique se mène beaucoup plus au Parlement. Nous devrions avoir des positions. Il y a beaucoup de lois qui viennent qui entrent dans le cadre de l’intérêt des populations. Une loi de ratification ne peut pas venir que nous rejetions. Parce que c’est des lois qui entrent dans le cadre des actions de développement. Mais on ne peut pas rejeter des lois qui viennent pour construire des routes, pour construire des hôpitaux.

DDM: En quoi la création de l’Intergroupe parlementaire pourrait impacter l’action des parlementaires FCBE?

YB: L’Intergroupe parlementaire existait. C’est juste un creuset où tous nos différents groupes parlementaires se retrouvent pour avoir des discussions entre nous, pour prendre des positions politiques. C’est un collectif des députés qui fonctionne. Des députés qui sont autonomes et qui ont une même vision. Nous sommes juste une instance de concertation. Nous ne sommes pas une instance de décision. Nous avions eu des échanges très chauds mais nous sommes parvenus à prendre des décisions que je vous ai livrées. Nous avions passé toute une journée de dix heures à 22heures pour vraiment arriver à ces conclusions. Nous devons nous réjouir. Personnellement je me réjouis de notre cohésion, de notre sérénité et de notre sens de responsabilité.

DDM: Que pensez-vous de ceux-là qui attribuent le succès de cette concertation à la bienveillance, à l’attention soutenue de l’ancien président Boni Yayi ?

Par rapport à ça moi je n’ai pas de commentaire. Je sais que nous nous sommes retrouvés en responsables, entre nous sans aucune immixtion. Nous avions fait ce que ce que nous avons à faire. En tout cas personnellement que je n’ai pas connaissance que nous avion pris l’avis de qui que ce soit. Nous l’avons fait. S’il y a des gens, s’il ya des leaders qui y adhèrent ça sera une bonne chose. Mais nous sommes des responsables autonomes, indépendants qui agissons en toute conscience et en toute connaissance de cause dans le cadre des nos activités politiques au Parlement. Je ne fais pas d’autres considérations.
De même, il y a des militants FCBE qui nous insultent qui ne sont pas d’accord avec nous. Mais nous, en tant que politiques, nous savons où nous allons. Nous comprenons les réalités du Parlement. Nous ne nous engageons pas en désordre. Nous sommes observateurs par rapport au régime Talon. Tout ce qui est bien nous, nous allons accompagner. Tout ce qui est mauvais nous allons combattre.

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

VISAGES DU BÉNIN

Visages du Bénin est un média d’informations générales mis en ligne depuis 2009 et dirigé par le journaliste béninois Francis Z. OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants, propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :